Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Barack Obama et le massacre de Sandy Hook : le président ému devant les familles

Vendredi 14 décembre, Adam Lanza, pénètre dans l'école primaire de Sandy Hook à Newtwon dans le Connecticut. Armé jusqu'aux dents, il ouvre le feu sur les élèves et leurs professeurs, faisant 26 morts dont une vingtaine d'enfants. Le tireur, qui avait tué sa propre mère juste avant de se rendre dans l'école dans laquelle elle était enseignante, se suicide avant d'être arrêté. Réagissant à la tuerie, Barack Obama a eu du mal à retenir ses larmes. Le surlendemain, dimanche 16 décembre, il s'est rendu sur place.

En fin d'après d'après-midi, dimanche, le président des États-Unis est arrivé dans cette petite ville traumatisée du Connecticut. Le visage fermé. Déterminé. Son rôle n'est pas simple : rassurer sur l'avenir à défaut de consoler. Dans une grande salle du lycée de Newtown était organisée une grande cérémonie oecuménique. Barack Obama a égrené le nom des vingt enfants victimes du tireur. Le président a appelé l'assemblée à se demander si "nous en faisons assez pour protéger nos enfants". Sans prononcer une seule fois le mot "arme", il soulève le débat de la régulation des armes en feu. "J'ai réfléchi à cela ces derniers jours, et si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, la réponse est non." Depuis qu'il a accédé au pouvoir, c'est déjà sa quatrième visite sur les lieux d'une fusillade. "Nous ne pouvons plus le tolérer. Ces tragédies doivent prendre fin. Et pour y mettre fin, nous devons changer... S'il n'y a qu'une mesure que nous pouvons prendre pour sauver un enfant, un parent, (...) alors nous avons l'obligation d'essayer."

Le vrai débat, c'est la régulation des armes aux États-Unis. Le problème de Barack Obama, ce n'est seulement le lobby des armes à feux, mais le Second amendement de la Constitution américaine qui donne le droit à chaque citoyen d'en posséder. Celles-ci tuent chaque année 31 000 personnes aux États-Unis. Lundi 17 décembre, 145 000 Américains avaient déjà signé une pétition pour réclamer une loi sur le contrôle des armes...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel