Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Diaporama Sonia Rolland élégante et enjouée face au prince Albert de Monaco à Saint-Tropez

1 / 36
Sonia Rolland élégante et enjouée face au prince Albert de Monaco à Saint-Tropez
2 / 36
Sonia Rolland et le prince Albert II de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland et le prince Albert II de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. © Bruno Bebert / Bestimage
3 / 36
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
4 / 36
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
5 / 36
Samuel Le Bihan, le prince Albert II de Monaco et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
Samuel Le Bihan, le prince Albert II de Monaco et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
6 / 36
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021,  © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, © Bruno Bebert / Bestimage
7 / 36
Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021 © Bruno Bebert / Bestimage
8 / 36
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021© Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021© Bruno Bebert / Bestimage
9 / 36
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
10 / 36
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et Samuel Le Bihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et Samuel Le Bihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
11 / 36
Le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
12 / 36
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco et Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
13 / 36
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
14 / 36
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Samuel le Bihan, Lilly-Fleur Pointeaux et Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Samuel le Bihan, Lilly-Fleur Pointeaux et Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
15 / 36
Sonia Rolland et Samuel Le Bihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland et Samuel Le Bihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
16 / 36
Pierre Dartout, le ministre d'Etat de Monaco, Gillian Bird, l'Ambassadrice de l'Australie en France, Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Jack Hawke, fils de Trish Lake, productrice du film, et Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Pierre Dartout, le ministre d'Etat de Monaco, Gillian Bird, l'Ambassadrice de l'Australie en France, Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Jack Hawke, fils de Trish Lake, productrice du film, et Robert Calcagno, le directeur général et porte-parole de l'Institut océanographique de Monaco, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
17 / 36
Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, et le prince Albert II de Monaco durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
18 / 36
Le prince Albert II de Monaco, Sonia Rolland et Samuel Lebihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Le prince Albert II de Monaco, Sonia Rolland et Samuel Lebihan durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
19 / 36
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
20 / 36
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
21 / 36
Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Samuel Le Bihan et Gérard Krawczyk durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
22 / 36
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
23 / 36
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
24 / 36
Samuel Le Bihan et Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Samuel Le Bihan et Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
25 / 36
Samuel Le Bihan et Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Samuel Le Bihan et Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
26 / 36
Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
27 / 36
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
28 / 36
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Lilly-Fleur Pointeaux, Gérard Krawczyk et Hughes Peysson durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Sonia Rolland, le prince Albert II de Monaco, Sylvie Siri, la maire de Saint-Tropez, Lilly-Fleur Pointeaux, Gérard Krawczyk et Hughes Peysson durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
29 / 36
Sonia Rolland, Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Samuel Le Bihan, et Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
Sonia Rolland, Bernard Bories, le président du Cinéma des Antipodes, Greta Morton Elangué, la présidente du Jury, Samuel Le Bihan, et Lilly-Fleur Pointeaux durant la soirée d'ouverture des 23èmes Rencontres internationales du cinéma des antipodes à Saint Tropez, le 13 octobre 2021, avec une avant première du film documentaire Alick et Albert au cinéma La Renaissance, place des Lices. Avant cette projection, les invités ont pu découvrir une exposition photo retraçant les moments forts de ce film documentaire où le prince Albert II de Monaco est l'un des personnages principaux. Cet événement va se dérouler du 13 au 17 octobre. Ce documentaire réalisé par Douglas Watkin, dès novembre 2018, où Alick Tipoti, artiste insulaire et militant des langues indigènes, accueille S.A.S. le prince Albert II de Monaco sur l'île de Badu, dans le détroit de Torrès, au nord de l'Australie. Cette première visite d'un chef d'Etat étranger dans la communauté Badulgal fait suite à une rencontre à Monaco en 2016 à l'occasion de l'exposition " Taba Naba ", présentée au Musée océanographique. L'artiste et le prince sont tous deux animés par l'héritage de leurs ancêtres et par leur engagement personnel envers le monde naturel, en particulier l'océan. Ils discutent des similitudes et des contrastes de leurs petites communautés si éloignées l'une de l'autre, et réfléchissent aux sociétés patriarcales et à la crise environnementale qu'elles traversent. Alick et les habitants de Badu partagent avec le prince Albert II leur mode vie menacé par la pollution de l'océan - filets fantômes et plastiques - et par le changement climatique. © Bruno Bebert / Bestimage
30 / 36
Sonia Rolland de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Sonia Rolland de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
31 / 36
Sonia Rolland de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Sonia Rolland de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
32 / 36
Samuel Le Bihan de la série ALEX HUGO - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Samuel Le Bihan de la série ALEX HUGO - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
33 / 36
Marco Prince - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Marco Prince - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
34 / 36
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
35 / 36
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
36 / 36
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage
Sonia Rolland, Béatrice de le Boulaye de la série TROPIQUES CRIMINELS - Photocalls sur le ponton de l'hôtel Barrière Le Majestic lors de la 4ème édition de Canneseries au Palais des Festivals à Cannes. Le 13 octobre 2021 © Christophe Aubert via Bestimage