Recevoir les actus de mes stars préférées par email
OU
> voir un exemple > CGU
Laure Manaudou et Fred Bousquet : A Rio, elle profite, il déprime...

Laure Manaudou et Fred Bousquet : A Rio, elle profite, il déprime...

1/13
News publiée le Jeudi 26 Avril 2012 à 10:10
Lancer le diaporama

Laure Manaudou et Frédérick Bousquet prenaient part en avril 2012 au Trophée Maria Lenk au Brésil, à Rio de Janeiro, à l'invitation d'un club de natation de São Paulo. Reportage L'Equipe . Dans cette photo : Laure Manaudou, Frédérick Bousquet

Réactualisation du 28 avril 2012 à 10h25 : Fred Bousquet a du vraiment retrouver le sourire en remportant hier une médaille d'argent - il a fini deuxième du relais dans l'équipe masculine des Pinheiros comme premier relayeur, 1 sec 58/100 derrière le club de Flamengo de Cesar Cielo - et une de bronze - comme troisième de la finale du 50 m papillon -. Quand à sa compagne Laure Manaudou elle a décroché deux titres jeudi soir qui lui ont valu deux médailles d'or. Une en remportant le 200 m dos en 2 mn 11 sec 77, puis la seconde en tant que deuxième relayeuse du 400X100 m nage libre. Ce meeting n'est qualificatif pour les Jeux de Londres que pour les nageurs brésiliens qui n'ont pas encore décroché leur sésame. Les performances de Bousquet ne changent rien à l'affaire... il n'est pas qualifié pour les JO de Londres et a bien du mal à s'en remettre !

Le 26 avril, nous écrivions :

Il y a des hauts et des bas, des jours avec et des jours sans. C'est compréhensible. Tandis que sa compagne Laure Manaudou glisse, pour l'instant avec une certaine sérénité, vers les Jeux olympiques, Frédérick Bousquet, 31 ans, tente de se préparer à n'être que supporteur - de sa compagne et de son beau-frère Florent Manaudou, également qualifié - lors du rendez-vous Londres 2012. Y arrivera-t-il ?

Sous le soleil de Rio...

Le sprinteur français s'est fait plaisir et a retrouvé quelques couleurs hier à Rio, au Brésil, lors du Trophée Maria Lenk, en signant son meilleur chrono de l'année (21"79, temps qui l'aurait qualifié haut la main pour les JO s'il n'avait pas coulé en 22"04 aux championnats de France de Dunkerque au mois de mars) dans une finale de 50 mètres nage libre évidemment dominée par les régionaux de l'étape, Cesar Cielo (21"38, meilleure performance mondiale de l'année) et Bruno Fratus (21"76). Mais il semble nager un peu entre deux eaux, peinant à évacuer la cruelle désillusion de sa non-qualification olympique.

"Je ne sais pas si je vais digérer un jour" : la déception lui reste en travers de la gorge et faisait hier les gros titres de la dernière page du quotidien L'Equipe (édition du 25 avril 2012). A Rio de Janeiro, où Laure et lui disputent à l'invitation du club de Pinheiros (São Paulo) le Trophée Maria Lenk, sans enjeu pour eux (mais qualificatif pour les JO de Londres pour les nageurs brésiliens), il se veut pourtant sérieux, malgré ses doutes et l'ambiance relax qui règne. "C'est un peu les vacances, ici. On a la chance d'avoir été invités au Brésil, il faut honorer notre présence et ne pas être là comme des vacanciers, même si c'est difficile, il y a le soleil", avouait d'ailleurs en souriant Laure Manaudou, déjà certaine que, après dix jours de vacances à Marseille puis ce séjour brésilien, le retour à Auburn pour s'entraîner sérieusement avec Brett Hawke (qui suit depuis l'Alabama les chronos de ses nageurs) sera compliqué. Qualifiée pour les JO sur 100 mètres et 200 mètres dos, Laure Manaudou, bien qu'en "touriste" et pas au mieux de sa forme, a décroché deux podiums, sur 200 mètres nage libre (3e en 2'00''43) et 50 mètres dos (2e en 28''81).

"La déception revient constamment. (...) Il y a des jours où je me dis : peut-être que c'est fini"

De son côté, Frédérick Bousquet n'a pas boudé son plaisir d'avoir nagé dans un bon tempo : "C'est bien, c'est bien. Je suis vraiment surpris du chrono. Je ne savais pas à quoi m'attendre sur ce meeting. Ça pourrait encore plus me décevoir et me faire avoir des regrets. Mais je suis rassuré de savoir que je peux nager en moins de 22 secondes. Pour moi, l'important, c'était de ne pas continuer à glisser dans cette pente descendante, c'était d'essayer de rebondir. Ce qui a été très, très dur et ce qui est toujours très dur de toute façon", réagissait le recordman d'Europe du 50 mètres nage libre (20"94 en 2009) après les séries.

"J'ai eu un peu de mal à me redonner confiance", "je suis un peu anxieux", expliquait-il au préalable à L'Equipe, multipliant les "c'est difficile" dès que les questions concernaient les JO. Non, ce n'est pas un sujet qu'il aborde avec ses proches, ni avec son entraîneur Brett Hawke, ni avec sa compagne Laure Manaudou. "J'essaie de faire avec, d'appliquer le dicton : 'Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort'. Mais je dois admettre que c'est difficile. Il faudra du temps - beaucoup plus que ce que je pensais - pour digérer la claque de Dunkerque. (...) La déception revient constamment. Je côtoie tous les jours des athlètes qui vont aux Jeux. Toutes les discussions et toutes les préparations sont axées sur les Jeux et moi, j'en suis détaché. C'est dur de voir à côté de quoi je passe."

Vient alors naturellement la question de la suite de sa carrière. Là encore, "à l'heure actuelle, c'est difficile". Car si Fred Bousquet est certain, vu qu'il a toujours "la flamme", que "ça ne fait finalement que quinze ans qu'il nage" et qu'il se sent "très jeune" en tant qu'athlète, de ne pas être "prêt à passer à autre chose", il n'est pas sûr de se sentir capable de continuer : "Il y a des jours où je me dis que Dunkerque, c'était juste une mauvaise étape. Et d'autres, où je me dis : 'Peut-être que c'est fini'."

On décèle toujours chez le champion du CNM une insubmersible franchise, pleine de lucidité. Terre à terre, finalement, ce nageur : "Je me rends compte de la chance que j'ai. Je n'ai pas à me plaindre de la vie que je mène. Ce serait injuste." Prochain pointage pour Fred Bousquet dans cette année à contre-courant : le 10 mai au Grand Prix de Charlotte.

Et les autres ?

Tandis que le couple Manaudou-Bousquet, après avoir fêté le deuxième anniversaire de sa petite Manon en début de mois, s'est envolé pour le Brésil et conjugue l'utile et l'agréable en faisant un peu de tourisme, l'essentiel du groupe France se trouve en stage aux Canaries, à Tenerife : les Marseillais (F. Manaudou, Gilot, Lacourt, Meynard, Mallet, Perez Dortona), les Picards (Stravius, Stasiulis, Etienne), les Antibois (Bernard, Balmy, Lazare) travaillent "dans une ambiance très collective", comme le souligne L'Equipe, quand d'autres représentants olympiques (Muffat, Agnel) avaient choisi l'altitude, en Sierra Nevada.

Angelina Jolie, son évolution mode : de la bad girl sulfureuse à l'icône mode glamour et sexy

Faire un lien vers cet article

Laisser un commentaire

comments powered by Disqus

Actu people du jour

  • Jaime King : Huit années de ''souffrance'' avant l'arrivée de bébé James

    27/07 Jaime King : Huit années de ''souffrance'' avant l'arrivée de bébé James

  • 27/07 Chantal Lauby à 20 ans : Une speakerine terrifiée devant la caméra

  • 27/07 Mort de Thierry Redler : Vive émotion et hommages des stars de la télévision

  • 27/07 Douchka, ex-égérie Disney : ''On m'a forcée à jouer les gamines attardées !''

  • 27/07 Thierry Redler : Mort tragique du célèbre héros des ''Filles d'à côté''

  • 26/07 Benjamin Castaldi sur D8 : Il succédera bien à Cyril Hanouna pour Nouvelle Star

Plus d'articles sur ce thème

People dans l'actu

PURE FOCUS