Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Vendée Globe - Kevin Escoffier perdu en mer sur un radeau de détresse : "Un truc de barjo"

9 photos
Lancer le diaporama
Kevin Escoffier (PRB) a été secouru par Jean Le Cam (Imoca), à l'aube après une nuit dans les eaux dangereuses, au large des côtes sud-africaines. Le skippeur français avait subi une importante voie d'eau, brisant en deux son bateau et le forçant à passer la nuit sur un radeau de survie. Il raconte son sauvetage.
Après avoir vu son bateau se plier en deux en quelques secondes, Kevin Escoffier a dû attendre de l'aide depuis un minuscule radeau de détresse. Le 1er décembre 2020, le skippeur français a pu être secouru au large des côtes sud-africaines par un des quatre concurrents déroutés pour le retrouver, après une nuit en eaux troubles.

Un miracle. Après une violente voie d'eau, le skippeur Kevin Escoffier a lancé sa balise de détresse. Comme il l'a raconté à Ouest-France, son bateau PRB s'est "plié en deux". Alors qu'on ne connaissait que vaguement sa position, le navigateur du Vendée Globe a été secouru par Jean Le Cam, un des quatre concurrents déroutés pour retrouver sa trace.

Secouru au petit matin, Kevin Escoffier aura tout de même passé la nuit dans une zone où la mer produit des vagues de 5 mètres de haut, avec une eau avoisinant les 10 degrés, seul dans un minuscule radeau de survie, au large de l'Afrique du Sud dans les 40es Rugissants. "Vous voyez les films sur les naufrages, c'était pareil en pire. En quatre secondes, le bateau a planté, l'étrave s'est repliée à 90 degrés. J'ai mis la tête dans le cockpit, il y a eu une vague, j'ai eu le temps d'envoyer un texto, la vague a ensuite fait shunter tout l'électronique. C'est un truc de barjot, plier un bateau en deux", a-t-il plaisanté, sain et sauf.

Une avarie impressionnante, surtout quand on sait que Kevin Escoffier avait fait rajouter "200 kilos de carbone" dans le squelette de son bateau afin de le renforcer. "J'ai zéro regret, j'ai renforcé le bateau tout ce que j'ai pu...", a-t-il confié. Il a été secouru par Jean Le Cam (Imoca), le doyen de l'épreuve, qui vient ainsi de perdre sa belle avancée dans l'épreuve, lui qui dépassait certains foilers.

"Comme je disais à Jean, : 'Tu fais une course de barjot, je suis désolé de te n*quer ton truc'. Il m'a dit : 'Ecoute, la dernière fois c'était l'inverse, c'est PRB qui m'avait récupéré'", a raconté Kevin Escoffier. En 2009, Vincent Riou (PRB) avait secouru Jean Le Cam. Son bateau s'était retourné et rempli d'eau, au large du Cap Horn. Aujourd'hui, le skippeur a été le premier à avoir rejoint la zone d'émission de la balise de détresse de son confrères, deux heures après son déclenchement.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image