Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

"On pensait que j'avais une petite forme d'autisme" : Jarry parle avec émotion de son enfance

"On pensait que j'avais une petite forme d'autisme" : Jarry parle avec émotion de son enfance
Par Kevin Sonsa-Kini Journaliste
Passionné, dynamique et actif sur les nouvelles actus, Kevin Sonsa-Kini est capable de dénicher les nouvelles des personnalités à tout moment, le matin, l’après-midi et le soir !
17 photos
Jarry était ce dimanche 6 novembre l'un des invités de l'émission "Un dimanche à la campagne" présentée par Frédéric Lopez sur France 2. L'humoriste de 45 ans s'est livré comme jamais sur son enfance différente de celle de ses frères.

Ce dimanche 6 novembre sur France 2, Frédéric Lopez présentait un nouveau numéro de son rendez-vous dominical Un dimanche à la campagne où il recevait Clara Luciani, Tatiana de Rosnay et Jarry.

C'est un Jarry très touchant et intime qui s'est livré face à Frédéric Lopez. L'humoriste de 45 ans (de son vrai nom Anthony Lambert) s'est confié avec émotion sur son enfance et sa vie différente de celle de ses frères. "Je suis resté en vie grâce à ma mère, a lancé d'emblée celui qui porte le nom de jeune fille de sa mère en nom de scène. Quand tu es dans un environnement et que le moindre centimètre carré de cet environnement ne correspond pas à ce qui t'habite à l'intérieur, tu as l'impression d'être un extraterrestre. Et moi, j'avais l'impression d'être un extraterrestre parce que je dansais dans ma chambre, je lisais de la poésie alors que mes frères étaient chasseurs, pêcheurs, jouaient à la bagarre... Moi je rêvais de mourir sur scène au ralenti, je m'entraînais pendant des heures dans ma chambre et je ne parlais pas. Tout le monde pensait que j'avais une petite forme d'autisme parce que je ne parlais pas."

J'adorais m'entraîner en faisant des défilés de mode avec les chaussures à talons de ma mère

Jarry a vu le jour prématurément à la suite d'un accident de voiture alors que sa mère était enceinte de sept mois. L'humoriste a confié avoir eu du mal à vivre sa différence par rapport à ses frères plus masculins. "J'étais très efféminé, très féminin. Je ne comprenais pas pourquoi. En plus, je voyais mes frères qui faisaient du judo, qui étaient des bonhommes. Moi je me disais : 'Pourquoi la vie a fait ce choix-là pour moi ?' Je l'ai vécu comme une injustice. Je me suis dit : 'Mais j'aurais dû naître en étant plus viril, plus masculin' et j'adorais m'entraîner en faisant des défilés de mode avec les chaussures à talons de ma mère, ce n'est quand-même pas normal ça ! Et je m'en voulais, je me suis dit qu'il y avait forcément quelque chose chez moi qui était raté. Comme on m'a raconté que j'étais né prématuré, à l'âge de sept mois, à la suite d'un accident de voiture, on me disait tout le temps : 'Tu es né d'une contrariété'" Malgré ses blessures d'enfance, Jarry est aujourd'hui un humoriste qui a réussi sa carrière et qui est aimé des Français.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image