Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Hugo Clément, son portrait dans Libération ? "J'ai suivi ça de très loin..."

12 photos
Lancer le diaporama
Le journaliste de 28 ans s'exprime enfin.

Début janvier, Libération dressait un portrait peu valorisant d'Hugo Clément, ex-chroniqueur dans Quotidien (TMC) ayant migré sur le web, chez Konbini. Entre son supposé surnom "Ego Clément" et les critiques sur sa "sa propension à croire qu'il réinvente le journalisme", il n'avait pas été épargné par le quotidien. Vendredi 26 janvier 2018, sur le plateau de C à Vous (France 5), il réagit enfin.

Car, si certains avaient pris sa défense sur les réseaux sociaux, jusqu'alors Hugo Clément était resté silencieux. "C'est le jeu", lance-t-il face à Anne-Élisabeth Lemoine et son équipe. Et de poursuivre : "Quand on accepte de s'exposer, d'être présent à l'image dans les reportages, sur des plateaux télé, ça fait partie du jeu d'avoir des articles qui parfois sont désagréables."

Ainsi, "si on n'est pas content, on arrête de montrer sa tête et de s'exposer". Car comme l'explique Hugo Clément, "les journalistes écrivent ce qu'ils veulent" même si "ce n'est pas forcément agréable à lire". Pour lui, "il y a des choses graves dans la vie et ça n'en fait pas partie".

Si Hugo Clément arrive à prendre autant de distance avec les mots durs du portrait de Libération, c'est aussi car, lorsque le papier a été publié, il se trouvait en Sibérie. "J'ai suivi ça de très loin, indique-t-il. Quand on voit ce genre de décor, de paysage et les gens qui vivent là-bas, ça permet de relativiser sur la gravité de ce genre d'article."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image