Paola Cortellesi : Qui est la réalisatrice italienne dont le film 'Il reste encore demain' fait un énorme buzz et arrive en France ?
Publié le 12 mars 2024 à 08:14
Par Justine Texier | Journaliste
Passionnée de sport et de tennis, Justine est entrée dans le monde du people pour ne plus jamais en sortir ! A l’affût des moindres petits secrets du grand écran, elle est incollable sur les couples et les séparations. Vous ne pourrez pas lui cacher un gossip !
Un véritable film événement ! Ultra-populaire en Italie, "Il reste encore demain", qui raconte l'histoire d'une femme qui vit le patriarcat et les violences conjugales dans les années 40, s'apprête à débarquer dans les salles obscures en France ce mercredi. Pour la plus grande joie de sa réalisatrice, Paola Cortellesi. Particulièrement connue dans son pays, la jeune femme, également humoriste, voit sa notoriété grandir peu à peu...
Paola Cortellesi : Qui est la réalisatrice italienne dont le film 'Il reste encore demain' fait un énorme buzz et arrive en France ?
Paola Cortellesi sort un film très attendu. 
Paola Cortellesi - Soirée de gala du Festival "French Cinema Rendez Vous" à Rome en Italie le 4 avril 2018. Un film qui traite de violences conjugales. 
Paola Cortellesi - Cérémonie de clôture du 18ème Rome Film Festival, le 28 octobre 2023. Et coécrit avec son compagnon Riccardo, le père de sa fille Laura. 
Paola Cortellesi, Riccardo Milani - 18ème édition du Film de Rome - Rome, 18 octobre 2023 Un film qui a eu un gros écho, notamment à cause du sujet. 
Paola Cortellesi - Cérémonie de clôture du 18ème Rome Film Festival, le 28 octobre 2023. Et qu'elle a défendu dans toute l'Italie. 
Paola Cortellesi - Cérémonie de clôture du 18ème Rome Film Festival, le 28 octobre 2023.
La suite après la publicité

Retenez bien ce nom car son film va créer l'événement : à 50 ans, Paola Cortellesi débarque en France avec un film marquant. Racontant le patriarcat et notamment les violences conjugales dans les années 40 à Rome, dans une histoire inspirée notamment de sa mère et de sa grand-mère, la jeune femme signe avec Il reste encore demain l'un des films les plus réussis de ce début d'année.

Un film qui a déjà un grand succès en Italie : avec plus de 5 millions d'entrées, il a créé un événement et lancé un débat sur les violences conjugales et les féminicides dans le pays. Pour le plus grand bonheur de sa réalisatrice, qui savoure son succès. Il faut dire qu'en vingt-cinq ans de carrière, elle a bien plus souvent été saluée pour des comédies légères et populaires que pour des drames.

Un passé comique

Née à Rome en 1973, la toute jeune quinquagénaire se fait notamment connaître en faisant des sketchs sur la RAI (la télévision publique italienne) au début des années 2000. Avec ses perruques, elle imite Céline Dion et Britney Spears, avant de débuter sa carrière au cinéma dans des films toujours plutôt humoristiques. Une expérience dont elle garde un souvenir mitigé. "Quand j'écrivais des sketchs pour la RAI, je ne travaillais qu'avec des hommes. Parfois, je proposais une idée et ils se regardaient entre eux pour décider", s'est elle notamment souvenue pour nos consoeurs de Libération.

Aujourd'hui plus libre d'écrire ce qu'elle veut, la pétillante italienne, qui a obtenu l'équivalent d'un César de la meilleure actrice en 2011, continue de s'entourer de personnes qui comptent pour elle. A ses côtés depuis trente ans, l'acteur Valerio Mastandrea, qui fut son compagnon, joue le mari tyrannique de son premier film. "J'admire sa capacité à trouver le public. C'est une machine, elle est hyper méthodique. Et on rigole tout le temps", raconte-t-il quant à lui. Son mari actuel, Riccardo Milani, également réalisateur et scénariste, écrit à ses côtés.

Paola Cortellesi au photocall "Talks about the future of the cinema" lors du 18ème Rome International Film Festival, à Rome, Italie, le 21 octobre 2023. © SGP/Bestimage © BestImage, SGP / BESTIMAGE

Le féminisme avant tout

Une "machine" que "tout le monde aime", selon son entourage. La preuve, si elle se définit "orientée à gauche", il a suffi qu'elle appelle la Première ministre d'extrême-droite, Giorgia Meloni, à réagir à son film pour que celle-ci salue publiquement "un film courageux" et renforce les sanctions contre les harceleurs.

Un appel qu'elle revendique complètement, malgré les positions parfois ouvertement sexistes de Giorgia Meloni. "Ce n'est pas le moment de penser aux divergences politiques. Pour la premier fois, une femme est à la tête de l'Etat et nous avons ce dénominateur en commun : être des femmes", argumente-t-elle. Un féminisme plus important que tout, surtout dans un contexte de lutte contre les violences faites aux femmes, qu'elle inculque aussi à sa fille, Laura, 11 ans. "Je n'utilise pas le mot féminisme avec elle. Mais je lui inculque la liberté, le respect de soi-même et des autres", explique-t-elle. Et on espère qu'en Italie, comme en France, les choses vont enfin pouvoir changer...

Mots clés
Photo People International Cinéma People
Suivez nous sur Google News
Tendances
Voir tous les people
Sur le même thème
Les articles similaires
Dernières actualités
Dernières news