Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Décès de Peter Ikin : Son compagnon Alexandre Despallières reste en prison !

Peter Ikin et son compagnon Alexandre Despallières
4 photos
Lancer le diaporama

Réactualisation du 26 Août 13h10 : Alexandre Despallières, le compagnon de Peter Ikin décédé d'une mort suspecte en novembre 2008, soupçonné et mis en examen pour "assassinat, faux et usage de faux", incarcéré depuis juin 2010 à la prison de Fresnes, reste en détention. C'est ce qu'a décidé la chambre de l'instruction de la cour d'appel qui a rejeté mercredi la demande de remise en liberté de Despallières, 41 ans. La cour d'appel a justifié son maintien en prison pour les risque de pression sur les témoins et d'autres personnes mises en examen dans ce dossier, ainsi que par l'asence de "garanties de représentation" de Despallières, ce dernier vivant à l'hôtl et voyageant souvent à l'étranger.

C'est une bien ténébreuse affaire qui a été rouverte en 2009, après la plainte d'un neveu de M. Ikin qui soupçonne fortement le compagnon de son oncle - avec qui il s'était d'ailleurs marié le 11 octobre 2008 en Angleterre - de l'avoir tué pour toucher son héritage. Alexandre Despallières nie farouchement les faits. Il reste innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'au jugement définitif de ce dossier.

Despallières est un très beau garçon, issu d'une famille modeste de Colombes dans les Hauts de Seine qui fait parler de lui dans les années 80 avec un disque (prémonitoire ?) "L'Amour à mort" qui fera un bide total, puis devient "gigolo" pour messieurs fortunés.

 

4 juillet : Le 12 novembre 2008, le producteur de musique australien et ancien dirigeant de Warner Music, Peter Ikin, meurt à l'âge de 62 ans dans une chambre d'hôtel, rue de la Gaîté, à Paris. C'est son compagnon, de 21 ans son cadet, qui a appelé les secours. L'autopsie n'indiquera rien de suspect. Le corps d'Ikin sera incinéré huit jours plus tard, à la demande de son ami, sans l'accord de sa famille.

Le fameux compagnon, c'est Alexandre Despallières, qui a été écroué au début du mois de juin avec deux complices présumés pour "faux, usage de faux et assassinat".

Retour sur cette sinistre affaire.

Le 10 octobre 2008, soit un mois avant de perdre la vie, Peter Ikin se pacse avec Alexandre Despallières sous le régime anglais. Selon le JDD et une enquête approfondie de Laurent Valdiguié, le jeune homme aurait renoué avec Ikin (son ancien compagnon) prétextant une "tumeur au cerveau" qui lui laissait très peu de temps à vivre et surtout il prétend être la tête d'une grosse fortune qu'il ne voulait pas voir revenir à ses frères à sa mort, dite proche.

En réalité, c'est le contraire qui va se produire puisqu'en signant un contrat d'union civile avec Peter, Alexandre devient son héritier. "Alex" produit même un testament daté du 8 août 2008 signé par Ikin. Mais la famille de Peter Ikin, grand ami d'Elton John, voit en cette mort soudaine une tentative de spoliation d'héritage qui se monte à environ 15 millions de dollars. Hasard étonnant, c'est Maître Témime, avocat de François-Marie Banier dans la très compliquée affaire Liliane Bettencourt, qui dépose plainte pour assassinat en décembre 2009 à la demande d'un neveu du défunt et informe la justice française qu'une procédure parallèle est en cours en Angleterre pour contester le testament.

Pourquoi hasard étonnant ? Ce fameux Alexandre est un ancien ami de Maître Olivier Metzner, l'avocat de la fille de Liliane Bettencourt. Il est devenu l'ennemi juré de François-Marie Banier et de son avocat Hervé Témine. Les deux hommes se sont écharpés au tribunal de Nanterre jeudi dernier lors de l'ouverture de ce procès devenu une affaire d'état, procès qui a été repoussé.

Hasard toujours, du calendrier cette fois, comme l'explique le JDD, Olivier Metzner, chez qui Alexandre a vécu par le passé, selon l'Express.fr, a été entendu discrètement en qualité de témoin mardi 30 juin dernier, au matin, par la brigade criminelle. Interrogé à la suite de cette convocation par l'AFP, Metzner a répondu "En tant qu'avocat, on m'a demandé si je connaissais cette personne (M. Ikin) que j'ai effectivement rencontrée une fois et si je disposais d'un testament de lui. J'ai répondu que non."

L'enquête est lancée...

Alexandre Despallières aurait un passé trouble qui est mis en lumière par son ex-belle-soeur qui a écrit un courrier au procureur de Paris pour raconter (d'après elle) le "passé d'escroc d'Alexandre et peut-être de tueur en série". En effet, cinq personnes de son entourage ont perdu la vie dans des circonstances obscures en l'espace de six années et toujours en sa présence : Peter Ikin son compagnon, mais aussi des membres de la famille Despallières à savoir ses parents et ses grands-parents, des personnes dont il est à chaque fois un des héritiers.

A chaque décès, le corps est incinéré à toute vitesse. Peta Campbell, celle qui avait épousé un des deux frères d'Alexandre Despallières, a donc mis le feu aux poudres. Avec raison ?

A la demande du parquet de Paris, un échantillon du sang de Peter Ikin, qui lui avait été prélevé lors de l'autopsie, est alors analysé. Le rapport indiquera une dose "anormale" et "mortelle" de paracétamol.

Plusieurs autres témoignages accableraient celui qui est surnommé "le gigolo".

Le 11 juin dernier, Alexandre Despallières et ses complices présumés, Jérémy Billien et Laetitia Nail sont arrêtés par la police. Ils sont mis en garde à vue et c'est alors qu'Alex, qui nie en bloc avoir un rapport avec ce décès, semble vouloir mettre en cause Maître Metzner. Il aurait déclaré "Il y a des gens qui veulent ma peau. Maintenant c'est Olivier Metzner... Il m'a dit que j'allais payer"... Une déclaration bien étrange ?

L'avocat de Despallières, Maître Thierry Herzog (un autre as du barreau et avocat de Nicolas Sarkozy, partie civile dans le procès Clearstream...), défend son client avec force et déclare : "Mon client a été mis en examen pour assassinat et une nouvelle expertise conclut à la mort naturelle de la victime !" Il a demandé sa remise en liberté.

L'un des soi-disant complices de Despallières, Jérémy, aurait admis avoir participé à la rédaction du faux testament, et aurait déclaré Olivier Metzner au courant ! Rappelons que les personnes mises en examen dans cette affaire et incarcérées sont présumées innocentes jusqu'à la fin de l'instruction.

Cette affaire est loin d'être terminée et risque de nous réserver quelques surprises...

 

Marine Trévillot

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Lindsay Lohan, hors la loi mais stylée : son défilé de mode au tribunal
Pete Doherty incontrôlable, sa folle virée parisienne
Quand Taylor Swift se prend pour Bree Van de Kamp