Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Affaire DSK : Audience repoussée au 23 août ! A cause de Nafissatou ?

8 photos
Lancer le diaporama

Réactualisation du 26 juillet à 22h25 : Alors que nous vous ferons découvrir demain matin l'interview télévisée complète de Nafissatou Diallo sur la chaîne ABC - diffusée ce soir (à New York) dans l'émission Nightline -, le bureau des procureurs a décidé de repousser au 23 août la date de la prochaine audience de DSK, au tribunal de Manhattan à New York. Cette audience était initialement prévue le 1er août. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn, que la femme de chambre accuse de crimes sexuels, ont donné leur accord pour ce report. Est-ce la "faute" de Nafissatou Diallo et de sa décision de sortir de l'ombre et de son silence et de donner deux interviews chocs, que la date de cette audience a été repoussée ? Il est certain que les avocats de DSK ne pouvaient qu'être d'accord pour laisser passer du temps entre la découverte du visage de la jeune femme de chambre, d'avoir lu et entendu ses déclarations très précises sur les prétendues violences subies. Le "poids des mots et le choc des photos" a été longtemps la phrase de référence du magazine Paris Match... Newsweek a frappé un grand coup, suivi par la chaîne ABC. Un mois de plus fera-t-il changer l'opinion publique dans cette affaire ?

Réactualisation : La chaîne ABC a diffusé ce lundi matin dans l'émission Good Morning America les premières minutes de l'interview de Nafissatou Diallo. La victime présumée de Dominique Strauss-Kahn donne sa version des faits à la journaliste Robin Roberts et raconte ce qui s'est passé dans la chambre 2806 du Sofitel, le 14 mai dernier. L'intégralité de cette rencontre, qui fait débat, devrait être diffusée mardi dans l'émission Nightline, toujours sur ABC.

À 13 h18 : "Je veux qu'il aille en prison". Ce sont les mots de Nafissatou Diallo, femme de chambre de 32 ans, victime présumée de viol, qui accuse Dominique Strauss-Kahn. Des mots qu'elle a pour la première fois répétés à un grand média américain, l'hebdomadaire Newsweek qui publie ce lundi 25 juillet cette interview attendue et la photo de "Nafi" Diallo.

Un témoignage plus qu'attendu

L'interview de Nafissatou Diallo s'étale sur près de neuf pages dans le magazine qui reprend l'affaire depuis le début et n'élude aucun sujet. La rencontre a duré plus de trois heures dans le bureau de l'avocat Kenneth Thomspon sur la très chic 5e avenue de Manhattan. Newsweek décrit une jeune femme "pas glamour" : "Sa peau est marquée de ce qui semble être des cicatrices d'acné, ses cheveux sont teints au henné, lissés et détachés, mais elle a une silhouette très féminine." Newsweek remarque une "mélancolie" sur son visage.

Nafi Diallo est arrivée aux États-Unis depuis la Guinée en 2003. Elle a travaillé chez un coiffeur dans le Bronx avant de trouver cet emploi au Sofitel il y a trois ans. Elle décrit alors le meilleur qu'elle espérait pouvoir trouver un jour. Elle doit nettoyer 14 chambres par jour pour un salaire de 25 dollars (17 euros) de l'heure plus les pourboires.

"Occasionnellement, pendant que Diallo parlait, elle pleurait, et il y a des moments où ses larmes semblaient forcées", écrit Newsweek. La victime présumée évoque à peine sa vie en Guinée. Elle ne veut pas parler de son père qui était l'imam d'une école coranique dans la campagne guinéenne. Elle est veuve, son mari est mort "d'une maladie", comme sa deuxième fille à l'âge de 3 ou 4 mois. Sa première fille, 15 ans, a rejoint sa mère aux États-Unis. Diallo raconte avoir été violée par deux soldats en Guinée qui lui font nettoyer les lieux après l'agression.

"J'ai pensé qu'ils allaient me tuer."

Si elle ne s'épanche pas sur cette partie de son histoire, son récit de l'agression présumée du Sofitel est "net et convaincant" selon Newsweek. Le 14 mai, Nafissatou Diallo entre dans la chambre 2806 pour la nettoyer. Elle raconte être tombée nez à nez avec un homme nu avec des cheveux blancs. "Je suis désolé", aurait-elle dit. "Vous n'avez pas être désolé", lui aurait-il répondu avant de fermer la porte derrière et de la traîner jusqu'au lit. Nafissatou qui est plus grande que DSK (1m77 contre 1m70) ne veut pas "le blesser" pour "ne pas perdre son job". Elle essaye de lui faire peur en lui disant que son supérieur est dans la pièce, en vain... l'agression aurait duré moins de quinze minutes.

Nafissatou Diallo est retrouvée dans le hall de l'hôtel. Elle raconte la même histoire à plusieurs personnes (ses supérieurs, la sécurité de l'hôtel, la police, les médecins). Le soir même, elle n'est raccompagnée chez elle qu'à trois heures du matin par les autorités. Elle n'arrive pas à dormir et le lendemain matin, elle prend peur en regardant les infos : "Je regardais Channel 7 et il disait qui était ce type - je ne savais pas - qu'il allait être le prochain président de France. Et j'ai pensé qu'ils allaient me tuer."

Enflammer l'opinion publique

Cette interview à Newsweek, Nafissatou Diallo l'a donnée pour corriger son portrait fait dans la presse notamment par le New York Post qui continue d'affirmer qu'elle est une prostituée. La femme de chambre s'est également exprimée à la chaîne ABC News et son témoignage, recueilli par Robin Roberts, sera diffusé dans Good Morning America ce lundi matin, puis rediffusé lundi soir et mardi.

Nafissatou Diallo avait l'intention de donner une conférence de presse le mardi 12 juillet dernier, mais lorsque le procureur en a eu vent, il aurait, selon Le Figaro, "immédiatement fait savoir qu'il jugeait cette initiative très inopportune." Aujourd'hui, les avocats de DSK sont furieux de ces interviews à la presse dont le seul objectif serait d'"enflammer l'opinion publique". "Ce comportement de la part d'avocats est non-professionnel et viole les règles fondamentales du comportement professionnel des avocats", ont affirmé dans un communiqué l'équipe de DSK, composée de William Taylor et Banjamin Brafman.

Dominique Strauss-Kahn a plaidé non coupable des sept chefs d'inculpation qui pèsent contre lui. La prochaine audience se tiendra dans une semaine, le 1er août. En France, l'affaire se complique avec l'enquête préliminaire et les révélations sur les accusations de Tristane Banon dont l'avocat Me David Koubbi a rencontré ceux de Nafissatou Diallo à New York. Tristane Banon pourrait être entendue à New York.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel