Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Cabaret: Le Kit Kat Club a rouvert, Claire Pérot et Emcee Moire vous accueillent

Sally Bowles par Claire Pérot, tantôt fragile, tantôt fatale, toujours magnétique.
Jeudi 6 octobre 2011, Cabaret revenait à Paris après y avoir triomphé de 2006 à 2008, et accueillait les premiers visiteurs du Kit Kat Club, avec son nouveau maître de cérémonie Emmanuel Moire (Emcee), ses tigresses et l'incontournable Claire Pérot (Sally Bowles).
34 photos
Lancer le diaporama
Sally Bowles par Claire Pérot, tantôt fragile, tantôt fatale, toujours magnétique. Jeudi 6 octobre 2011, Cabaret revenait à Paris après y avoir triomphé de 2006 à 2008, et accueillait les premiers visiteurs du Kit Kat Club, avec son nouveau maître de cérémonie Emmanuel Moire (Emcee), ses tigresses et l'incontournable Claire Pérot (Sally Bowles).

Après plus de trois ans de "fermeture" au terme de 450 représentations et 350 000 visiteurs aux Folies Bergère, le Kit Kat Club a rouvert ses portes sur la scène du théâtre Marigny, jeudi 6 octobre 2011. L'occasion pour les people, venus en très grand nombre découvrir la reprise à Paris de la mise en scène signée Sam Mendes/Rob Marshall, auréolée de quatre Tony Awards sur Broadway et de sept nominations aux Molières en France, de faire connaissance avec le nouveau maître de cérémonie : Emmanuel Moire. Et de s'abandonner à la dépravation salutaire des lieux en retrouvant les tigresses du Kit Kat Club, à l'image (parmi toutes les remarquables chanteuses-danseuses-instrumentistes) d'une Delphine Grandsart (dernièrement vue dans Mozart l'opéra rock) ravageusement bancale en Fraulein Kost - Fritzie - ou d'une Vanessa Cailhol (Le Prince et le Pauvre, Mamma Mia) ultra-féline et hypnotique, autour de l'indiscernable et poignante chanteuse Sally Bowles campée - avec quelle flamme ! - par Claire Pérot.

Si Emmanuel Moire ne nous a pas caché, lors des répétitions, le plaisir qu'il avait à réinventer le rôle culte de Emcee précédemment tenu par Fabian Richard dans cette mise en scène (qu'assurent aujourd'hui le Français Frédéric Baptiste et l'Américain BT McNicholl), évoquant une véritable libération personnelle et artistique "super jouissive", cela s'est vérifié sur scène, en costume. Chargé d'accueillir les nouveaux prétendants à la débauche et à l'oubli, son Willkommen l'a installé avec aisance et ce qu'il faut de provocation libidineuse comme un nouveau maître des lieux digne d'être suivi. Et bien que l'attention ait d'abord été focalisée sur la performance du petit nouveau de la troupe, qui a mis de côté ses velléités d'album ou de Danse avec les Stars pour devenir tout entier ce Emcee 2011 très cul...otté, l'attrait de la nouveauté a vite été submergé par le goût des retrouvailles : avec Claire Pérot, flamboyante et habitée à l'extrême, avec Catherine Arditi (Fraulein Schneider, personnage clé du roman de Christophe Isherwood dont a été adapté Cabaret par Fred Ebb et John Kander, Adieu à Berlin. Fraulein Schneider y incarnait, forçant le respect, toute la grandeur et la décadence de l'Allemagne, avant et après-guerre) et Pierre Reggiani (Herr Schultz), couple d'une poésie et d'une mièvrerie délicieuses qui se sont bonifiées depuis 2008, avec Geoffrey Guerrier, qui prête son profond regard azur à Clifford Bradshaw, intellectuel anglo-saxon (projection du romancier Isherwood) au charisme éclatant et en quête d'inspiration, que l'on suit dans le Berlin secret aux moeurs libérées d'avant-guerre...

Mais, surtout, retrouvailles avec ce propos fou, quasi-cathartique, qui est le coeur même de Cabaret : se perdre soi-même pour abolir le monde autour, jouir de cette ultime enclave de liberté, s'enivrer d'oubli. Lors d'une première présentation à la presse, Pierre Lescure, propriétaire du théâtre Marigny heureux d'accueillir le retour de Cabaret, ne manquait pas de souligner avec beaucoup d'esprit que le musical Cabaret, créé initialement en 1966 d'après le roman de 1939, est plus contemporain que jamais : à la toile de fond de la montée du nazisme, qui déchirait le monde autour de la boîte fictive du Kit Kat Club, succède aujourd'hui un contexte pas loin d'être aussi oppressant, qu'il s'agisse de montée des extrémismes, de conflits sociaux, de destruction environnementale... Aujourd'hui encore, on a plus que jamais besoin que le divertissement ait ses lettres de noblesse ; Cabaret honore cet impératif avec panache et sans tabous.

Car, à bien y regarder, la décadence est-elle à l'intérieur du Kit Kat Club, ou plutôt au dehors ?

 

Cabaret, le musical, au théâtre Marigny à Paris à partir du 6 octobre 2011, et en tournée dans toute la France dès janvier 2012. Meine Damen und Herren, willkommen.

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Vitaa, story Instagram du 12 juin 2020.
Anne Nivat évoque le départ de Jean-Jacques Bourdin dans la matinale de RMC - C à vous, 17 juin 2020, France 5
Jean-Jacques Bourdin anime sa dernière matinale, "Bourdin Direct", sur RMC - 10 juillet 2020
Lolita Séchan raconte que quelqu'un lui a "volé son identité" et s'est fait passer pour elle sur l'application AdopteUnMec. Le 3 mai 2020.
M. Pokora en pleine construction d'un mignon (et gigantesque) jumper pour Isaiah, le 11 avril 2020.
Jérémy Chatelain célèbre les 15 ans de sa fille Annily le 28 avril 2020, qu'il a eue avec Alizée.
Inès Loucif, très déçue des haters et de Koh Lanta : elle s'explique le 11 avril 2020.
Amel Bent est un peu agacée par un cadeau de ses filles, le 26 mai 2020 sur Instagram.
Jade Hallyday touchante, a publié un message sur Instagram le 18 mars 2020, pour les 45 ans de sa maman Laeticia Hallyday.
Lila (8 ans), la fille de Jamel Debbouze et Mélissa Theuriau, danse sur "Savage" de Megan Thee Stallion à la plage le 26 juillet 2020.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel