Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Marcel Azzola, légende de l'accordéon, est mort

C'est un musicien d'exception qui s'est éteint. Marcel Azzola était un accordéoniste de jazz et de musette que les grands noms de la chanson française s'arrachaient. À commencer par Jacques Brel. Il est mort lundi.

L'immense accordéoniste Marcel Azzola est mort, lundi 21 janvier 2019, à son domicile de Villennes-sur-Seine dans les Yvelines. La triste nouvelle a été communiquée à l'AFP par Lina Bossat, sa compagne. "Son coeur a lâché", a-t-elle fait savoir. Il avait 91 ans.

À lire aussi

Marcel Azzola est né en 1927 dans le 20e arrondissement de Paris de parents immigrés italiens. Il débute très tôt par le violon avant de se tourner vers l'accordéon. En 1937, il remporte un concours et se retrouve à accompagner la grande Fréhel au débotté lors d'un radio-crochet, raconte l'AFP. Il continue son apprentissage classique mais sa carrière dans la variété est déjà lancée. À la fin des années 1940, il est devenu un musicien de studio incontournable. En 1949, il joue pour Edith Piaf sur Sous le ciel de Paris, puis toute une nouvelle génération d'artistes s'empare de son talent. On le retrouve alors auprès Gilbert Bécaud, Barbara, Boris Vian, Marcel Mouloudji, Juliette Gréco, Francis Lemarque, Yves Montand et bien d'autres. Le cinéma se l'arrache également. Son accordéon fait des merveilles dans les films de Jacques Tati (Mon oncle, Trafic et Playtime) mais aussi chez Claude Lelouch (Les uns et les autres), Claude Sautet (Vincent, François, Paul et les autres), Bertrand Tavernier (Le Juge et l'Assassin) ou encore dans La Zizanie avec Louis de Funès. On le retrouve sur une centaine de bande originales.

En 1968, il enregistre Vesoul avec Jacques Brel. Pendant l'enregistrement, Brel lui lance le fameux "Chauffe Marcel, Chauffe !" avant son époustouflant solo qui fait entrer Marcel Azzola dans la légende.

Jacques Brel accompagné par Marcel Azzola, pour "Vesoul" en décembre 1968.

Marcel Azzola est réputé pour sa technicité et pour avoir emmené son instrument dans le jazz, ce qui fait de lui une "figure emblématique" pour toute une génération d'accordéonistes. Dans les années 1980, il également oeuvré pour le rapprochement du jazz et du musette. En tant que professeur et ambassadeur de son instrument, Marcel Azzalo a milité dans les années 1970 pour la reconnaissance de l'accordéon jusqu'à son inscription au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 2002. Pendant vingt ans, il a enseigné à l'école de Musique d'Orsay.

Il a reçu en 1995 une Victoire de l'album de jazz instrumental pour L'Accordéoniste puis une Victoire d'honneur neuf ans plus tard. Il était commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres mais avait refusé la Légion d'honneur. De 1969 à 1981, le public a pu le saluer au musée Grévin où trônait sa statue de cire en compagnie d'autres vedette de la musique.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel