Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Brigitte Bardot se sépare d'une pièce maîtresse de l'art de vivre tropézien

Brigitte Bardot se sépare d'une pièce maîtresse de l'art de vivre tropézien
Par Joachim O.
Brigitte Bardot, en septembre 2007 à Paris.
5 photos
Lancer le diaporama

Inoxydable BB... Brigitte Bardot (ou devrait-on dire "la marque Brigitte Bardot") continue de faire recette. Une Mini Moke, modèle de la marque britannique Austin, mise en vente en 1967, dont l'ex-actrice était propriétaire, vient d'être adjugée à 23 000 euros lors d'une vente aux enchères réalisée à Bruxelles, lundi 28 mai. C'est près du double de la valeur initiale de cette voiture (10 à 15 000 euros environ). Vendu sur photo, le véhicule se trouve toujours à la Madrague, célèbre propriété tropézienne de Bardot, en attendant d'être remis à son nouveau propriétaire. Un fan de BB ou de voitures ? Difficile de le savoir.

Conduit par Brigitte Bardot à la fin des années 70 sur les routes de Saint-Tropez et de Ramatuelle - avec à bord, à ses côtés, ses amants ou ses animaux de compagnie -, ce modèle fut à cette époque le symbole de l'art de vivre made in Côte d'Azur.

La semaine dernière, Brigitte Bardot faisait déjà l'actualité en s'indignant devant le génocide dont les petits ânes, élevés puis rapidement abattus, sont victimes au Brésil. Leurs carcasses finissent dans les boucheries chinoises, et certaines parties de leurs organes peuvent servir à la réalisation de cosmétiques. Dans une lettre publiée par l'association Brigitte Bardot, il y a quelques jours, elle écrivait : "Moi qui ai tant aimé le Brésil, je suis écoeurée, révoltée de voir que ce pays collabore avec la Chine pour tuer, chaque année, 300 000 ânes exploités par l'Homme et à qui on devrait ficher la paix. Vous ne pouvez pas en tant que présidente, que femme, qu'être humain, accepter cette ignominie barbare, ce retour en arrière qui entacherait profondément l'image du Brésil." Elle promet également de faire éclater ce scandale à l'international.

Plus tôt, ce mois-ci, elle se disait "scandalisée" par l'arrestation de Paul Watson, fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society, qui oeuvre pour la protection des océans et des espèces animales qui y résident. En conséquence, elle proposait, via un communiqué de presse, de prendre sa place en prison.

Joachim Ohnona

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image