Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort de Maureen O'Hara, sublime rousse et icône du 7e art

"Mon ambition était d'être l'actrice préférée au monde. Et une fois le monde entier à mes pieds, je me retirerais en pleine gloire."

Auréolée en 2014 d'un Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière – 60 ans et quelques classiques au compteur –, l'actrice irlandaise Maureen O'Hara est morte à l'âge de 95 ans, a annoncé son manager samedi 24 octobre.

D'égérie fordienne à...

Celle qui restera à jamais La Belle Rousse du Wyoming mais également l'une des muses du cinéma de John Ford, pour qui elle jouera notamment dans L'homme tranquille, Maureen O'Hara a connu une carrière aussi flamboyante que la couleur de ses cheveux ou de ses yeux. Des yeux verts qui hypnotiseront un certain Charles Laughton, son précepteur à Hollywood, l'homme avec qui tout débuta. Quittant son Irlande natale et le théâtre pour filer en Californie, elle brillera, en plein âge d'or, chez Hitchcock avec La Taverne de la Jamaïque, puis en vampirisante Esmeralda dans Quasimodo, avant d'accéder à la gloire avec Le Miracle sur la 34ème rue en 1947. Actrice aux antipodes de ses consoeurs, non pas pour sa couleur de cheveux, mais bien pour ses aptitudes physiques, O'Hara n'hésitait pas à endosser des rôles où elle devait se battre et faire ses cascades elle-même. Elle était alors destinée à devenir la quintessence de la femme dans le cinéma visionnaire de John Ford et les non moins cultes Rio Grande (1950) et L'Homme tranquille (1952), où la sublime Maureen donne la réplique à John Wayne.

... présidente de compagnie aérienne

Dès lors, Maureen O'Hara met un frein à sa carrière, préférant se consacrer à sa vie de famille, elle qui était alors mariée à l'aviateur Charles Blair. Jusqu'ici, son premier mariage avec le réalisateur George Hanley Brown avait été annulé, son second avec William Price (le père de son seul enfant, Bronwyn Bridget) s'était soldé par un divorce en 1952. C'est quatre ans plus tard qu'elle rencontra Blair, lors de son premier retour en Irlande depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais l'homme était marié, père de quatre enfants. Ils attendront son divorce, en 1967, pour s'avouer leur amour. Ensemble, ils fondèrent une compagnie aérienne, avant que le drame ne s'abatte sur la famille. En 1978, Charles Blair testait un engin à problème lorsqu'il se crasha en pleine mer. "Je n'avais pas le temps de m'asseoir et de pleurer, confia plus tard sa veuve. J'avais une compagnie à diriger, 165 employés à payer chaque semaine et 125 vols quotidiens." Elle resta à la tête de la compagnie jusqu'en 1981.

Pluie d'hommages

La disparition de Maureen O'Hara, que beaucoup ont surnommée "La Reine du Technicolor", plonge le septième art dans le deuil. Sa compatriote l'actrice et productrice Roma Downey a rendu hommage à celle qui était "un cadeau pour le monde, et une merveilleuse ambassadrice de l'Irlande", alors que le président irlandais Michael Higgins a exprimé sa "grande tristesse" à l'annonce de la disparition de cette "actrice remarquable et polyvalente dont le travail notamment au cinéma passera le test du temps". Plus célèbre actrice rousse actuelle, Jessica Chastain s'est elle aussi fendue d'un message ému sur Twitter, "d'une rousse à l'autre, pour la lumière qu'elle [avait] partagée" en postant une photo d'elle aux Oscars 2014 aux côtés de l'icône en fauteuil roulant.

Christopher Ramoné

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel