Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

MasterChef : 20 candidats sauvés par le jury, un couple est séparé et... une belle audience ! (réactualisé)

Réactualisation : De mieux en mieux pour MasterChef ! Le troisième épisode diffusé hier soir a enregistré une meilleure audience que la semaine dernière : vous étiez 4,27 millions de téléspectateurs pour 23% de part d'audience (contre 4,03 millions et 23,6 % de PDA la semaine dernière). MasterChef (TF1) s'est ainsi placée sur la deuxième marche du podium, juste derrière les épisodes inédits de Bones (M6). Malgré un épisode toujours très long, les téléspectateurs gourmands sont toujours au rendez-vous et sont de plus en plus nombreux !

 

Article du jeudi 2 septembre : Troisième épisode de MasterChef (rappelez-vous du deuxième...) avec une émission toujours aussi rythmée... et toujours aussi (terriblement) longue. Qui les jurés Yves Camdeborde, Sébastien Demorand et Frédéric Anton vont-ils incendier ? Qui sera sauvé ? Si vous avez raté l'émission, séance de rattrapage !

Entrée : Éclairs au chocolat ratés ? C'est du propre...

La première épreuve commence par un barbecue (viande ou poisson) à préparer en une heure. Pour le réaliser, ils doivent se servir dans un bac réfrigéré pour préparer leur recette : l'occasion de tous se jeter les uns sur les autres. Une scène d'une rare violence... Tout ça pour des légumes !
Pour beaucoup, cette épreuve est difficile, notamment pour Pilar la végétalienne pour qui la viande ou le poisson n'existent pas.
Beaucoup de candidats se sont lancés dans une marinade et pas forcément avec succès. Pas de chance car le jury est intransigeant, notamment en passant devant le poste de travail d'Agathe la poissonnière (qui a oublié d'enlever les écailles d'un poisson quand même...) : "Challenge : vous avez une minute pour nettoyer le poste de travail !". C'est dur : MasterChef devient C'est du propre !

Le jury n'est globalement pas satisfait des résultats des candidats : "ils ont confondu barbecue et vacances" entendons-nous. Et pourtant, loin d'incendier, le jury prend la peine de décerner des félicitations... même Sébastien Demorand !
Les 10 qui n'ont pas eu la chance de briller passent au rattrapage : ils doivent confectionner un éclair au chocolat. "Un simple éclair au chocolat peut leur changer la vie" dit la voix off : une pâtisserie n'aura jamais autant mis la pression. Pression d'autant plus grande qu'il n'y en aura que 6 qui seront sauvés.
Malheureusement, même avec la recette, certains ont du mal à créer un éclair et Yves Camdeborde est formel : "La pâte à choux, c'est une catastrophe". Et quand un petit rigolo tente de justifier son éclair "original" avec un "non, mais c'est un éclair revisité", la réaction est immédiate : "On arrête de revisiter avant de visiter". Romain, le petit rigolo en question, devient alors lucide : "Apparemment, il vaut mieux s'abstenir de petites phrases rigolotes...". Et au final, son "éclair revisité" donne quoi ? Il ressemble un peu à un excrément de bébé : "J'espère qu'il est bon... parce qu'il est laid" annonce Romain. Sébastien Demorand résume la vision : "ça ressemble à rien". Pas faux, mais pourtant... il fait partie des sauvés !

Plat : Écrevisses vivantes et tensions en cuisine !

Après cette épreuve, ils sont encore 36 dans la grande cuisine et 16 seront éliminés. 36-20 = 16. Bingo ! Seulement 20 iront à l'Atelier. Mais avant d'espérer y accéder, ils doivent inventer une recette avec l'épreuve de... la boîte surprise ! Ca ressemble à un jeu télévisé : apprendre à cuisinier des écrevisses (vivantes !), du boeuf, des anchois, des asperges, des pommes de terre, de la vanille, des amandes, du fromage à tartiner. Bon courage !
Les écrevisses vivantes ne sont pas du goût de tout le monde... Pour Pilar, la végétalienne cette épreuve est presque insurmontable : elle ne cuisine ni viande, ni poisson et elle est là contrainte de tuer une écrevisse, la main tremblante. Mais l'écrevisse n'est pas son seul problème : elle confond le fromage à tartiner et la mayonnaise...

Mais en cuisine, il n'y a pas que des bons petits plats il y a aussi quelques tensions : entre Frédéric le barmaid prétentieux du midi et sa voisine, la quinquagénaire Nathalie, c'est... explosif ! Elle n'hésite pas à noter qu'il ne sait même pas que l'écrevisse n'est pas un fruit de mer, elle s'agace qu'il n'accepte pas la critique des jurés ; il la traite de "planquée" (parce qu'elle n'aime pas les conflits) et il balance qu'elle lui rappelle sa grand-mère (et que si elle avait 15 ans de moins, peut-être qu'il l'aurait regardée). Oh le macho !

Après dégustation (sans Sébastien Demorand... il avait piiscine ?), une séance de rattrapage est organisée pour 12 candidats, notamment pour Nicolas le DRH (dont la chérie Audrey la serveuse, déjà sélectionnée, attend fébrilement le résultat). Les 12 candidats arrivent dans un supermarché pour une épreuve éliminatoire en équipes. Après 10 minutes de courses, chaque équipe doit cuisiner : l'équipe bleue doit préparer un menu (entrée + plat +dessert) italien quand la rouge doit se concentrer sur une tendance asiatique.

Pour Demorand, ce rattrapage "est la plus belle des épreuves : le voyage immobile". Les candidats doivent faire "décoller le jury" en une heure. Pâtes aux palourdes (avec démonstration de Frédéric Anton), sushis, bouillon thaï... les papilles sont ravies. In fine, c'est l'équipe rouge qui poursuit l'aventure malgré les critiques acerbes de Demorand ("c'est raté"). Mais pas de jaloux, les bleus n'ont pas été épargnés pas Demorand : "Comment dit-on banal en italien ?"

Pour sélectionner les 20 candidats qui pourront accéder à l'Atelier, un entretien individuel a lieu dans le hangar. Les heureux élus ont des réactions diverses : cris ininterrompus (façon, "j'ai le sésame pour Baltaaaaaard !" à la Nouvelle Star), larmes pudiquement contenues ou encore... chant d'opéra (Jérôme le chanteur d'opéra a bien confondu l'Atelier et la Nouvelle Star) ! Les perdants, eux, tentent de garder un air digne malgré le fait que leur vie est un peu "foutue"... c'est ce que laissent entendre les déclarations fracassantes de la voix off (qui a un peu tendance à dramatiser).

Il aura fallu trois heures pour choisir 20 cuisiniers amateurs. Et dès la semaine prochaine, ils seront à l'Atelier. Pitié, TF1 : raccourcissez !

Dessert : Un Demorand sans saveur, un couple séparé et des moments épicés

On a été peiné... par la séparation du couple Audrey/Nicolas. Audrey poursuit à l'Atelier quand Nicolas a été évincé. Triste.

On s'est dit "quel casse-bonbons prétentieux !"... à chaque fois que Frédéric le barmaid ouvrait la bouche.

On a été stressé... quand le jury a osé se reconcerter devant Thomas et Romain, déjà anxieux à l'idée d'entendre le verdict quant à leur poursuite d'aventure. Heureusement, ils ont tous les deux été gardés.

On a été stupéfait... par la force d'impact de certaines déclarations : "La restauration, c'est pas facile, facile" (signé Demorand).

On a été ravis... que Georginia poursuive l'expérience MasterChef !

On est un peu déçus... par le calme de Demorand.

On est toujours pas convaincus de l'utilité et de la présence de Carole Rousseau...

Pour vous familiariser définitivement avec les 20 cuisiniers en herbe qui vont intégrer l'Atelier jeudi prochain (fini le grand hangar), Agathe, Cyril, Joël, Corinne, Jérome, Audrey, Frédéric, Virginie, Nathalie, Philippe, Anne, Thomas, Georgiana, Cedric, Julien, Romain, Baïa, Pia, Steve et Marine sont les heureux élus. Mais à la fin il n'en restera qu'un ou qu'une pour partir avec le gros chèque !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel