Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Dolce & Gabbana : Amende de 343 millions d'euros pour les stylistes italiens

Dolce & Gabbana : Amende de 343 millions d'euros pour les stylistes italiens
Par Sabrina B.
Stefano Gabbana et Domenico Dolce en février 2012
3 photos
Lancer le diaporama

Les stylistes italiens Domenico Dolce et Stefano Gabbana vont devoir s'acquitter d'une amende... de 343 millions d'euros ! Le duo à la tête de la maison de mode transalpine a été condamné en appel dans une affaire d'évasion fiscale. Mais les stars de la mode ont l'intention de déposer un recours en Cassation (ce qui, en Italie, est suspensif de la peine, nous apprend l'AFP).

Rappelons que les deux stylistes étaient jugés depuis décembre dernier et pour la deuxième fois (à la suite de l'annulation par la Cour de cassation d'une première procédure qui s'était terminée par leur acquittement) pour avoir soustrait au fisc environ 840 millions d'euros à travers des inexactitudes dans leurs déclarations de revenus.

Toujours selon l'AFP, qui rapporte les propos de l'agence ADN Kronos, le verdict constate "une attitude de violation de la législation menée avec le seul objectif de se procurer un avantage fiscal".

L'amende infligée est de 343,4 millions d'euros, sans les intérêts et le duo est accusé d'avoir créé une série de sociétés écran au Luxembourg en 2004 et 2005, leur confiant le contrôle des marques du groupe afin d'échapper au fisc italien, alors que ces sociétés étaient en réalité gérées depuis la péninsule.

"Moi, ce qui m'intéresse, c'est faire des vêtements, c'est tout ! Qu'ils fassent et disent ce qu'ils veulent", a dit Stefano Gabbana sur Twitter. Le créateur a également déclaré : "Être accusé de quelque chose qui n'est pas vrai n'est pas une belle chose mais au fond, on s'en fout, on finira tous sous la terre."

Affaire à suivre.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image