Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Meryl Streep dégomme Walt Disney, un ''bigot sexiste'' et ''antisémite''

Meryl Streep livre un discours acerbe contre Walt Disney aux National Board of Review Awards 2014 à New York le 7 janvier 2014.
18 photos
Lancer le diaporama
Meryl Streep livre un discours acerbe contre Walt Disney aux National Board of Review Awards 2014 à New York le 7 janvier 2014.

17 nominations aux Oscars, 26 citations aux Golden Globes toutes catégories confondues... Nul n'est sans savoir que la carrière de Meryl Streep parle pour elle. En revanche, ce que l'on sait moins, c'est que Meryl Streep peut aussi pousser des coups de gueule ahurissants. Comme ce 7 janvier 2014, où la recordwoman des nominations aux Oscars pour une femme a décidé de dégommer un autre recordman, Walt Disney, à savoir l'homme qui compte le plus de citations à la précieuse statuette pour 26 victoires. Un géant en affronte un autre, sauf que le second est mort.

Qu'importe, Meryl Streep avait décidé ce soir-là, face notamment aux glamour Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, de ne pas garder sa langue dans sa poche. La divine Meryl, en course dans cette saison des prix pour Un été à Osage County, a livré un discours sur son amie Emma Thompson, fabuleuse comédienne que l'on retrouve à l'affiche du biopic pro-Disney Dans l'ombre de Mary. L'actrice britannique y incarne P.L. Travers, l'auteure du cultissime Mary Poppins, alors bientôt adapté par la maison de Mickey Mouse. C'est sans compter son caractère bien trempé, lorsqu'elle se décide à affronter le rêveur Walt Disney.

Sauf que rêveur n'est pas franchement le terme utilisé par Meryl Streep pour peindre le portrait de ce géant historique de l'industrie du cinéma. Walt Disney était un "bigot sexiste", pour elle qui assure que "certains de ses associés ont rapporté que Walt Disney n'appréciait pas vraiment les femmes". Meryl n'en reste pas là, et Le Diable qui s'habille en Prada va encore plus loin, accusant la société de Disney d'avoir soutenu "un lobby professionnel antisémite", avant de rebondir dans sa diatribe longue de 9 minutes sur le sexisme de Walt Disney, avec une lettre datant de 1933 à l'appui. Elle aurait ainsi repris la citation suivante de Walt Disney répondant à une femme désireuse de travailler pour lui : "Les femmes ne participent pas au travail créatif en lien avec la préparation des cartoons pour le cinéma, puisque cette tâche est entièrement réalisée par de jeunes hommes", écrivait-il.

Un Walt Disney sexiste et un brin antisémite qui aurait donc poussé Meryl Streep à refuser ce rôle principal dans le film où Tom Hanks joue le sulfureux Walt Disney. C'est finalement Emma Thompson, "une sainte" et une "actrice magnifique" selon Streep, qui obtiendra le rôle.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel