Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

JO - Mike Oldfield (Tubular Bells) totalement largué : l'improbable confession

9 photos
Lancer le diaporama
Mike Oldfield, au coeur de la cérémonie d'ouverture Isles of Wonder des JO de Londres 2012 le 27 juillet, avait accompagné les tableaux rendant hommage au National Health Service et à la littérature jeunesse britanniques, au son notamment de son cultissime Tubular Bells . Le musicien anglais a confié après-coup qu'à part Paul McCartney, il ne connaissait pas grand-monde des autres stars conviées pour la partition du show !

Dans quel ermitage Mike Oldfield vit-il ? S'agissait-il d'une interview au second degré ? Le formidable musicien anglais, brillant multi-instrumentiste et compositeur de génie, vient de confesser à la revue rock britannique de référence NME d'incroyables lacunes, se disant totalement ignorant au sujet des artistes - les plus en vue de la scène anglaise actuelle - qui ont partagé avec lui l'animation musicale de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres le 27 juillet 2012 !

"Je n'avais jamais entendu parler d'Arctic Monkeys ou de Dizzee [Rascal]... Bien sûr, je connaissais Paul McCartney, et Emeli Sande a été excellente, même si je n'avais jamais entendu parler d'elle non plus", a ainsi avoué le fabuleux auteur de Moonlight Shadow. Ce soir-là, il avait joué en live, lors du show olympique inaugural "Isles of Wonder" conçu par le cinéaste Danny Boyle et placé sous la direction musicale du groupe électro Underworld, une version réarrangée de son cultissime Tubular Bells lors du tableau "Second to the right, and straight on till morning", rendant hommage au système de santé publique britannique avec 600 danseurs appartenant tous au National Health Service et 1 200 bénévoles également issus du personnel des hôpitaux du royaume. Un des grands moments de la cérémonie. Oldfield était resté pour accompagner dans la foulée le féérique tableau mettant à l'honneur la littérature jeunesse britannique, jouant des parties réarrangées de Tubular Bells, Tubular Bells III et In Dolci Jubilo.

"Ma partie était assez paisible, mais au moment où Arctic Monkeys est arrivé [vers minuit, plus de deux heures après, jouant I Bet You Look Good on the Dancefloor et une reprise de Come Together, NDLR], c'était assez bruyant. La cérémonie, dans son ensemble, a été malgré tout un triomphe, un grand succès à l'échelle planétaire, on ne peut pas le contester", a même commenté l'intéressé, qui n'hésite pas à confirmer ce qu'on pense en découvrant ses propos : il "ne conna[ît] strictement rien de la scène musicale actuelle".

Il serait certainement surpris d'apprendre que la reprise de Come together des Beatles par Alex Turner et ses acolytes, déjà en train d'enregistrer un cinquième album en six ans après Suck it and See (2011), a agité le petit monde des téléchargements...

Cela étant, Mike Oldfield, bien évidemment présent sur l'album de la cérémonie d'ouverture, a tiré son épingle du jeu : après sa prestation, les ventes de sa compilation Two Sides: The Very Best of Mike Oldfield, parue le 30 juillet 2012 simultanément à plusieurs rééditions de son oeuvre (Platinum, QE2, et six albums regroupés en une Classic Selection), se sont envolées de... 757 % !

Père de sept enfants nés de différentes relations, Mike Oldfield vit depuis 2009 aux Bahamas avec Fanny Vandekerckhove, 35 ans, rencontrée à Ibiza et épousée il y a quelques années, qui lui a donné deux fils, Jake et Eugene. Le musicien ne vit plus au Royaume-Uni depuis un certain temps : en 2007, il avait protesté contre l'autoritarisme de son pays, particulièrement remonté contre la loi antitabac entrée en vigueur, et avait quitté le Gloucestershire pour s'installer, après avoir vécu en Suisse (années 1980) et Los Angeles ou Ibiza (années 1990), à Palma de Majorque. Sa villa dans les Baléares est toujours en vente depuis son départ en 2009.

Et aux Bahamas, il est coupé du monde au point de ne pas avoir Internet ?

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image