Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Oscars 2015 : La diversité mise à mal, pas de femmes ni d'artistes de couleur...

Après les nominations aux Oscars 2015, le bonheur des uns et des autres, le temps des analyses est arrivé. Après les traditionnels snobés – soit ceux qui auraient mérité une nomination mais qui, faute de place, repartent bredouilles –, les critiques pleuvent sur l'Académie. Cette année, la grande cérémonie de récompenses par excellence a frappé très fort, donnant du grain à moudre aux détracteurs...

Où sont les femmes ?

Comme souvent ces dernières années, le sujet de la présence des femmes est remis sur le tapis. Outre les deux sections dédiées aux meilleures actrices, elles sont totalement absentes des autres catégories. Ainsi, aucune n'a eu sa place dans la section reine du meilleur réalisateur, où seuls des hommes concourront. Elle semble loin l'époque où Kathryn Bigelow inscrivait son nom dans l'histoire de l'Académie. Cette année, Ava DuVernay (avec Selma, qui lui a valu d'être la première réalisatrice noire à être nommée dans la catégorie meilleur réalisateur aux Golden Globes 2015) et Angelina Jolie (Invincible) n'auraient pas été illégitimes dans cette section, loin de là. Même absence, même remarque dans les catégories scénario et photographie, deux mondes très masculins.

Les Oscars blancs

Tout aussi alarmant et encore plus surprenant alors que l'an dernier 12 Years A Slave était sacré meilleur film et Lupita Nyong'o meilleure actrice : l'absence de personnalités de couleur. Cela n'était pas arrivé depuis 1998, et une 70e édition où aucun artiste n'avait été nommé dans les catégories majeures. Même la nomination au titre de meilleur film pour Selma (le fameux biopic sur Martin Luther King) ne vient pas sauver la mise. Sur Twitter, les tendances américaines font ressortir un hashtag (#oscarssowhite) sans équivoque. "#OscarsNoms Pas de réalisatrices, scénaristes ou photographes femmes. Pas d'acteurs de couleur #diversité", écrit un journaliste de CNN. En tête de liste des artistes issus des minorités ethniques qui auraient pu espérer une nomination, David Oyelowo (Selma) est une évidence, alors que Takamasa Ishihara (Invincible) aurait pu rêver à un titre de meilleur acteur dans un second rôle, voire éventuellement Benicio Del Toro (Paradise Lost).

Déjà blâmée, l'Académie a fait des choix peut-être contestables, mais c'est bien l'industrie hollywoodienne qu'il faut viser : en 2015, seul Selma – qui porte sur un épisode de l'histoire de la communauté afro-américaine – aurait pu permettre à des acteurs de couleur d'être distingués. En résumé, Hollywood ne propose aux acteurs noirs ou latinos aucun rôle qui leur donnerait l'occasion de s'exprimer sur d'autres sujets que ceux portant sur leurs communautés respectives. Le constat était le même l'an dernier avec 12 Years a Slave. Le long métrage de Steve McQueen était sorti grand vainqueur, ce qui avait toutefois largement contribué à éteindre la polémique... laquelle resurgit donc en 2015.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel