Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Les Bronzés font du ski : Renvoi de l'examen des dommages dus au chanteur

2 photos
Lancer le diaporama
Le 9 mai 2011, Jean-Denis Pérez apprenait qu'il devait patienter un an pour connaître la décision de la cour d'appel de Versailles, concernant l'examen des dommages et intérêts qui devaient lui être alloués en tant qu'interprète du générique du film Les Bronzés font du ski, réalisé par Patrice Leconte. La réponse tant attendue pour celui qui réclame près de 800 000 euros de dommages-intérêts pour cette chanson est de nouveau renvoyée.

La présidente de la 15e chambre sociale a décidé du renvoi pour éviter une éventuelle contradiction de décision. En effet, la Cour de cassation avait été saisie par le dirigeant de la société éditrice Trinacra Music, qui était aussi le producteur du film Les Bronzés font du ski. Il s'était pourvu en cassation pour soulever notamment la notion de prescription.

Le 18 septembre 1979, Jean-Denis Perez enregistre la chanson Just Because of You, composée par feu Pierre Bachelet, qui sera le générique des Bronzés font du ski, revenant ensuite plusieurs fois au cours du film. En 2003, le bras de fer entre le chanteur et la société Trinacra commence. La justice a reconnu en septembre 2010 que l'homme en était bien l'interprète, alors que les producteurs en contestaient l'authenticité.

Une victoire de courte durée pour l'artiste, qui a bataillé pour prouver qu'il était bien le soliste du tube - à une époque où les contrats reposaient parfois uniquement sur la parole donnée. Le producteur, dirigeant également de la société éditrice Trinacra Music, Yves Rousset-Rouard, s'était alors pourvu en cassation pour soulever notamment la notion de prescription, précisant aussi que la demande de dommages de M. Pérez est hors de proportions, rappelant que Trinaca Music a touché 130 000 euros en une trentaine d'annnées pour cette chanson. Jean-Denis Pérez avait gagné lui l'équivalent de 850 euros, son cachet de l'époque.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image