Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Luc Besson : Sa Cité du cinéma décryptée, son départ à Los Angeles

Luc Besson lors de la conférence de presse de l'inauguration de la Cité du cinéma à Saint-Denis le 21 septembre 2012
16 photos
Lancer le diaporama
Luc Besson lors de la conférence de presse de l'inauguration de la Cité du cinéma à Saint-Denis le 21 septembre 2012

L'ambitieux projet de Luc Besson, sa Cité du cinéma, a été inaugurée en septembre 2012. Près de deux ans après, le magazine Télérama a enquêté sur cet "Hollywood-sur-Seine" pour savoir si le rêve du réalisateur-producteur a pris forme. Les tournages se succèdent, le lieu est impressionnant, mais des ombres viennent entraver l'aventure. Extraits de l'enquête.

La Cité du cinéma installée à Saint-Denis est un projet de cinéma comme jamais il n'y en a eu en France. "Installée sur les 62 000 m² de l'ancienne centrale EDF qui alimentait le métro des années 1930 à sa fermeture en 1981, elle abrite neuf studios, des bureaux, des restaurants, une gigantesque nef industrielle", rappelle Télérama. Dans les studios qui ont coûté entre 30 à 35 millions d'euros, les tournages se succèdent : après Malavita avec Robert De Niro, Lucy, le dernier Besson avec Scarlett Johansson qui a fait de superbes débuts au box-office américain, Taken 3 et le Transporteur IV. "Mais aussi le TGV reconstitué de la scène finale de Mea Culpa de Fred Cavayé, des publicités Dior ou Chanel, un clip des Rolling Stones. Deux plateaux sont occupés, jusqu'en octobre, par l'exposition Star Wars Identités (elle sera peut-être suivie d'une autre sur Harry Potter) et les autres ont accueilli des pubs, le dernier film d'Alain Resnais, les prochains François Ozon (Une nouvelle amie) ou Olivier Baroux (Entre amis)."

Un agenda bien rempli, même s'il n'est finalement pas question de tournages étrangers comme Luc Besson l'espérait. La raison ? "Le coût du travail en France," indique le producteur Raphaël Benoliel qui a travaillé à la Cité avec les équipes des Schtroumpfs 2 et du Voyage de cent pas. Tant pis pour les autres, les Français sont au rendez-vous, assure Didier Paz, patron des Studios de Paris : "Le nouveau télé-crochet de M6, Rising Star, sur le grand plateau pour seize semaines. Une série d'espionnage d'Eric Rochant pour Canal+, pour au moins six mois. Et aussi une série historique produite par Jamel Debbouze, des spots de pub pour la Maaf et peut-être une comédie française avec Kev Adams." D'autant plus que la Cité attirera encore plus de tournages en raison de la fermeture, annoncée pour début 2015, des studios de Bry-sur-Marne, précise l'hebdomadaire.

Quelles sont donc les ombres au tableau ? Le coût élevé des lieux : "EuropaCorp est locataire de la totalité de l'aile droite (30 000 m²) : Vinci et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), propriétaires des lieux, ont en effet exigé que la société de Luc Besson s'engage, pendant douze ans, à leur verser 6,8 millions d'euros de loyer annuel (plus les charges et l'entretien des parties communes). Pour remplir les caisses, la superbe nef accueille alors des événements qui peuvent rapporter gros. Des entreprises sont prêtes à payer entre 200 000 et 1 million d'euros pour un lancement de produit ou une convention d'actionnaires." D'autre part, certains techniciens se plaignent sur les plateaux : "L'acoustique est exceptionnelle, les plateaux sont tout neufs, tout beaux. Mais bourrés de défauts." Difficile de contenter tout le monde mais difficile de trouver des lieux suffisamment impressionnants pour des scènes dignes d'un James Bond.

Reste un autre volet, plus complexe. La justice "cherche à comprendre si la participation de la Caisse des dépôts et consignations - un organe public - dans la Cité du cinéma n'est pas trop élevée. Et si elle finance bien un projet d'intérêt général", précise Télérama. Cette enquête survient après une note confidentielle de la Cour des comptes, en octobre, que le journal Le Parisien avait dévoilée. À la suite de cela, EuropaCorp a déclaré porter plainte contre le quotidien, pour diffusion d'informations fausses ou mensongères et pour diffamation. Par la voix de son avocat, Me Jean-Marc Fedida, la société a dit "engager une procédure pénale pour un délit de diffusion d'informations fausses ou mensongères". EuropaCorp engage également "des poursuites en diffamation à l'encontre du journal, de la journaliste Odile Plichon et du directeur de la publication du Parisien - Aujourd'hui en France, auteurs des allégations attentatoires à son honneur et à sa considération", alors que le titre EuropaCorp perdait, ce jour-là à 13h30, 4,36 % à la Bourse, dans un marché en hausse (0,74 %).

Luc Besson a un grand rêve pour le cinéma, très beau en théorie, mais difficile à concrétiser. Il a choisi une zone à Saint-Denis qui n'attendait que d'être revitalisée avec ce grand projet. On se souvient de ses yeux humides lors de l'inauguration de la Cité du cinéma, "une chance pour la France", se disait-il. Trop d'obstacles, trop de complications, Luc Besson n'a pas dit son dernier mot, mais c'est en Amérique qu'il ira recharger les batteries. Selon Télérama, il s'installe à la fin de l'été à Los Angeles, où il possède une maison, comme son associé Christophe Lambert : "Ils ont signé au printemps un partenariat de production et de distribution avec la société américaine Relativity et souhaitent y intensifier leur activité. Depuis plusieurs années, EuropaCorp s'implante à Hollywood et Besson rêve toujours d'un succès américain." L'ambitieux Luc Besson est une machine de guerre et un passionné qui ne plie pas devant les épreuves.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans le magazine Télérama du 30 juillet.

Mark Wahlberg, une superstar bien dans ses baskets
Michelle Williams : adorable baby doll aux allures de femme fatale
Hayden Panettiere complètement accro au nail art !
Scarlett Johansson : une belle américaine à Paris qui ne passe pas inaperçue...
Uma Thurman sculpturale pour sa montée des marches à Cannes
Zac Efron : un playboy débarque sur la Croisette !
Métamorphoses de stars : les préférez-vous avec les cheveux courts ou longs ?
Ces enfants stars qui ont bien grandi...
Britney Spears, Mariah Carey, Nicole Richie : les changements de poids spectaculaires des stars
Ces couples de stars qu'on avait oublié !
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel