Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Pascale Roberts : Mort de l'actrice de Plus belle la vie, adorée de Guédiguian

Pascale Roberts : Mort de l'actrice de Plus belle la vie, adorée de Guédiguian
Pascale Roberts, portrait en 2013 à Paris
36 photos
Lancer le diaporama
Pascale Roberts, portrait en 2013 à Paris
Les plus jeunes et les plus télévores la connaissaient pour son rôle de Wanda dans la série Plus Belle la Vie, mais, avec la disparition de Pascale Roberts, qui croisa Huppert, Delon et Belmondo avant de devenir une actrice fétiche de Guédiguian, c'est une riche carrière de près de soixante ans sur tous les écrans et sur les planches qui prend fin.

Pour l'état civil elle était Marie-Josée Walsain-Laurent, pour le public elle était Pascale Roberts et pour les inconditionnels de Plus belle la vie elle était Wanda Legendre : à 86 ans et après pas loin de soixante années sur les écrans et sur les planches des théâtres, la comédienne, qui fut la première épouse de l'acteur Pierre Mondy (disparu en 2012), est morte le 26 octobre 2019 à Paris des suites d'une longue maladie, a appris l'AFP de son agent, Babette Pouget.

Atteinte durant l'enfance de poliomyélite, Pascale Roberts avait surmonté son handicap et entamé une carrière sur les écrans dans les années 1950, apparaissant notamment au cours de cette décennie devant la caméra de Bernard Borderie (qui réalisera par la suite la mythique série Angélique, marquise des anges) et face à Fernand Raynaud pour Le Sicilien de Pierre Chevalier. Après ses premiers rôles (Le Fric, Les Loups dans la bergerie, Dans la gueule du loup), elle joue la victime dans Compartiment tueurs de Costa-Gavras (1964), tourne dans des comédies de Jean Girault (Un drôle de colonel, avec Jean Yanne, Jean Lefebvre et Michel Galabru, ou Le Permis de conduire), pour Claude Autant-Lara (Les Patates, avec Pierre Perret), Philippe de Broca (L'Incorrigible, avec Jean-Paul Belmondo) ou encore Alain Delon (Pour la peau d'un flic, 1981), auquel elle donnait la réplique l'année précédente dans Trois hommes à abattre.

Parmi ses nombreux seconds rôles consistants, l'un des plus remarquables est celui qu'elle tient en 1975 dans Dupont Lajoie d'Yves Boisset, incarnant la mère d'Isabelle Huppert dans ce drame qui voit le personnage de cette dernière tué par Georges Lajoie (Jean Carmet), aveuglé par le désir.

Dans les années 1990, Pascale Roberts devient l'une des actrices fétiches du réalisateur Robert Guédiguian, qui s'attache ses services pour À la vie, à la mort ! (1994), Marius et Jeannette (1997), A l'attaque ! (1999), La ville est tranquille (2000), Mon père est ingénieur (2004) et Lady Jane (2008). C'est l'année de ce dernier film qu'elle décroche un rôle qui va, bien qu'elle ait déjà un solide parcours en télévision, la faire entrer dans des millions de foyers français : pour la série méridionale à succès Plus belle la vie, elle va incarner pendant huit ans (de la saison 4 à la saison 13) Wanda Legendre, la mère de Blanche Marci (Cécilia Hornus). Elle quitte la saga en 2016 à son corps défendant, en raison de problèmes de santé. Elle avait dû également abandonner ses activités au théâtre - discipline qu'elle enseigna à l'École internationale de création audiovisuelle et de réalisation à Paris - après avoir foulé les planches tout au long de sa carrière, dirigée notamment par Jean-Louis Barrault dans les années 1960 ou encore Jean-Luc Moreau dans les années 2000.

A la ville, elle avait été l'épouse, après son premier mariage (1957-1966) avec Pierre Mondy, de l'acteur Michel Le Royer puis de l'écrivain Pierre Rey.

GJ

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image