Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Léa Salamé, de retour au Liban : Look décontracté et retour à l'université

Léa Salamé, de retour au Liban : Look décontracté et retour à l'université
Par Sandra Ratesson Chef de rubrique médias
A bientôt 38 ans, Sandra Ratesson en a vu défiler des émissions de télévision, des animateurs et des candidats de télé-réalité. Membre de la génération Club Dorothée, elle a vu l’apparition mais aussi l’extinction de nombreux programmes. La scène du rapprochement physique entre Loana et Jean-Edouard dans la piscine de Loft Story, elle l’a vu en direct grâce à un abonnement ADSL d’époque.
Léa Salame à l'université Saint Jospeh, à Beyrouth au Liban, le 2 mars 2015. La journaliste est allée à la rencontre d'étudiants et a pris la parole.
14 photos
Lancer le diaporama
Léa Salame à l'université Saint Jospeh, à Beyrouth au Liban, le 2 mars 2015. La journaliste est allée à la rencontre d'étudiants et a pris la parole.

"À l'âge de 5 ans, j'ai vécu l'exil puisque j'ai été contrainte de fuir les combats avec ma famille", racontait récemment Léa Salamé aux Inrockuptibles avec qui elle évoquait son enfance au Liban. Mais la polémiste d'On n'est pas couché (France 2), qui fait aussi partie de l'équipe de la matinale de France Inter, a toujours gardé un lien avec son pays d'origine. Autant pour le travail que pour le plaisir, la journaliste de 35 ans est retournée à Beyrouth.

Lundi 2 mars, on pouvait entendre sa voix à la fois franche et douce sur les ondes de France Inter. Une matinale réalisée en direct de la capitale libanaise dans un studio situé non loin d'un lien hautement symbolique : la rue de Damas. Cette dernière n'était autre que la ligne de démarcation qui scindait la ville en deux pendant la guerre de Liban (1975-1990). "À gauche, un quartier chrétien, à droite, un quartier musulman", rappelle Léa Salamé qui a peut-être connu cette étrange contexte. Retournée sur ces terres qu'elle qualifie de "ville Phoenix qui ne semble pas pressée d'effacer les stigmates de la guerre", Léa Salamé a interviewé pour France Inter Bechara Raï, le patriarche maronite libanais avec qui elle a évoqué la situation des chrétiens d'Orient au Liban alors que la présidence du Liban, constitutionnellement réservée aux maronites, reste vacante depuis mai 2014.

Cette journée a été marquée par un autre événement : un colloque à l'université Saint-Joseph. Léa Salamé est allée à la rencontre d'étudiants et a pris la parole auprès d'Elsa Yazbek Charabati, présidente de l'Association francophone de journalisme, et de May Chidiac, une ex-journaliste libanaise qui a survécu à l'explosion de sa voiture en 2005. Pour l'occasion, la journaliste a laissé au placard robes et ensembles stricts qu'elle porte sur les plateaux de télévision, préférant un simple pantalon noir et un pull gris qui portait l'inscription "ARTIST" en rose.

Ce n'est pas un hasard si Léa Salamé s'est déplacée jusqu'à cette université puisqu'elle n'est autre que la fille de Ghassan Salamé - ministre de la Culture du Liban dans les années 2000 - dont la carrière universitaire l'a conduit, entre autres, à Saint-Joseph de Beyrouth (1978-1985).

Sarah Rahimipour

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image