Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Rebecca Marino : Dépressive et harcelée, la jeune espoir du tennis dit stop

Rebecca Marino, victime de dépression et de harcèlement, se retire du circuit WTA le 20 février 2013

Elle avait tout pour réussir, mais à 22 ans, Rebecca Marino a préféré dire stop. La Canadienne a annoncé qu'elle mettait un terme à sa carrière de joueuse de tennis, expliquant souffrir de d'une maladie depuis de longues années.

En 2010 lors de l'US Open, la jeune joueuse de 19 ans avait crevé l'écran malgré sa défaite au second tour du tournoi. Face à elle, Venus Williams, alors quatrième joueuse mondiale, avait eu toute les peines à se défaire de son adversaire (7-6, 6-3). "Maintenant, je sais ce que ça fait de jouer contre moi ! ", avait-elle déclaré, faisant référence à la puissance, à la couverture du terrain et à la belle défense de Rebecca Marino, mesurée à 183 cm sous la toise. Alors pourquoi la jeune femme, qui avait atteint le 38e rang mondial en 2011, a-t-elle décidé de tout plaquer ? La réponse est simple, la dépression. Une maladie qui l'avait contrainte à faire une première pause en 2012 : "Je passais des jours sans sortir de mon lit, sans même m'habiller. C'est dur à décrire, mais vous avez cet étrange sentiment que tout est gris et un manque de motivation simplement pour faire des choses."

Victime en outre d'un harcèlement violent sur les réseaux sociaux, Rebecca Marino a décidé de dire stop, sans pour autant utiliser le mot retraite. "Je recevais des messages disant qu'il fallait que je meure, que j'aille brûler en enfer, que j'étais une abrutie et plein d'autres choses que je prenais en plein visage", a-t-elle ainsi confié, alors que ses différents comptes sur les réseaux sociaux étaient clôturés mardi dernier. Les auteurs ? Des parieurs déçus après des matches perdus et qui l'accusaient de leur avoir fait perdre de l'argent. "Tout ça a pesé sur moi, même si ça n'est pas la raison essentielle de mon choix d'aujourd'hui. Je crois vraiment que je ne veux pas sacrifier mon bonheur et d'autres parties de ma vie au tennis. Je veux étudier, et puis trouver un job", poursuivait la native de Vancouver ce mercredi 20 février, des trémolos dans la voix, elle qui souhaite également consacrer plus de temps à sa famille et ses amis.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel