Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Brigitte Macron "née homme" ? La première dame sort du silence et répond aux attaques

Brigitte Macron "née homme" ? La première dame sort du silence et répond aux attaques
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
18 photos
Après les rumeurs d'homosexualité visant Emmanuel Macron, voilà que son épouse fait à son tour l'objet de vives attaques sur les réseaux sociaux. Face à ses détracteurs, qui assurent qu'elle est en fait un homme, Brigitte Macron compte bien répondre par voie de justice.

Pour lancer la nouvelle Opération Pièces Jaunes, édition 2022, Brigitte Macron était l'invitée du JT de 13h sur TF1, ce mercredi 12 janvier. Tout en évoquant bien sûr son engagement en faveur des enfants hospitalisés et son rôle de présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, la première dame a accepté de répondre à une question sur la campagne de cyber-harcèlement qui la vise, avec davantage d'intensité depuis quelques semaines. En fin d'année, la rumeur selon laquelle elle serait en fait une femme transgenre, dont le prénom de naissance était Jean-Michel, a été largement relayée sur les réseaux sociaux. L'épouse d'Emmanuel Macron y réagit avec fermeté.

"Evidemment c'est un mensonge", a-t-elle d'abord répondu à Jacques Legros. L'épouse du président de la République a également confirmé qu'elle allait porter plainte, même si la démarche est "un petit peu longue" dans le cadre d'attaques en ligne. "Il faut les captures d'écran, l'intégralité des propos rapportés, c'est un peu long. Il y a ceux qui émettent, ceux qui relaient, ceux qui hébergent, il faut ratisser large. J'ai mis cinq jours et demi avec des avocats rompus à l'exercice. Imaginez-vous si ça arrive aux personnes, comment font-elles ?" Des rumeurs qui rappellent celles qui visaient Emmanuel Macron avant son arrivée à l'Elysée en 2017, et qui affirmaient qu'il était en réalité homosexuel.

Malheureusement, la première dame est désormais bien placée pour lutter contre ce cyber-harcèlement, et en particulier pour en protéger les mineurs. Elle recommande aux moins de 13 ans de se tenir à distance des réseaux sociaux, qu'une formation en la matière soit dispensée aux écoliers dès le primaire, elle réclame également des modérateurs qui parlent français ou encore qu'un contenu sensible puisse être enlevé rapidement lorsqu'un mineur est concerné. "Je trouve qu'on est beaucoup trop lents à réagir là-dessus", ajoute-t-elle, même si elle reconnaît, en tant que mère et grand-mère, qu'on peut vite être dépassé dans le cadre familial.

Ces attaques surviennent quelques mois avant la campagne présidentielle, campagne à laquelle Emmanuel Macron n'a pas encore officiellement pris part, même s'il a ouvertement confié son désir de se représenter. "J'ai entendu qu'il en avait envie et qu'il n'avait pas pris sa décision. Donc, comme vous j'attends sa décision", a commenté Brigitte Macron sur TF1, tout en assurant que son propre avis "ne rentre pas en ligne de compte". Que son mari candidate pour un second mandat ou non, celle qui craint "la violence et la haine" espère être témoin d'"une campagne exemplaire".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image