Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Nicolas Sarkozy condamné : Enlacé tendrement par Carla Bruni, affichant un regard perçant

Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
13 photos
Carla Bruni-Sarkozy n'a pas tardé à afficher son soutien à son époux après l'annonce de sa condamnation le 30 septembre 2021. Sur Instagram, elle dévoile un regard qui en dit long, enlaçant tendrement celui qu'elle a épousé en 2008.

Le verdict est tombé le 30 septembre 2021 : Nicolas Sarkozy a été condamné à un an de prison ferme pour le financement illégal de sa campagne présidentielle perdue de 2012 dans le dossier Bygmalion. L'ancien président de la République a décidé de faire appel de cette décision et dans cette démarche, il a le soutien indéfectible de son épouse Carla Bruni-Sarkozy. Sur son compte Instagram, la chanteuse a posté une tendre photo où elle enlace l'homme qu'elle a épousé en 2008. La légende de sa publication est sobre, un coeur noir tout simplement. Elle laisse la parole à son bien-aimé en relayant son message de remerciement à ses soutiens dans la tempête. Epoustouflante lors du défilé Balmain de la Fashion Week parisienne le même jour, le top model de 53 ans continue de répandre sa beauté mais affiche, au côté de Nicolas Sarkozy, un regard perçant, particulièrement déterminé.

Le quotidien du couple est bouleversé par cette décision de justice. Le tribunal a toutefois demandé à ce que la peine soit directement aménagée, à domicile sous surveillance électronique. "Nicolas Sarkozy ne portera cependant pas de bracelet dans l'immédiat, la peine étant suspendue par l'appel et ne s'appliquera pas d'ici au second procès", précise l'AFP. Carla Bruni avait également témoigné de tout son soutien lorsque, il y a sept mois, il était devenu le premier ancien président de la Ve République à être condamné pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes". Il a fait appel de cette condamnation également.

Sur les réseaux sociaux, l'ex-chef de l'Etat a jugé que le droit "a été une nouvelle fois bafoué" par cette décision, estimant avoir été déjà sanctionné dans ce dossier par le Conseil constitutionnel, qui avait rejeté ses comptes de campagne en 2013 et l'avait condamné à rembourser les dépenses supérieures au plafond légal. "Je demande simplement que le droit soit appliqué pour moi comme pour n'importe quel autre justiciable", a poursuivi Nicolas Sarkozy, en ajoutant qu'il avait fait appel du jugement et qu'il irait "jusqu'au bout".

Carla Bruni-Sarkozy n'est évidemment pas la seule à afficher son soutien à l'ancien président. On imagine que ses quatre enfants, Pierre, Jean, Louis et Giulia figurent à ses côtés, ainsi que toute une partie de la classe politique. Les deux candidats à la présidentielle de 2022 Valérie Pécresse et Xavier Bertrand lui ont exprimé leur "amitié" et le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau a regretté la "sévérité aussi inhabituelle qu'exorbitante" du jugement. Quant au Premier ministre Jean Castex, il a lui aussi manifesté "à titre personnel" son "amitié" et son "affection" à Nicolas Sarkozy, dont il fut un collaborateur à l'Elysée entre 2010 et 2012.

"Il ne faut pas baisser la tête"

Nicolas Sarkozy était récemment sous les projecteurs pour la promotion de son dernier livre Promenades dans Punchline (Europe 1/Cnews). Intarissable sur la question de la culture et l'identité, l'homme politique avait réagi aux ennuis judiciaires auxquels il fait face. Evitant bien évidemment d'entrer dans les détails, il a déclaré à propos de ce qu'il décrit comme "des grands chagrins" : "J'ai pris cette expression pour être pudique mais tout le monde a des grands chagrins. Ma vie est plus exposée que les autres, c'en fait une vie différente. Mais j'ai une famille. Quand on a eu tellement de chance comme moi, il faut bien les payer. Il ne faut pas baisser la tête."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image