Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Incroyable talent : Les Echos-liés, grands gagnants, bondissent sur la polémique et attrapent le Bobino... au culot !

En début de semaine, une polémique éclatait au sujet de La France a un incroyable Talent, émission de M6 qui s'est terminée le 30 décembre 2009. Les gagnants, le groupe Echos-liés, auraient plagié le groupe DDM (Drôles de Mecs) qui ont également participé à l'émission, s'arrêtant avant la demi-finale. Une victoire non méritée ? Pas vraiment. Mais ce mini-scandale est l'occasion d'en savoir plus sur les Echos-liés, ce groupe de cinq danseurs rigolos qui manient aussi bien la dérision que les pas de danse. Ortega, le leader, nous a accordés une interview en toute simplicité... et en toute légèreté.
Attention, chers lecteurs : avec les Echos-liés... tutoiement et bonne humeur exigés.

Purepeople : L'émission ne s'est pas vraiment attardée sur vous cinq. Vous êtes qui ? Vous êtes combien ? Vous sortez d'où ?

Ortega des Echos-liés : On est cinq à avoir participé à l'émission Incroyable Talent : Mutant, Idriss, Loco, Anti et moi, Ortega. Mais on est une douzaine rien qu'en France. Certains sont aussi en Belgique, au Mexique, en Inde... On est un peu partout ! On se connaît depuis six ans et on danse ensemble depuis cinq ans. On fait beaucoup de spectacles de rue, que ce soit à Lyon et ailleurs. Un artiste de rue nous a, un jour, conseillé de participer à l'émission et de tenter les castings et on s'est dit "pourquoi pas ?". Cela s'est fait comme ça dans la bonne humeur et au feeling. Tout ça grâce à un spectacle de rue !

Purepeople : Justement... entrons dans le vif du sujet : ce serait à l'occasion d'un spectacle de rue que vous seriez allés voir les DDM pour leur demander des conseils et pour vous lancer ensuite dans l'aventure Incroyable Talent...

Ortega : C'est faux, on ne s'est jamais rencontrés. Ils parlent d'Avignon : on y était pendant une semaine pour faire du show... pas pour en voir. Ils disent qu'on s'est vus en juillet et que c'est suite à cela qu'on s'est lancé dans l'émission, c'est faux : on a passé le pré-casting en juin dernier, vidéo à l'appui !

Purepeople : Ils disent aussi, dans l'interview donnée à Cyril (de Secret Story 2), qu'ils ont inventé le concept du mélange de breakdance et d'humour...

O : Absolument pas. Salah, le gagnant de la première édition d'Incroyable Talent, mêlait déjà les deux ! On a fait des prestations avec les Fallen Angels, des Espagnols qui pratiquent la même discipline depuis déjà sept ans : les DDM n'ont rien inventé et on existait déjà sans eux. On ne leur a rien volé.

Purepeople : Il y a quand même des ressemblances dans vos prestations respectives pendant Incroyable Talent...

O : Oui, mais cela vient aussi du fait qu'ils sont cinq et nous aussi. On aurait été huit sur scène, les médias n'auraient pas autant insisté sur la ressemblance. Il est évident qu'à cinq, certaines gestuelles de la chorégraphie se retrouvent et se ressemblent : on a le même espace pour se produire et on est le même nombre. A certains rares moments, on occupe donc la scène de la même façon, nécessairement. Ce qui ne veut pas dire qu'on fait la même chose.

Purepeople : Pourquoi s'estiment-ils aussi lésés, alors ?

O : Je ne sais pas... Pour faire parler d'eux peut-être. Ça m'a vachement blessé, ces accusations de plagiat, et le groupe aussi. Surtout qu'on ne voulait pas répondre à ces attaques, pour ne pas alimenter cette polémique injustifiée.

Purepeople : Ils ont évoqué un argument pour expliquer le fait que vous ayez été privilégiés par rapport à eux. Apparemment, leur professionnalisme leur aurait porté préjudice. Un avis là-dessus ?

O : Ouais... (manifestement sceptique). Dans l'émission, on a quand même entendu et vu Gilbert Rozon, le professionnel [producteur et fondateur du festival reconnu Juste Pour Rire, ndlr] dire qu'il n'aimait pas ce qu'ils faisaient et qu'il les trouvait arrogants ! Ils ont beau être produits par M6, ils ne font pas l'unanimité pour autant.

Purepeople : Si vous avez gagné, c'est qu'il y a peut-être une raison, après tout... Une victoire que vous avez remportée grâce à un très bon show de deux minutes, bien préparé (un zapping télé). C'était un sketch déjà prêt que vous avez adapté pour l'émission ? Ou une création originale ?

O : Ah ! Non ! Ce n'était pas du tout quelque chose de prêt. On a mis une semaine pour créer ce petit spectacle qui est, je pense, l'un de nos meilleurs pendant Incroyable Talent parce qu'on s'est vraiment amusés après notre déception de la demi-finale : pas de prise de tête. On est content parce que pendant ces deux semaines, on a été plutôt occupés puisque j'ai fais plusieurs voyages pour aller voir Gérard Louvin. Et pour mes examens médicaux, à cause de mon accident.

Purepeople : Accident ? Dis-nous tout...

Il faut remonter plus loin. Pour la demi-finale du 16 décembre [première émission en direct, ndlr], on n'a eu que trois jours pour préparer un show parce qu'un mois avant, j'ai été brûlé par des artifices au troisième degré à la jambe : j'ai dû avoir une greffe de peau. Résultat, pour le soir de la demi-finale, on n'était pas à 100 % de nos capacités et on n'était d'ailleurs pas complètement satisfaits de nous-mêmes. Après cette décevante demi-finale, j'ai passé une semaine à faire des examens médicaux.

Purepeople : ... et un rendez-vous avec Gérard Louvin ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Ortega : Pendant l'émission, Gilbert Rozon nous a donné le numéro du producteur Gérard Louvin, en pensant qu'on allait prendre rendez-vous avec lui d'ici un mois : mais non ! Une semaine avant la finale du 30 décembre, je suis allé le voir, comme ça, au culot. La finale n'était donc pas encore passée, on n'avait rien gagné et il ne connaissait absolument pas les Echos-liés ! Je lui ai dit qu'il allait nous connaître parce qu'on allait obligatoirement gagner (rires) ! Je lui ai ensuite demandé si on pouvait se tutoyer et je lui ai demandé : "Qu'est-ce que tu fais en ce moment ?" ; il m'a répondu : "Je m'ennuie un peu, y'a rien qui me titille". Je lui ai donc annoncé qu'avec les Echos-liés, il ne pouvait plus s'ennuyer, qu'on allait te titiller ! Je lui ai présenté notre groupe, il est allé sur le net pour voir qui on était et ce qu'on faisait et il a éclaté de rire au visionnage de l'une de nos vidéos ! On a discuté et il m'a proposé qu'on revoie cela ensemble après l'émission... Je lui ai dit qu'il fallait le faire tout de suite ! Alors, Louvin m'a annoncé qu'il avait une date de libre le 26 janvier à Bobino. Je suis donc sorti de son bureau avec une date de spectacle alors qu'il ne nous connaissait même pas quand je suis rentré !

Purepeople : Gilbert Rozon avait effectivement abordé cette date, mais qu'en est-il de la tournée avec Arturo Brachetti ? Quel est le concept ?

Ortega : On ne connaît pas exactement le contenu du show, mais on sait déjà qu'on ne sera pas une première partie de son spectacle puisqu'on sera réellement intégrés au show avec d'autres artistes et lui-même. On est super contents et c'est très flatteur d'être considéré comme artistes et pas simplement comme "première partie". Ce sera une tournée internationale qui passera par Toronto, Chicago et d'autres villes, et cela débutera en juillet prochain.

Purepeople : Et pour les 100 000 euros ? Vous avez fait des folies ?

O : On a tout placé sur un compte. On en a gardé une partie pour nous, de façon individuelle, et la majeure partie sert à notre société qui sera officiellement considérée comme telle au milieu du mois de janvier. Avant, la marque "Echos-liés" était une association grâce à laquelle on louait des salles pour nous produire, désormais ce sera une entreprise, une société de production. Le show de Bobino sera donc produit par Louvin, Rozon... et les Echos-liés !

Purepeople : C'est beau, la notoriété et l'argent. Cela change quoi dans ton quotidien et celui de tes camarades ? Des promotions ? Des cafés gratuits ?

Ortega : (rires) Oui, ça arrive souvent maintenant ! C'est marrant, quant t'es pas connu, tu payes et quand t'es un peu connu, tu ne payes plus : c'est dingue !

Purepeople : Et à part boire des cafés gratos, d'autres projets ?

O : Oh oui ! La semaine prochaine, on va faire un spectacle à Lyon pour remercier ceux qui nous ont soutenus. On a une lettre d'information sur notre site Internet, qui compte 4000 adhérents : on va leur envoyer des invitations pour venir nous voir dans la rue. Un show de remerciement qui sera filmé et qui sera mis en ligne sur le site. Et je peux déjà annoncer qu'il y aura des invités d'Incroyable Talent : Le groupe So United Crew (les danseurs arrivés en finale) que l'on connaît bien. C'est vraiment top ce qu'ils font, ils sont doués. Il y aura aussi Céline (la chanteuse lyrique) ; le magicien Charlie Potter qui fait la première partie d'Anthony Joubert dans son one-man show ; Rival Ducan, le fou qui faisait des poèmes en japonais et plein d'autres ! Je pense que ce sera sympa... même si les flics risquent de nous virer au bout d'une heure (rires) ! On va également créer un canal Echo-liés sur notre site, sorte de blog en vidéos, qui racontera les avancées de nos projets pour nos fans. Parce qu'on en a quand même qui nous suivent depuis cinq ans, depuis qu'on fait nos spectacles de rue. Et le 18 janvier prochain, nous serons aussi à Lyon pour la remise des prix sportifs de l'année : on sera là pour l'animation et ce sera retransmis sur une télé régionale. Il y aura de grands sportifs comme Karim Benzéma... et on va leur faire porter notre ligne de fringues !

Purepeople : Une ligne de vêtements, en plus ? Mais vous êtes partout ! C'est un vrai business...

O : Oui, mais on était déjà là-dedans avant. Cette victoire et cet argent vont juste accélérer et simplifier les choses.

Purepeople : Sur votre site Internet, il y aussi des sons de hip-hop. Vous explorez tout ce que le hip-hop offre, apparemment : vous êtes rappeurs aussi ?

O : A la base oui, on vient du rap. J'ai commencé en 98 en Belgique, on était alors un duo et on a fait pas mal de petits concerts. J'ai travaillé avec Shurik'n (du groupe IAM), les Psy 4 de la rime, avant qu'ils soient très connus ou encore le DJ Kheops. J'ai aussi donné des cours à l'école : j'étais payé par l'Education Nationale pour ça ! J'ai déjà sorti des albums, confidentiels et je les vendais devant la FNAC, sous le manteau : j'allais voir les clients qui squattaient devant le rayon hip-hop et je leur disais que j'avais de la meilleure musique ! (rires). Toujours au culot ! Mais, même si on vient tous du rap, on s'est rendu compte que la musque ne touchait qu'une partie du public. Alors, en 2004-2005, on s'est mis au spectacle et à la danse : ça touche plus du monde... et ça rapporte plus, même si ce n'est pas vraiment la priorité. On bosse surtout par plaisir, c'est notre moteur.

Purepeople : Et le rap est abandonné ou juste suspendu ? Des projets d'albums en préparation ?

O : Non, ce n'est pas abandonné. On a des albums en préparation, notamment celui d'Anti, Larmes de Dissuasion massive, et le mien qui pourrait voir le jour fin 2010/début 2011 et qui pourrait s'appeler... Non, tu vas te moquer !

Purepeople : Noooon ! Ce n'est pas le genre de la maison : promis !

O : (rires) Bon, ça pourrait s'appeler Mémoire d'un petit con pas comme les autres... Mais c'est pas définitif !

Purepeople : Dernière question, avant de te libérer, qui est la plus capitale. Sur les cinq candidats que l'on a vus dans l'émission, toi y compris... combien sont célibataires ?

Ortega : (rires) Heu... C'est un peu compliqué, mais pour donner une estimation... Non, j'peux pas dire ça, les autres sont pas là, ils vont me détester (rires) ! Bon, d'accord. On va dire... qu'il y a deux célibataires sur les cinq que vous avez vus sur M6 !

 

Voilà une information que l'on retiendra, comme tous les belles idées du groupe Echos-liés. Souhaitons aux gagnants de La France a un incroyable talent de pouvoir réaliser tous leurs nombreux projets... et grand merci à Ortega de nous avoir consacré un peu de son temps.

Propos recueillis par AJC.


Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel