Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Kevin Spacey, un roi impressionnant qui étend son pouvoir

Si Denzel Washington n'a pas oublié ses débuts sur les planches et a même glané un Tony Award en juin 2010 en y faisant son retour, il n'est pas la seule tête d'affiche hollywoodienne à entretenir sa passion pour le spectacle vivant.

En 2003, Kevin Spacey prenait la décision de rejoindre Londres pour y prendre la casquette de directeur artistique du théâtre The Old Vic, avec la promesse, sur la base d'une collaboration de dix ans, de s'y produire lui-même et d'y faire venir des pointures. En 2006, il se disait même enclin à prolonger l'expérience avec un nouveau mandat de neuf ans, quitte à demander en sus la nationalité anglaise. Au regard de son travail, il se vit remettre un diplôme honoris causa par l'université South Bank de Londres, fut sollicité pour une chaire à Oxford à partir de 2008, et eut l'honneur d'être fait commandeur de l'ordre de l'empire britannique (OBE) par le prince Charles, représentant la reine, pour services rendus au monde du théâtre.

Et si la star d'Usual Suspects continue tout de même à apparaître au grand écran (Casino Jack, Father of Invention, Comment tuer son boss), les royaux ont dû prêter un oeil attentif à sa dernière prestation en date : le rôle de Richard III dans la pièce de Shakespeare. Kevin Spacey, 52 ans, a embrassé ce rôle monumental en juin dernier sur la scène de The Old Vic, dans une mise en scène de Sam Mendes (le réalisateur d'American Beauty, dont Spacey tenait la vedette, fait véritablement des merveilles pour la scène - son Cabaret revient d'ailleurs à Paris).

Dans les heures qui suivirent sa première londonienne, la critique était unanime, saluant l'incarnation puissante et superbe de Richard III par Kevin Spacey, composition électrisante qui avait le bonheur de faire jouer les deux leviers principaux du personnage historique, "une ambition sans pitié et une profonde détestation de soi", selon l'analyse d'un journaliste du Telegraph. Un confrère du Guardian loua quant à lui la mise en scène claire et modernisée (jusque dans les costumes), confessant que le véritable événement de cette production était bien l'impact de Kevin Spacey.

Une véritable réussite qui voyage bien, puisque c'est actuellement en Turquie, à l'occasion du festival de théâtre d'Istanbul, que Kevin Spacey fait des étincelles.

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel