Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Patrick Fiori, sa famille sauvée in extremis : ''Je suis un rescapé''

9 photos
Lancer le diaporama

C'est un Patrick Fiori ému et fier de son histoire familiale qui a accepté hier d'évoquer son enfance pour l'émission C'est au programme sur France 2. Le chanteur français d'origine corse et arménienne est notamment revenu sur le miracle qui a permis à sa famille d'échapper au génocide qui a touché son pays jusque dans son village en 1915. Une histoire incroyable et touchante.

"Je suis un rescapé du génocide arménien", lance Patrick Fiori avec une émotion certaine avant de raconter en détail l'histoire familiale qui le touche tant. Pourtant, s'il n'avait pas pris son père entre quatre yeux pour connaître la vérité, le chanteur aurait pu ne jamais rien savoir de ce tragique épisode. "Mon père a mis du temps à nous en parler car il ne voulait pas que ce soit une arme pour nous. Je sentais qu'il y avait une chape de plomb, que c'était tabou", explique l'interprète de Que tu reviennes.

Mais vers l'âge de 13-14 ans, Patrick Fiori a osé demandé à son père quel était ce lourd passé qui avait tant marqué sa famille : "Un jour, je l'ai attrapé et je lui ai dit que c'était important pour moi de savoir ce qui leur était arrivé." Et l'histoire de la famille Chouchayan - véritable nom du chanteur - est tout simplement impensable. "Mon père m'explique qu'il y a eu une famille oubliée dans un village. Tout le village a été massa­cré. Et dans la dernière maison, tout le monde était en train de prier autour du chau­dron parce qu'on allait venir nous massa­crer aussi... Sauf qu'ils nous ont oubliés. Ils ont oublié une maison, celle des Chou­chayan", commente-t-il avec émotion. Un miracle auquel le chanteur doit d'avoir vu le jour de nombreuses années plus tard !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel