Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Grammy Awards 2016 : Palmarès d'une soirée de feu...

Taylor Swift lors des 58e Grammy Awards le 15 février 2016 à Los Angeles. La chanteuse, qui a interprété Out of the Woods en ouverture, a reçu trois trophées.
26 photos
Lancer le diaporama
Taylor Swift lors des 58e Grammy Awards le 15 février 2016 à Los Angeles. La chanteuse, qui a interprété Out of the Woods en ouverture, a reçu trois trophées.
Entre le couac d'Adele, la blague clairvoyante de Stevie Wonder, les hommages à David Bowie et Maurice White, et l'apparition surprise de Beyoncé, la pluie de prix est tombée...

Rihanna peut s'en vouloir d'avoir dû déclarer forfait au dernier moment pour cause d'inflammation des cordes vocales : la 58e cérémonie des Grammy Awards, lundi 15 février 2016 au Staples Center de Los Angeles, a multiplié les événements dans l'événement, les performances marquantes et les prises de parole affirmées.

Si elle s'est vexée d'avoir connu un petit couac vocal ("j'ai loupé une note", a-t-elle glissé avec frustration en regagnant sa place au pied de la scène) en interprétant sa nouvelle chanson Out of the Woods en ouverture de la soirée, Taylor Swift a ensuite pu se consoler avec trois Grammy Awards sur sept nominations, et pas des moindres : en raflant le prix du Meilleur album pour 1989, six ans après l'avoir déjà obtenu pour Fearless, elle devient la première femme à réaliser ce doublé. Ce qui valait bien, de la part de cette avocate de la condition féminine et de l'empowerment des jeunes filles, un discours de remerciement engagé : "En tant que première femme à gagner le prix de l'album de l'année aux Grammys deux fois, je veux dire aux jeunes femmes que vous rencontrerez beaucoup de gens qui tenteront de minimiser votre succès", a-t-elle ainsi déclaré, dans une diatribe visant ceux qui cherchent "à s'attribuer le mérite de vos accomplissements" - en ligne de mire, Kanye West, qui, après l'avoir spoliée sur la scène des Grammy Awards, a dernièrement affirmé l'avoir ainsi "rendue célèbre"...

La chanteuse de 26 ans, qui arborait une nouvelle coupe de cheveux au carré pour l'occasion, a également reçu les trophées du Meilleur album de pop vocale et du Meilleur clip pour Bad Blood, réalisé par Joseph Kahn.

Seul Kendrick Lamar a fait mieux : nominé dans onze catégories à la faveur de son album To Pimp a Butterfly, le rappeur a été sacré cinq fois - même si les récompenses phares lui ont échappé (dont celle de l'Album de l'année, remportée par Taylor Swift, et celle de la chanson de l'année, décernée à Ed Sheeran pour Thinking Out Loud). Lauréat des Grammy Awards de la Meilleure chanson rap et de la Meilleure performance rap (pour Alright, qu'il a d'ailleurs interprétée sur scène), de la Meilleure collaboration rap (pour These Walls, avec Bilal, Anna Wise et Thundercat) et du Meilleur album rap, mais aussi du Meilleur clip puisqu'il a collaboré avec son amie Taylor Swift pour Bad Blood, l'auteur d'un des tout meilleurs albums de 2015 tous styles confondus a enfoncé le clou avec panache et conviction avec sa prestation du soir : interprétant The Blacker the Berry dans un décor de prison et entouré de danseurs proposant un tableau faisant référence aux violences contre les Noirs aux Etats-Unis, et Alright, titre devenu l'hymne non-officiel du mouvement protestataire Black Lives Matter, devant un gigantesque brasier, l'artiste de 28 ans originaire de Compton a fait passer un message fort...

Parmi les autres prix principaux, Mark Ronson et Bruno Mars ont quasiment sans surprise reçu le Grammy Award de l'enregistrement de l'année pour la bombe dansant Uptown Funk. The Weeknd, qui s'est incliné dans cette catégorie, a toutefois confirmé son émergence avec deux trophées, tandis que Meghan Trainor a été sacrée révélation de l'année. Le groupe Alabama Shakes a décroché trois Grammys en rock et musique alternative.

Outre les revendications de Taylor Swift et Kendrick Lamar, la cérémonie a également été animée par la controverse visant le site de musique en streaming Spotify concernant la rétribution des auteurs et interprètes, mais aussi, plus positivement, par des hommages spectaculaires : celui de Lady Gaga à David Bowie, celui de Johnny Depp et Alice Cooper à Lemmy Kilmister de Motörhead, et celui de Stevie Wonder à Maurice White, d'Earth Wind and Fire.

L'essentiel du palmarès des 58e Grammy Awards (liste exhaustive - très longue ! - sur le site de l'événement) :

Enregistrement de l'année : Uptown Funk – Mark Ronson featuring Bruno Mars

Album de l'année : 1989 – Taylor Swift

Chanson de l'année : Thinking Out Loud - Ed Sheeran & Amy Wadge

Révélation de l'année : Meghan Trainor

Meilleure performance pop solo : Thinking Out Loud - Ed Sheeran

Meillure performance pop en duo ou groupe : Uptown Funk – Mark Ronson featuring Bruno Mars

Meilleur album de pop vocale traditionnelle : The Silver Lining: The Songs of Jerome Kern – Tony Bennett & Bill Charlap

Meilleur album de pop vocale : 1989 – Taylor Swift

Meilleur enregistrement dance : Where Are Ü Now – Skrillex et Diplo avec Justin Bieber

Meilleur album dance / musique électronique : Skrillex and Diplo Present Jack Ü – Skrillex and Diplo

Meilleure performance rock : Don't Wanna Fight – Alabama Shakes

Meillure performance metal : Cirice – Ghost

Meilleure chanson rock : Don't Wanna Fight - Alabama Shakes

Meilleur album rock : Drones – Muse

Meilleur album de musique alternative : Sound & Color – Alabama Shakes

Meilleure performance R&B : Earned It (Fifty Shades of Grey) – The Weeknd

Meilleure performance R&B traditionnel : Little Ghetto Boy – Lalah Hathaway

Meilleure chanson R&B : Really Love - D'Angelo & Kendra Foster

Meilleur album de musique urbaine contemporaine : Beauty Behind the Madness – The Weeknd

Meilleur album R&B : Black Messiah – D'Angelo and The Vanguard

Meilleure performance rap : Alright – Kendrick Lamar

Meilleure collaboration rap : These Walls – Kendrick Lamar featuring Bilal, Anna Wise & Thundercat

Meilleure chanson rap : Alright

Meilleur album rap : To Pimp a Butterfly – Kendrick Lamar

Meilleure performance country solo : Traveller – Chris Stapleton

Meilleur duo ou groupe country : Girl Crush – Little Big Town

Meilleure chanson country : Girl Crush – Hillary Lindsey, Lori McKenna & Liz Rose (Little Big Town)

Meilleur album country : Traveller – Chris Stapleton

Meilleur album de pop latine : A Quien Quiera Escuchar (Deluxe Edition) – Ricky Martin

Meilleur album rock, musique urbaine ou alternative latin : Hasta la Raíz – Natalia Lafourcade

Meilleur album tropical latin : Son de Panamá – Rubén Blades with Roberto Delgado & Orquesta

Meilleur album blues : Born to Play Guitar – Buddy Guy

Meilleur album folk : Béla Fleck & Abigail Washburn – Béla Fleck et Abigail Washburn

Meilleur album reggae : Strictly Roots - Morgan Heritage

Meilleur album de musiques du monde : Songs - Angélique Kidjo

Meilleur album parlé : A Full Life: Reflections at Ninety – Jimmy Carter

Meilleur album de bande originale : Birdman - Antonio Sanchez

Meilleure chanson de bande originale : Glory (extrait de Selma) – Lonnie Lynn, Che Smith & John Stephens, songwriters (Common & John Legend)

Producteur de l'année : Jeff Bhasker

Meilleur clip : Bad Blood – Taylor Swift / Joseph Kahn, réalisateur, Ron Mohrhoff, producteur

Meilleure musique de film : Amy - (Amy Winehouse) / Asif Kapadia, James Gay-Rees

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Amy Winehouse, émue aux larmes quand elle entend son papa chanter pour elle
Quand Taylor Swift se prend pour Bree Van de Kamp
Janet tout sourire, malgré la tempête qui s'abat sur la famille Jackson