Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jean-Marc Morandini sur iTÉLÉ: Les journalistes se rebiffent, la chaîne réplique

Guerre par voie de presse...

Annonce choc ce vendredi 7 octobre. Le groupe Canal+ a officialisé, via un communiqué de presse, l'arrivée de Jean-Marc Morandini à l'antenne d'iTÉLE d'ici à quelques jours.

L'animateur de 51 ans que l'on sait soumis à un contrôle judiciaire après avoir été mis en examen pour corruption de mineur et corruption de mineur aggravée y animera une émission intitulée Morandini Live à partir du 19 octobre sur la chaîne d'info en continu. Une annonce qui surprend d'autant plus qu'il y a une dizaine de jours, les représentants de la Société des journalistes (SDJ) sur la chaîne d'information annonçaient aux salariés que la direction avait renoncé à l'arrivée de Jean-Marc Morandini...

Comme nous l'indiquions ce matin, les réactions dans la rédaction d'iTÉLÉ, suite au communiqué de presse ne se sont pas faites attendre. Sur Twitter, Michaël Zoltobroda, journaliste médias au Parisien, a relayé : "On est sous le choc, humiliés, en colère." De plus, la direction de la chaîne aurait justifié cette arrivée par "le besoin de faire de l'audience" et "la présomption d'innocence".

À découvrir en vidéos

La SDJ répond à iTÉLÉ

"L'arrivée de Jean-Marc Morandi est inacceptable.

La Société des journalistes d'I-télé- Canal+ a appris avec consternation la venue de Jean-Marc Morandini sur l'antenne de l'iTele à partir du 19 octobre pour une émission quotidienne consacrée aux medias.

La rédaction est sous le choc, inquiète de l'impact de cette décision.

A plusieurs reprises déjà depuis l'ouverture d'une enquête à son encontre, nous avons exprimé notre profond désaccord sur la venue de Jean-Marc Morandini. Nous l'avons exposé à notre direction. Il nous apparaissait déjà qu'il était inacceptable d'associer notre image à celle d'un producteur de série érotique sur le net (Les Faucons), cette situation étant de nature à porter atteinte à notre honneur, à notre réputation et d'une manière générale aux nos intérêts moraux.

Notre métier repose sur la crédibilité. Celle d'une rédaction, celle de ses journalistes. Sur notre image. Sur une déontologie. C'est notre bien commun.

Sans préjuger de sa culpabilité, en respectant sa présomption d'innocence, il est évident que la présence de Jean-Marc Morandini entachera l'image de la chaine et de ses journalistes.

Il y a deux semaines, la direction nous expliquait que " les faits reprochés à Jean-Marc Morandini (étaient) graves, et (que) la question de son arrivée ne se (posait) plus. Sauf contrordre ".

L'argument avancé aujourd'hui par la direction pour justifier ce "contrordre" est le suivant : faire remonter les audiences. Il est d'un cynisme en complet décalage au vu de la gravité des faits qui lui sont reprochés.

Actuellement Jean-Marc Morandini est mis en examen pour " corruption de mineurs ", et " corruption de mineurs aggravée " par l'utilisation d'un moyen de communication électronique. Par ailleurs, il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec des mineurs.

Le contrôle judiciaire reflète la gravité des soupçons qui l'empêchent, à nos yeux, de pouvoir être l'une des incarnations fortes d'iTélé. Que ferons-nous lors de la prochaine étape judiciaire pour rendre compte des faits ?

Le simple fait d'écrire ces lignes nous paraît à tous surréaliste.

Alors que depuis des années, l'opinion attend particulièrement des personnalités publiques la probité qui s'impose à tous, alors que le principe d'un retrait de ses fonctions lors d'une mise en examen en attendant le jugement est communément acquis (chez les élus, les fonctionnaires, les sportifs, entre autres) comment pourrions-nous, en tant que journalistes, nous en exonérer ?

Parce que nous souhaitons tous la réussite de notre chaine et parce que le 19 octobre est encore loin, nous demandons à notre direction de revenir sur sa décision. Dans l'intérêt de tous."

Réponse d'iTÉLÉ à la SDJ

Comme l'indiquent nos confrères de Puremédias.com, iTÉLÉ a usé de deux lignes pour répondre à deux pages. "Le communiqué de la SDJ d'iTELE diffusé cet après-midi met en cause le principe de la présomption d'innocence. Les directions d'iTELE et du Groupe CANAL considèrent que ce principe est un droit essentiel de la démocratie, et continueront à l'appliquer", peut-on lire dans ce communiqué.

Ainsi, iTÉLÉ devient le seul média français à maintenir Jean-Marc Morandini à l'antenne malgré sa mise en examen survenue après l'enquête autour des échanges de SMS avec un mineur et d'une séance photo – toujours avec un mineur – à son domicile. Cette mise en examen ne concerne pas les castings douteux de sa web-série Les Faucons, qui font l'objet d'une autre enquête pour harcèlement sexuel et travail dissimulé menée en ce moment même par la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP). NRJ12 a d'ores et déjà retiré tous les plateaux de l'animateur dans Crimes (lui laissant un rôle de voix off), et Europe 1 a confié l'animation du Grand Direct des médias à Thomas Joubert.

Jean-Marc Morandini reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'à la clôture finale du dossier pénal.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
PPDA, Michel Drucker, Sophie Davant : leurs looks improbables à leurs débuts
Neil Patrick Harris : papa gâteau, il s'éclate avec son homme et ses jumeaux Harper et Gideon
Sébastien Cauet met le feu pour un concert au Champ de Mars !
Commentaires
Sur le même thème