Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Boris Johnson, des goûts déco très chers : nouveau scandale, une enquête ouverte

15 photos
Voir 15 photos
Boris Johnson, des goûts déco très chers : nouveau scandale, une enquête ouverte
Le Premier ministre britannique est dans de beaux draps. Ciblé par des critiques lui reprochant le coût de la rénovation de l'appartement qu'il occupe actuellement au 10 Downing Street, une enquête sur la provenance des fonds vient d'être ouverte.

La vie d'un Premier ministre ne doit pas être facile tous les jours, surtout quand un scrutin approche... À quelques jours d'élections à l'échelle locale, une sombre histoire vient d'éclater dans la presse britannique. Elle concerne Boris Johnson et ses goûts onéreux pour la décoration d'intérieur.

Comme nous l'apprend l'AFP, sous un feu croissant d'attaques sur son intégrité, le Premier ministre britannique a vu la pression monter mercredi avec l'ouverture d'une enquête sur le financement de la rénovation de l'appartement qu'il occupe au 10 Downing Street, à Londres, puisque des liens existeraient entre le pouvoir conservateur et des intérêts privés.

L'appartement, que Boris Johnson occupe avec sa fiancée Carrie Symonds et leur bébé, a récemment été rénové à hauteur de 230 000 €, soit bien plus que les 35 000 € couverts par les fonds publics pour ce type de travaux. C'est pourquoi la Commission électorale, régulateur des comptes des partis politiques, a annoncé l'ouverture d'une enquête, se disant "convaincue qu'il existe des motifs raisonnables de soupçonner qu'une ou plusieurs infractions ont pu se produire", rapporte l'AFP. Soupçonné de fraude dans cette affaire, le Premier ministre britannique, qui n'a pas participé aux obsèques du prince Philip, a tenu à se défendre de ces accusations. "J'ai payé personnellement la rénovation de Downing Street. Je me suis conformé entièrement au code de conduite et au code ministériel", assure-t-il.

Un gouvernement "embourbé dans l'immoralité" ?

Malgré ses vives contestations, Boris Johnson n'a pas souhaité dire s'il avait ou non bénéficié d'un prêt ou don initial qu'il aurait ensuite remboursé pour financer cette coûteuse rénovation, comme l'affirment certains médias. La porte-parole du Premier ministre a indiqué que le gouvernement apporterait son aide aux enquêteurs, mais que le problème relevait surtout du Parti conservateur.

Face à ces accusations, le leader de l'opposition travailliste, Keir Starmer, a pointé du doigt les agissements de Boris Johnson. "Les Britanniques méritent un Premier ministre à qui ils peuvent faire confiance et un gouvernement qui n'est pas embourbé dans l'immoralité, le favoritisme et le scandale", a-t-il déclaré.

Un bien mauvais moment à passer donc pour Boris Johnson, qui se retrouve en pleine tempête médiatique à quelques jours seulement d'une élection importante pour son parti.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image