Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Carla Bruni : menacée de mort, elle est soutenue par Bernard-Henri Lévy, un philosophe rongé par l'inquiétude...

Menacée de lapidation par la justice de son pays, l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani bénéficie, dans ces heures très sombres, du soutien de nombreuses personnalités. Sur le site du philosophe Bernard-Henri Lévy, La Règle du jeu, les lettres ouvertes sont nombreuses. Celle de la première dame de France, Carla Bruni, a fait grand bruit et lui a même valu d'être violemment insultée par certains médias iraniens. Le ministère des Affaires Etrangères français s'est indigné et le gouvernement iranien a "officiellement" désapprouvé ces propos d'une violence extrême contre l'épouse d'un chef d'Etat. Si, selon nos informations, Carla Bruni n'a que faire de ces insultes et souhaite uniquement que le combat continue, la rédaction de la Règle du jeu a réagi aux attaques à son encontre.

Ayant dans un premier temps choisi de ne pas faire l'écho de ce dont Carla Bruni et d'autres comme Isabelle Adjani, ont été victimes, La Règle du jeu a décidé de lever la voix car, "hélas, le mépris ne suffit plus". En effet, ce n'est pas seulement un quotidien, Kayhan, mais le groupe de presse gouvernemental d'Iran qui a "franchi un pas dans l'escalade de l'infamie" en estimant que Carla Bruni méritait ces mots et même la mort. De plus, la rédaction estime que ces insultes n'ont pas retenu l'attention outre-mesure. Dans un style qui nous fait croire que la plume de BHL elle-même n'était pas loin, l'équipe de La Règle du jeu a déclaré sa "propre et entière solidarité" à Carla Bruni-Sarkozy.

Particulièrement inquiet sur le sort de la condamnée, Bernard-Henri Lévy avait écrit hier : "Il semble qu'un responsable de la prison de Tabriz soit venu, samedi soir, 28 août, lui annoncer qu'il fallait se préparer à mourir et qu'il était temps d'exprimer ses dernières volontés." L'intellectuel français s'interroge alors sur le pouvoir de la pétition sur son site pour sauver une vie et il y répond pour le "bloc-notes" de l'hebdomadaire Le Point en kiosques dès le 2 septembre. Extraits.

"Je crois, je veux croire, que la campagne de mobilisation engagée par Libération, Elle et La Règle du jeu peut finir par l'emporter." Il explique d'où viennent ses espoirs : "Près de 50 000 hommes et femmes (le nombre de ceux qui, à l'heure où j'écris, ont déjà signé la pétition) opinent que la lapidation est un crime d'une insondable ignominie ; que nous sommes unanimes, par-delà les attaches, les croyances ou les non-croyances de chacun, à répondre par la lettre de nos noms aux pierres de l'obscurantisme et du crime."

Le penseur estime également que le régime de Téhéran ne peut que tenir compte que la prise de position de la France, "par la bouche de son président" Nicolas Sarkozy. Il ajoute que d'après son réseau d'informations, sont apparues des preuves qu'un courant naît au sein même de l'appareil judiciaire et que, selon certains, le prix de cette mise à mort "serait, pour le régime, exorbitant et trop risqué." Le philosophe compte aussi sur la société civile iranienne pour qui la pétition en soutien de cette femme représente un signe concret de solidarité au peuple iranien d'une manière générale.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
En vidéos
Kanye West à bout de nerfs : il perd son sang froid et attaque un paparazzi !
DSK éclipse les stars du Festival de Cannes avec sa compagne Myriam L'Aouffir
Alec Baldwin perd une fois de plus son sang froid avec un photographe
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel