Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Samir Nasri : "J'ai été heureux quand Raymond Domenech a perdu son travail"

Samir Nasri : "J'ai été heureux quand Raymond Domenech a perdu son travail"

Samir Nasri a la rancune tenace.

Le meneur de jeu tricolore, qui a rejoint l'armada des Citizens de Manchester l'été dernier, connaît une période difficile, peinant à s'imposer dans une équipe nationale. On attendait pourtant de lui qu'il devienne le leader technique des Bleus, lesquels cherchent, après l'échec de l'Afrique du Sud, à se reconstruire sous la houlette de Laurent Blanc.

Résultat : des petites phrases assassines échangées avec Laurent Blanc à travers les médias et un premier clash dont le but était de faire réagir Samir Nasri. Mais en ce début d'année 2012, c'est Raymond Domenech qui a voulu donner son avis et piquer au vif l'ancien Marseillais. "Samir a du talent. Il a besoin d'arrêter de discuter, de parler des uns et des autres et de se remettre sur le terrain, de travailler, de montrer qu'il est un grand joueur", déclarait l'ancien sélectionneur au micro de RTL lors du Club Liza.

Une déclaration qu'a peu appréciée le joueur, qui en veut encore terriblement à Raymond Domenech de ne pas l'avoir emmené en Afrique du Sud pour la Coupe du Monde 2010. Dans les colonnes du Times, Samir Nasri a donc réglé ses comptes. Et autant dire qu'il n'est pas tendre avec RayDo : "J'ai été heureux quand il a perdu son travail. Si j'avais été président de la Fédération, je l'aurais viré dès 2008. Il a dit des choses fausses sur moi parce qu'il croyait Gallas et d'autres anciens de l'équipe. En 2008, il y a eu des gens pour dire que c'était moi, le fauteur de troubles. Mais en 2010, on a bien vu que ce n'était pas moi le problème..."

On se souvient en effet qu'il y a plus de deux ans, Williams Gallas et Samir Nasri s'étaient accrochés lors d'un stage de l'équipe de France. L'ancien défenseur des Bleus avait alors critiqué le joueur de 24 ans dans son autobiographie. Un geste resté en travers de la gorge de l'interessé qui avait refusé, lors d'un match de Premier League face à Tottenham, de serrer la main de son ancien partenaire à Arsenal...

Et autant dire que les choses ne sont pas près de s'arranger entre les deux hommes : "Je ne lui serrerai plus jamais la main parce que je ne suis pas un hypocrite", a déclaré Samir Nasri. Une séquence coquace qui aurait pu se reproduire ce dimanche 22 janvier si Williams Gallas n'avait pas été blessé au moment du choc entre Manchester City et Tottenham...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image