Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

''Un Français'' censuré par peur ? Le distributeur du film choc répond

10 photos
Lancer le diaporama

Annoncé comme un American History X français, le nouveau long métrage du réalisateur Diastème (Patrick Asté) fait le buzz bien malgré lui. Sobrement intitulé Un Français, ce film suit le destin d'un homme raciste, qui "cogne les Arabes et colle les affiches de l'extrême-droite", alors qu'il commence à sentir que la haine l'abandonne. Dans son synopsis officiel, on évoque "le parcours d'un salaud qui va tenter de devenir quelqu'un de bien". Sauf que le film est victime d'une campagne de haine étonnante sur la Toile, et voilà qu'il fait désormais "peur" aux exploitants, au point qu'ils se rétractent les uns après les autres. Comme le rapporte le site 20 Minutes, cinquante avant-premières du film auraient été purement et simplement annulées.

Sur son blog, le réalisateur a réagi à la situation assez rocambolesque dont son film est victime et raconte : "Je reçois en cette fin d'après-midi un coup de téléphone non pas du Saint-Esprit mais de Marielle, coproductrice d'Un Français. Nous sommes à quinze jours de la sortie et les nouvelles ne sont pas bonnes. Le distributeur vient de lui annoncer que les 50 avant-premières du film qui devaient avoir lieu dans 50 villes de France le mardi 2 juin sont annulées. Certains exploitants ne veulent pas le film, lui a-t-on dit, ils ont peur. - Peur de quoi ? je lui demande. - Je ne sais pas, elle répond. - Les 50 !? - Ben faut croire..." Plus loin, il poursuit : "Comme si cela ne suffisait pas elle m'annonce également que les 'plus de 100 salles' prévues par Mars pour la sortie du film se transforment en 'moins de 50, et encore, pas sûr...' Elle me prévient qu'elle va transmettre l'information aux deux éminents journalistes qu'elle a mis dans la confidence et qui souhaitent en faire un papier."

Sur la Toile, les réactions commencent à affluer. Certains pensent que le film fait inconsciemment une publicité aux fascistes, et notamment aux plus extrémistes du Front National. D'autres pointent du doigt les clichés inhérents au personnage, le manichéisme ou encore la stigmatisation. Enfin, il y a ceux qui défendent bec et ongles le long métrage de Diastème. Ce 26 mai, le distributeur du film, Mars, a réagi devant l'ampleur prise par l'affaire. Le communiqué précise d'emblée que "le film fait l'objet, sur les réseaux sociaux, d'une spectaculaire campagne de haine attisée par des commentaires violents, agressifs, menaçants autour de sa bande-annonce". Avant de nier les annulations en chaîne relayées par d'autres médias, en affirmant que les "choses sont plus nuancées". "Pour préciser ce qui a été écrit, Un Français n'a pas été déprogrammé avant sa sortie. Aucune avant-première n'a été annulée", peut-on lire.

Mars Films explique ensuite que le nombre de copies "a été ramené à 60 afin d'optimiser au mieux chaque copie et valoriser chaque salle diffusant le film". Concernant les avant-premières, le distributeur affirme qu'un "grand nombre de cinémas ont été contactés pour organiser des premières suivies de débats en présence d'associations locales" et que "la plupart n'ont pas donné suite" à cause de la "complexité de mettre en place un événement aussi particulier, nécessitant des précautions (sécurité etc.)".

Évoquant un "film nécessaire", Mars Films assure que "malgré toutes les tentatives d'intimidation [...] Un Français sortira le 10 juin 2015 et sera présenté en avant-première dans certaines salles". Et d'ajouter : "Que cette chronique d'un extrémiste repenti puisse donner des boutons à certains qui y voient un signe de lâcheté en dit long sur les menaces pesant sur notre société."

Christopher Ramoné

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel