Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mallaury Nataf SDF : Elle s'explique et s'en prend à Paul Amar

5 photos
Lancer le diaporama

Depuis les révélations du Parisien vendredi 3 février, Mallaury Nataf revient sur le devant de la scène.

Mais pas pour les mêmes raisons qui avaient fait d'elle une icône dans les années 90 lorsqu'elle incarnait Lola dans le Miel et les Abeilles. Non, Mallaury Nataf est aujourd'hui SDF et a perdu la garde des ses trois enfants. Une longue descente aux enfers racontée au Parisien, et qui a surpris autant qu'elle a choqué.

Son histoire, c'est malheureusement l'histoire de dizaines de milliers de personnes qui vivent dans la rue et qui trouve un écho tragique ces jours-ci alors qu'un froid sibérien s'abat sur l'Europe. Samedi 4 février, Mallaury Nataf était donc sur le plateau de Revu et Corrigé de Paul Amar sur France 5 où elle a pu raconter son calvaire et pointer du doigt les insuffisances du Samu Social.

Neuf semaines à la rue et neuf mois environ sans domicile fixe auront fait de Mallaury Nataf une femme en colère, dont le flot de paroles ne semble pouvoir se tarir. Parfois confuse, toujours vindicative, elle s'en prend au fonctionnement du 115, où il faut parfois attendre jusqu'à 3 heures avant d'avoir un interlocuteur, le manque de places en général et pour les femmes en particulier, l'insalubrité des centres ou le manque de moyens... Elle s'en prend également à Nicolas Sarkozy, le président ayant selon elle fait baisser de 65% les moyens du 115, malgré les promesses.

Véritable porte-parole des mal-logés, Mallaury Nataf attaque même Paul Amar dans un échange plutôt virulent, alors que ce dernier tente de lui poser une question. "Excusez-moi M. Mamar (sic), mais c'est vraiment très grave ce qu'il se passe en France. (...) Vous avez votre propre directeur de production, l'un de vos plus proches collaborateurs qui n'a pas de logement depuis huit mois. Il n'a plus de logement mercredi," s'emporte-t-elle devant un Paul Amar qui tente de réagir tout en gardant son calme : "Non, mais attendez, ça n'a rien à voir. Il a un emploi, Dieu Merci". Mais alors que Mallaury Nataf poursuit sur un sujet que ne semble pas apprécier le journaliste, en l'interrompant à plusieurs reprises, celui-ci essaie de mettre un terme à cet échange de manière plutôt ferme. "Je suis d'une extrême politesse avec vous, et s'il ne trouve pas de logement, c'est parce qu'il y a une pénurie de logements. Ne confondons pas les problèmes," conclut-il, sans pour autant faire taire l'ancienne comédienne...

Le fil de la conversation reprend, et Paul Amar cherche à déterminer le moment où la chute a eu lieu. Mallaury Nataf explique qu'elle s'occupait de ses enfants depuis huit ans, "un choix que j'ai fait", et que suite à un problème de santé de son compagnon, elle s'est retrouvée à la rue. Perte du logement, perte du revenu minimum puis perte de ses enfants, qu'elle ne sait pas quand elle reverra. "Je ne suis pas juge, je ne suis pas madame Soleil. Je vais voir ce que la vie m'offre" explique-t-elle un brin fataliste.

Aujourd'hui soutenue par une association, Pause Café, elle dispose d'un appartement et d'un fort soutien. Son histoire a créé un véritable élan de solidarité autour de sa personne comme le rapporte le Parisien, malgré les contradictions relevées par les lecteurs, ses ongles parfaitement manucurés et sa personnalité versatile. Elle reconnaît cependant "être un personnage difficile à porter et pétri de paradoxes... Comme celui de vouloir être impeccable alors que je n'avais plus de toit. Sinon, on peut vite perdre pied dans la rue".

Plusieurs dizaines de messages lui ont été envoyés, des avocats lui ont proposé leurs services, des associations de soutien aux femmes seules et des familles lui proposent un hébergement afin qu'elle puisse récupérer ses enfants, des anciens amis ont repris contact avec elle - dont Jean-Luc Azoulay le patron d'AB productions qui s'est étonné ne pas avoir été contacté par la comédienne en souffrance - et certains lui offrent même du travail... Deux éditeurs souhaiteraient également mettre noir sur blanc son histoire. "Tant de solidarité, c'est formidable. L'écriture d'un livre me permettrait de trouver un logement, grâce à l'avance sur les droits d'auteur," confie-t-elle ainsi. Une Mallaury Nataf qui reprend espoir après son passage sur France 5 : "La médiatisation de mon histoire est incroyable. Cela me regonfle pour me battre pour retrouver Shiloh, mais aussi Raphaël et Angeline, qui ont été confiés à leurs pères il y a dix-huit mois. Je comprends que les gens s'interrogent sur moi, mais je n'ai jamais été déchue de mes droits maternels. Jamais je ne me serais présentée devant des millions de français si j'avais été une mère défaillante."

Mais pour une Mallaury Nataf médiatisée et aidée, combien restent dans la rue ? "J'espère que la médiatisation de l'histoire de Mallaury nous aidera aussi à faire entendre notre combat," conclue Marie Magrino, présidente de Pause Café.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel