Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Audrey Pulvar - Son père Marc accusé de pédophilie : "Je sais qu'il s'est passé des choses"

Audrey Pulvar - Son père Marc accusé de pédophilie : "Je sais qu'il s'est passé des choses"
Par Alexis Gilquin Rédacteur
Jouer la comédie, c'est son truc depuis l'enfance. Après un début de carrière prometteur au sein de la troupe de théâtre amateur de Bormes-les-Mimosas, il décide finalement de tout plaquer pour devenir journaliste people, le métier dont ses parents rêvaient pour lui depuis toujours. Comme quoi, tout peut arriver !
11 photos
Huit jours après la révélation de cette terrible affaire de pédophilie au sein de sa famille, Audrey Pulvar revient sur les accusations de ses cousines contre son père. Du côté des victimes à 100%, elle livre un témoignage édifiant.

"Je suis là en tant que moi, et en tant que fille d'un pédocriminel, d'un monstre au sens actuel du mot." C'est émue et fébrile qu'Audrey Pulvar a témoigné ce lundi 15 février sur France Inter. La journaliste et femme politique de 48 ans était présente pour évoquer les accusations de pédophilie envers son père Marc Pulvar, dévoilées publiquement le 7 février par l'AFP. Dans une tribune, ses cousines, Karine Mousseau, Barbara Glissant et Valérie Fallourd, dénonçaient les agissements de Marc Pulvar, figure emblématique du syndicalisme martiniquais (et mort en 2008).

Les larmes aux yeux et en sanglots, l'ex chroniqueuse de Laurent Ruquier a pris la défense des ses cousines sur France Inter : "Quand vous êtes la fille d'un monstre, forcément vous vous demandez si vous êtes un monstre vous-même. C'est un processus presque automatique (...) Si je me suis tue depuis huit jours, c'est parce que je trouvais important qu'elles puissent s'exprimer (...) Les victimes, quand elles ont parlé à leurs parents il y a une vingtaine d'années, et que ces derniers ont parlé à ma mère, qui nous a parlé à mes soeurs et moi, elles ont parlé pour être entendues, écoutées, et crues. Et il y a vingt ans, quand ma mère m'a annoncé ce qu'une de mes cousines avait dit, je l'ai crue. C'était en 2002. Elles avaient 30 ans, et on a globalement le même âge. Je les ai crues parce que je suis toujours du côté des victimes, de celles et ceux qui dénoncent ce type de crimes."

Si Audrey Pulvar n'était qu'une enfant au moment des faits, elle se souvient tout de même de certaines choses et partage des détails glaçants : "Je les ai crues parce que les faits se sont produits il y a quarante-cinq ans, et depuis quarante-cinq ans je sais qu'il s'est passé des choses (...) J'étais une enfant mais il se passait des choses dont je sentais qu'elles n'étaient pas normales. Il y avait un climat que je ne comprenais pas. Dans ma mémoire, quand ma cousine avait 7 ans, on s'était disputées et elle m'avait dit : "Ton père, il met sa main dans ma culotte". Ça m'avait tétanisée, j'avais 6 ans. Et après, ces souvenirs-là ont été cadenassés dans mon cerveau pendant vingt ans, en revenant par flash, sans que je sache ce que c'était".

Pour conclure, la journaliste a expliqué pourquoi ce n'était pas à elle de dénoncer son "monstre" de père : "Non, il ne m'est pas venu à l'idée de dénoncer mon père. Ce n'était pas à moi de le faire, et je ne savais pas que je savais. Ces choses-là ne se font pas en 24 heures, c'est un peu plus complexe que ça, surtout pour les victimes. Je suis là pour dire à tous ceux qui pensent que l'action de mes cousines serait une manoeuvre politique, soit pour m'atteindre moi soit pour abîmer la mémoire de mon père, qu'ils ont tort. Les victimes nous parlent quand elles peuvent parler, quand les conditions sont réunies pour elles pour avoir la force de pouvoir se les dire à soi-même. Le dire à ses parents, puis à un cercle plus large, ça prend du temps. Et quand elles le disent, il faut respecter cette parole, il faut l'entendre, il faut l'écouter, la respecter, et non la dévaloriser en la mettant en doute."

L'interview d'Audrey Pulvar est à découvrir en intégralité sur le site de France Inter.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image