Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Johnny Hallyday, France Gall, Eddy Mitchell : Leurs chansons sont sauvées !

Johnny Hallyday en avril 2011 à Los Angeles
5 photos
Lancer le diaporama

La protection des droits des interprètes et producteurs d'enregistrements musicaux a été prolongée de 20 ans dans l'Union Européenne, passant donc de 50 à 70 ans.

Lundi 12 septembre, les Etats membres ont voté et adopté à la majorité qualifiée cette nouvelle législation qui "vise à accroître le niveau de protection des artistes interprètes ou exécutants en reconnaissant leur contribution créative et artistique", selon l'AFP.

Utile pour de nombreux artistes qui ont commencé la musique il y a longtemps et qui ont pris leur retraite depuis quelques années, ce qui n'est pas le cas de Mick Jagger ou Bob Dylan. Cette nouvelle loi permet aux créations de ces artistes d'être protégées pendant toute leur vie, 50 ans ne suffisant pas forcément.

Le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, a expliqué : "Aujourd'hui, même dans les cas où leurs musiques et leurs chansons sont toujours populaires, beaucoup d'artistes se retrouvent sans aucun revenu en vieillissant." Ainsi, ils continuent "à percevoir une rémunération en échange de la diffusion de leur musique, même s'ils ont pris leur retraite."

Pour de nombreux artistes, à l'instar de Johnny Hallyday qui n'aurait plus touché un centime à partir de 2011 pour la chanson Souvenirs, Souvenirs..., la loi devait s'adapter. En effet, si la période actuelle de 50 ans était restée en vigueur, environ 7 000 interprètes pour le seul Royaume-Uni auraient perdu leurs droits dans les 10 années qui arrivent. La Commission estime entre 150 et 2 000 euros par an les revenus supplémentaires qu'ils toucheront grâce à la nouvelle législation.

Cette loi évite donc aussi à Charles Aznavour et Nana Mouskouri de voir leurs premiers morceaux tomber dans le domaine public. Devaient suivre Eddy Mitchell et Hugues Aufray en 2012, Enrico Macias en 2013, Michel Delpech et France Gall à partir de 2014... Tous les artistes de la vague yé-yé sont sauvés !

La Suède, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la République Tchèque, la Slovaquie, la Roumanie et la Slovénie se sont opposés à cette loi. L'Autriche et l'Estonie se sont abstenues.

A noter également que cette nouvelle législation n'aura pas d'impact financier négatif pour les consommateurs, car les prix ne dépendent pas du fait qu'un titre soit tombé dans le domaine public ou non.

Mark Wahlberg, une superstar bien dans ses baskets
Michelle Williams : adorable baby doll aux allures de femme fatale
Hayden Panettiere complètement accro au nail art !
Scarlett Johansson : une belle américaine à Paris qui ne passe pas inaperçue...
Uma Thurman sculpturale pour sa montée des marches à Cannes
Zac Efron : un playboy débarque sur la Croisette !
Métamorphoses de stars : les préférez-vous avec les cheveux courts ou longs ?
Ces enfants stars qui ont bien grandi...
Britney Spears, Mariah Carey, Nicole Richie : les changements de poids spectaculaires des stars
Ces couples de stars qu'on avait oublié !
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel