Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Laurent Vidal : Mort à 31 ans du triathlète... Il devait épouser Andrea...

Laurent Vidal, qui comptait parmi les meilleurs triathlètes au monde, est mort d'un arrêt cardiaque le 10 octobre 2015. Bon vivant et amoureux de grands espaces, il avait 31 ans et laisse sa compagne Andrea Hewitt, championne de triathlon qu'il devait épouser en 2016. Photo au sommet du Carlit, dans les Pyrénées, publiée en juillet 2013 sur Facebook.
21 photos
Lancer le diaporama
Laurent Vidal, qui comptait parmi les meilleurs triathlètes au monde, est mort d'un arrêt cardiaque le 10 octobre 2015. Bon vivant et amoureux de grands espaces, il avait 31 ans et laisse sa compagne Andrea Hewitt, championne de triathlon qu'il devait épouser en 2016. Photo au sommet du Carlit, dans les Pyrénées, publiée en juillet 2013 sur Facebook.
Amoureux des grands espaces et bon vivant, il avait frôlé le pire en avril 2014 et savourait "différemment" l'existence depuis. Il n'était pas prêt à en rester là, hélas...

Il avait pourtant promis de choisir la vie, bien plus chère encore à ses yeux que le sport, mais choisir n'a pas suffi : le triathlète français Laurent Vidal, qui avait décroché un superbe accessit (5e) aux JO de Londres 2012, est mort à 31 ans dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 novembre 2015, d'un arrêt cardiaque. Le Sétois s'est éteint à son domicile à Gigean (Hérault), où les secours sont intervenus en vain...

Le triple champion de France de triathlon (2009, 2011, 2012), figure bien connue du circuit international de la discipline (il figurait constamment dans le top 10 mondial depuis des années), avait déjà été victime le 24 avril 2014 d'un grave accident cardiaque à Sète, lors de son entraînement à la piscine Fonquerne. Ranimé de justesse puis plongé dans le coma, il avait ensuite vécu une longue convalescence, se déclarant prêt, en fonction de l'avis des médecins, à renoncer à sa passion : "Le sport est aujourd'hui secondaire pour moi (...) C'est une passion, mais il ne représente rien par rapport à la vie. Je me prépare à ce qu'on me dise d'arrêter ma carrière comme à entendre que je suis guéri. Je suis prêt à tout", assurait-il ainsi en juin 2014, rappelle L'Equipe.

S'il avait finalement repris la pratique, sous un suivi médical accru, il était aussi et surtout devenu entraîneur, en particulier de sa compagne, la Néo-Zélandaise Andrea Hewitt, elle aussi figure phare du triathlon (2e des World Triathlon Series en 2015). "Je suis un Français Kiwi d'adoption, mais je parcours le monde avec ma partenaire néo-zélandaise", disait-il d'ailleurs en préambule de sa présentation sur son magnifique site officiel (réalisé par lui-même). "Une vie au grand air non conventionnelle", voilà comment il y décrivait sa vision de l'existence, qui le poussait à "vivre avec humour, compassion et curiosité". Sur le site d'Andrea, on trouve une présentation similaire. Le couple, qui partageait son temps entre l'été en France et l'été à Christchurch, avait prévu de se marier en octobre 2016 : "Il en avait fait la demande récemment au maire de Villeveyrac, Christophe Morgo", révèle le quotidien Midi Libre à propos de l'enfant du pays.

Andrea est d'ailleurs au coeur des messages de condoléances et de soutien que de nombreuses personnalités du monde du sport n'ont pas manqué de publier sur les réseaux sociaux en apprenant la nouvelle. Parmi eux, les mots touchants du biathlète perpignanais Simon Fourcade : "Laurent, j'ai été heureux d'avoir croisé ton chemin et d'avoir été ton ami. T'étais un mec en or et nos sorties romeufontaines en vélo vont me manquer. J'espère qu'ils ont du bon vin et de la bonne charcuterie la haut. Plein de courage à Andrea, à ton frère et à tes proches."

Le mec en or qui aimait croquer la vie et ses plaisirs, derrière l'athlète épris de grands espaces (il documentait abondamment ses explorations sur Twitter), c'est également l'image qui ressort du beau sujet que lui consacre ce jour le quotidien L'Equipe, se remémorant "l'accent chantant et les éclats de rires [qui] classent immédiatement Laurent Vidal dans la catégorie des bons vivants".

Quelques semaines après son accident survenu en avril 2014, "victime d'un trouble du rythme cardiaque suivi d'un arrêt cardio-ventilatoire", il racontait cette expérience au quotidien Midi Libre et affirmait en avoir "tiré du positif" : "J'ai pris des années d'expérience en une seule journée, remarquait-il. C'est incroyable comment ce genre d'accident permet de tout remettre en perspective. Je suis parti de chez ma mère, à midi, en lui disant à peine un "à tout à l'heure". Comme je suis parti de chez moi, en Nouvelle-Zélande, en donnant rendez-vous dans un mois à Andrea. Sans savoir, forcément, ce qui allait se passer. Si j'avais été à vélo dans la garrigue ou en train de nager en mer, je ne serais pas là aujourd'hui pour en parler. J'ai failli partir sans dire à mes proches plein de choses capitales. Ça m'a marqué et, désormais, je compte davantage vivre dans l'instant (...) Je ne peux pas en vouloir à la vie. Au contraire, cet accident m'a permis de l'aimer davantage. Différemment en tout cas. Je crois que c'est ma plus belle victoire."

Comme il le disait alors, ce passionné insoupçonné de musique electro était loin d'être usé...

La rédaction adresse toutes ses condoléances à Andrea et aux proches de Laurent Vidal, et s'associe respectueusement à leur peine...

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel