Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

The Dark Knight Rises : Boudé par les Oscars 2013 après la tuerie du Colorado ?

9 photos
Lancer le diaporama

Les conséquences de la tuerie du Colorado sont multiples. La promotion de The Dark Knight Rises a été brutalement stoppée par la Warner, The Gangster Squad avec Ryan Gosling a été amputé d'une scène, l'impressionnant démarrage au box-office est en deçà des estimations et plus personne ne pourra évacuer l'aura funeste du Batman de Christopher Nolan. Mais l'onde de choc pourrait aussi coûter une place aux Oscars à l'homme chauve-souris.

La malédiction

Intronisé dieu vivant en l'espace de quelques années, Christopher Nolan n'a pas encore été honoré par les Oscars. Nommé pour les scénarios de Memento (2000) et Inception (2010) avec son frère Jonathan Nolan, il passait très près de la statuette du meilleur film pour son film de braquage onirique. Mais les films de super-héros n'étant pas calibrés pour l'Académie, le réalisateur est vraisemblablement considéré comme un outsider. Hormis l'Oscar posthume de Heath Ledger, The Dark Knight (2008) repartait avec un prix pour le son parmi six autres nominations purement techniques.

Pour beaucoup, The Dark Knight Rises devait renverser la tendance en suivant le syndrome Seigneur des Anneaux. Le Retour du Roi (2003) ayant décroché onze Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur, la conclusion de cette autre trilogie marquante avait toutes ses chances de propulser Christopher Nolan et Batman parmi les films hollywoodiens les plus importants. Et après Harry Potter et les Reliques de la mort - 2e partie, Batman semble lui aussi condamné à échouer.

La dernière séance

Prévue avant la fusillade de James Holmes perpétrée dans la nuit du 19 au 20 juillet, la projection de The Dark Knight Rises réservée aux membres de l'Académie des Oscars a eu lieu le samedi 21 à Los Angeles dans un climat électrique. Le président de l'Académie des arts et des sciences, Tom Sherak, a ouvert la séance avec un discours et une minute de silence : "Je sais que qu'il est très inhabituel de commenter, mais parfois, il semble que ce soit plus étrange encore de ne rien dire." Le Hollywood Reporter écrit qu'un silence de plomb planait sur la salle lorsque le blockbuster s'est terminé, très loin des habituels applaudissements de l'Académie. L'euphorie n'étant évidemment pas de mise, la salle s'est vidée sans un mot.

L'Amérique étant sous le choc, personne n'attendait une quelconque démonstration d'enthousiasme devant un film rattaché au massacre - le tueur s'est vraisemblablement inspiré du Joker et de Bane. Néanmoins, un membre de l'Académie a déclaré au Hollywood Reporter que le public était tout bonnement déçu : "Ce n'était pas à cause de la tuerie. Je pense simplement que ce film n'aura pas de nominations en dehors des catégories techniques." Un autre a affirmé : "Le jeu des acteurs n'avait rien de remarquable. Je ne pense pas qu'il puisse être nommé comme meilleur film." Bien qu'il ait trouvé le film réussi, l'écrivain Bret Easton Ellis (American Psycho) a écrit sur Twitter : "Non pas que cela compte vraiment, mais il n'y a eu aucun amour pour The Dark Knight Rises dans la salle blindée de Los Angeles ce soir."

Mais le président de l'Académie Tom Sherak a pourtant nuancé cet accueil glacial : " Avant même la tragédie, nous savions que nous allions avoir une foule de spectateurs. Moi-même, qui pourtant ne me déplace normalement pas dans cette partie de la ville pour voir un film, j'avais prévu de venir parce que ça semblait être un gros film estival et que je tenais à le voir. (...) Après ce qui s'est passé, on ne va pas rester là à la sortie de la salle et parler du film. Mais je suppose qu'il y aura davantage de discussions sur le film un peu plus tard... Pendant la séance, peu de gens bougeaient. C'est un film très intense." Tout n'est donc pas perdu pour le chevalier noir, les votes des 6000 membres de l'Académie étant encore très loin.

End of the story

Au-delà du sort de The Dark Knight Rises, c'est l'industrie hollywoodienne entière qui accusera le coup de la tuerie. Tom Sherak a ainsi déclaré que les studios repousseront certainement les sorties de films violents : "Si j'avais un film très violent maintenant, j'essaierais de trouver une autre date plus tard. C'est du bon sens. (...) Il faut penser à protéger le film parce que c'est un investissement, et puis personne ne veut faire quoi que ce soit qui repousse les gens." Et l'ancien responsable de la distribution de la Twentieth Century Fox maîtrise parfaitement les rouages du système.

Néanmoins, la fin de Batman reste un événement pour le monde entier, à commencer par Tom Sherak : "The Dark Knight Rises ne cesse pas pour autant d'être un gros film. Il y a toujours de la joie, de l'attente et de l'excitation." Reste à savoir si le blockbuster de Christopher Nolan saura se désolidariser de ce massacre ou s'il servira de bouc émissaire lors des prochains Oscars.

The Dark Knight Rises, en salles le 25 juillet.

Geoffrey Crété

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel