Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Pierre Quinon, 1er champion olympique français en saut, s'est suicidé à 49 ans

Pierre Quinon en mai 2011 à Cagnes-sur-mer lors de l'Open GDF Suez de tennis. 
 L'ancien perchiste, champion olympique en 1984, s'est suicidé le 17 août 2011 à l'âge de 49 ans.
14 photos
Lancer le diaporama
Pierre Quinon en mai 2011 à Cagnes-sur-mer lors de l'Open GDF Suez de tennis. L'ancien perchiste, champion olympique en 1984, s'est suicidé le 17 août 2011 à l'âge de 49 ans.

Jour noir pour l'athlétisme français, qui pleure celui qui lui offrit pour la première fois l'or olympique en saut à la perche, aux JO de Los Angeles en 1984 : Pierre Quinon, âgé de 49 ans, s'est suicidé mercredi 17 août 2011 au soir, selon une information confirmée les proches de l'ancien champion au président de la Fédération Française d'Athlétisme, Bernard Amsalem.

Après sa retraite sportive en 1993, le perchiste s'était installé sur le littoral varois, à Hyères, où il possédait une entreprise de rôtisserie.

Natif de Lyon, Pierre Quinon était monté à Paris au début des années 1981 pour s'entraîner au Racing Club de France, s'illustrant immédiatement sur la scène continentale en décrochant l'argent lors des Championnats d'Europe junior de 1981. L'année suivante, en 1982, il décroche son premier titre de champion de France, puis, en 1983, se remettant en cause après son échec aux Championnats du monde, il établit un nouveau record du monde de la discipline avec une barre à 5m82 lors d'un meeting à Cologne en août, et est le premier perchiste à se mesurer à la barre des 6m (qu'il échoue toutefois à franchir). Une consécration qui en appelle une autre : en 1984, année où il prend l'argent aux Championnats d'Europe en salle, il décroche l'or olympique avec une barre à 5m75, à Los Angeles et devient le premier Français champion olympique dans une épreuve de saut. Le quotidien L'Equipe se remémore les propos d'alors de celui qui ne se considérait pas comme un homme de records mais plutôt comme un compétiteur : "Ce titre a été pour moi une récompense collective. Il a concrétisé ce que Maurice Houvion et Jean-Claude Perrin avaient commencé. Je m'étais donné pour mission de réussir là où les autres Français avaient échoué."

En 1985, il va encore un peu plus haut, effaçant 5m90 au meeting Nikaïa de Nice. Blessé lors de la saison 1986, il ne retrouvera jamais son meilleur niveau et mettra un terme à sa carrière en 1993, alors licencié à Bordeaux.

C'est dans la charmante commune de Hyères qu'il s'installe et entame sa seconde vie, officiant dans le commerce tout en s'adonnant à sa passion pour la peinture et en restant disponible pour l'athlétisme, conseillant notamment Romain Mesnil (vice-champion d'Europe 2006, vice-champion du monde 2007 et 2009) en 2004. L'Equipe lui avait consacré en 2008 un "Que sont-ils devenus ?" dans lequel il s'exprimait sur son quotidien.

Le site du quotidien Nice-Matin précise qu'il "avait renoué contact avec l'athlétisme en travaillant sur le projet des Mondiaux vétérans de 2015, dont l'organisation a été attribuée à la ville de Lyon".

Le parquet de Toulon a été saisi, et l'enquête confiée au commissariat de police de Hyères.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Nadal superstar : le champion pose une année de plus avec sa coupe de Roland Garros
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel