Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Claude Chirac au chevet de son père jusqu'au bout : "Un choix lourd de conséquences"

Claude Chirac au chevet de son père jusqu'au bout : "Un choix lourd de conséquences"
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
Claude Chirac durant l'inauguration du Cours Jacques Chirac et le dévoilement de la statue à son effigie réalisée par l'artiste peintre niçois Patrick Fréga, à Nice. 2020. Le Cours Jacques Chirac se situe à la frontière du Vieux Nice, entre le Quai des Etats-Unis et le Cours Saleya.© Bruno Bebert / Bestimage
32 photos
Lancer le diaporama
Claude Chirac durant l'inauguration du Cours Jacques Chirac et le dévoilement de la statue à son effigie réalisée par l'artiste peintre niçois Patrick Fréga, à Nice. 2020. Le Cours Jacques Chirac se situe à la frontière du Vieux Nice, entre le Quai des Etats-Unis et le Cours Saleya.© Bruno Bebert / Bestimage
A l'occasion du premier anniversaire de la mort de Jacques Chirac, ce 26 septembre 2020, sa fille a accordé une nouvelle interview à BFMTV. Claude Chirac s'est alors confiée sur sa décision de mettre entre parenthèses sa carrière pour se consacrer à son père en fin de vie.

Il y a un an disparaissait Jacques Chirac, à l'âge de 86 ans. Ce 26 septembre 2020, à l'occasion du premier anniversaire de la mort de l'ancien président de la République, sa fille Claude Chirac a accordé une interview à BFMTV. Un entretien réalisé organisé à Paris, au musée du quai Branly, que l'ex-chef d'Etat avait inauguré en 2006. L'occasion pour elle de revenir sur les dernières années de son père, qu'elle a passées à son chevet.

"J'ai pu le faire grâce à mon mari qui a accepté, a-t-elle d'abord affirmé, rendant ainsi hommage au soutien de son époux Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de la présidence de la République. J'ai eu ce privilège grâce à lui de pouvoir décider d'arrêter de travailler. J'ai fait ce choix, mais grâce à son mari, pour qui c'était un choix très lourd de conséquences." Pour Claude Chirac, se consacrer à la fin de vie de son célèbre père a été une évidence : "Vous êtes élevé par vos parents, ils vous portent quand vous êtes enfant, puis un jour, la roue tourne dans l'autre sens et vous devenez en quelque sorte le parent de vos parents. Des gens peuvent le faire, d'autres pas, certains ne veulent pas. Moi, j'ai considéré à ce moment là de ma vie que c'était mon devoir et, honnêtement aujourd'hui, je pense qu'au fond c'était infiniment plus important que d'assouvir quelques ambitions, quelques envies."

Aux proches que sont Michèle Laroque, sa marraine Line Renaud ou Muriel Robin, qui lui ont rappelé de ne pas s'oublier, de profiter de la vie malgré cette épreuve, la mère de Martin Rey-Chirac (24 ans) répond qu'il s'agit de "deux choses différentes" : "J'ai eu une vie exceptionnelle, une chance incroyable de croiser des gens exceptionnels, d'essayer d'en profiter au maximum, d'en tirer le plus de leçons possibles, a-t-elle affirmé face caméra. Ce choix que j'ai fait, il m'a fait beaucoup grandir. J'espère que je suis une meilleure personne aujourd'hui qu'il y a quelques années."

Bien que très affaibli ses dernières années, passées reclu dans son domicile parisien du 4, rue de Tournon, Jacques Chirac est resté digne jusqu'à "son dernier souffle" : "Au travers de ces années ou il s'est fragilisé, de cet affaiblissement, il avait toujours un regard, un sens de la dignité qui était stupéfiant, s'est souvenue sa fille. C'est ça qui méritait qu'on se batte et c'est le choix que j'ai fait."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image