Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

L'Église et les scandales de pédophilie : Le film de François Ozon menacé

L'Église et les scandales de pédophilie : Le film de François Ozon menacé
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
9 photos
Lancer le diaporama
La sortie du long métrage "Grâce à dieu", réalisé par François Ozon, est compromise en raison de deux procédures judiciaires en cours. Alors qu'il est présenté à la 69e Berlinale, certains protagonistes de l'affaire Barbarin veulent repousser sa diffusion.

Le sujet brûlant de l'Eglise et les scandales de pédophilie est le coeur de la nouvelle réalisation de François Ozon, Grâce à dieu. Son long métrage est présenté au festival du film de Berlin mais sa sortie nationale en France, prévue le 20 février, est désormais compromise en raison de deux procédures judiciaires.

L'un des avocats du père Preynat a déposé vendredi 8 février une assignation en référé pour obtenir un report de la sortie de son film en France, prévue le 20 février, indique l'AFP. Cette assignation, qui menace la sortie du film, est intervenue au lendemain de la mise en demeure du cinéaste par Régine Maire, ancienne membre du diocèse de Lyon jugée aux côtés du cardinal Barbarin, pour qu'il retire son nom du film, précise l'agence de presse.

Le père Bernard Preynat, c'est l'homme d'église qui est visé par des hommes victimes présumées et qui se sont regroupées pour fonder l'association La Parole libérée avec deux objectifs : dénoncer les actes qu'ils auraient subis, mais également le silence et l'inaction de l'Eglise, et notamment du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon. Un combat qui est raconté dans le film de François Ozon. Cependant, l'avocat du père Preynat, mis en examen pour agressions sexuelles depuis janvier 2016, estime que le film porte atteinte à la présomption d'innocence de son client et réclame donc son report après le procès prévu pour la fin d'année. "L'assignation en référé qu'elle a déposée devant le tribunal de grande instance de Paris donnera lieu à une audience de plaidoirie le 15 février, au terme de laquelle le juge tranchera," écrit Le Parisien.

Deuxième obstacle à la sortie de Grâce à dieu, la procédure de Régine Maire, ancienne collaboratrice du cardinal Barbarin et qui sera jugée à ses côtés le 29 janvier avec cinq autres personnes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles pédophiles. Le jugement est attendu le 7 mars. Elle a mis en demeure François Ozon pour qu'il n'utilise pas son nom dans son film. Pour écrire son film qui se base sur des faits réels, il s'est en effet appuyé sur des mails de la collaboratrice de Barbarin.

"Quand on essaie de briser un silence, il y a toujours des résistances."

François Ozon savait que ce film entraînerait des polémiques et s'il n'a pas réagi directement pour le moment contre ces attaques, le réalisateur de Huit femmes avait déclaré à l'AFP que son film ne "révèle" rien qui n'ait été dit lors des audiences et été largement repris dans la presse.

"Mon film ne se place pas sur un aspect judiciaire, il se place sur l'aspect humain et sur la souffrance des victimes," a indiqué à l'AFP le prolifique réalisateur de Swimming Pool, qui a décidé de se plonger dans ce sujet alors qu'il "cherchait un sujet sur le thème de la fragilité masculine". "Quand on essaie de briser un silence, il y a toujours des résistances," commente le cinéaste, précisant cependant qu'"il n'y a pas de découvertes pour les gens qui connaissent l'affaire" dans le film. Denis Ménochet, Melvil Poupaud, Swann Arlaud, Hélène Vincent et Josiane Balasko font partie de la distribution de ce long métrage qui pourrait faire du bruit, à l'image de Spotlight aux États-Unis.

Affiche du film Grâce à dieu, dont la sortie en salles le 20 février 2019 est menacée
Affiche du film Grâce à dieu, dont la sortie en salles le 20 février 2019 est menacée
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image