Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Ce réalisateur oscarisé est à cran : Sa colère noire contre Donald Trump

Ce réalisateur oscarisé est à cran : Sa colère noire contre Donald Trump
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Il n'a pas digéré l'affront du candidat à la présidentielle américaine.

Il a remporté deux fois de suite l'Oscar du meilleur réalisateur, pour Birdman puis pour The Revenant. Dans un article publié ce 2 septembre dans le quotidien espagnol El Pais, relayé par l'AFP, le cinéaste mexicain Alejandro González Iñárritu a qualifié de "trahison" le fait que le président du Mexique ait invité puis reçu le candidat controversé à la présidence des États-Unis, Donald Trump, régulièrement "insultant" envers les Mexicains.

Le candidat républicain à la Maison Blanche a rencontré le 31 août le président Enrique Peña Nieto. Cette visite surprise a été vivement critiquée au Mexique alors que Trump promet d'ériger, aux frais du Mexique, un mur à la frontière entre les deux pays pour tarir le flot de clandestins. "L'invitation d'Enrique Peña Nieto à Donald Trump est une trahison", écrit Iñarritu. "C'est appuyer et légitimer celui qui nous a insultés, nous a craché dessus et nous a menacés depuis plus d'un an aux yeux du monde entier. C'est manquer de dignité et renforcer une campagne politique de haine envers nous", a-t-il ajouté, dans un article publié par le quotidien El Pais.

Le cinéaste né il y a cinquante-trois ans à Mexico ressent "une profonde tristesse", "de l'indignation" et "de la honte", il a reproché à son gouvernement de ne pas avoir déclaré Donald Trump "persona non grata" sur le sol du pays. Le candidat républicain promet l'expulsion de millions de Mexicains qui vivent sans papiers aux États-Unis. Il avait débuté l'an dernier sa campagne en déclarant que le Mexique permettait à "des violeurs" et autres criminels de passer la frontière.

Dans une interview télévisée diffusée le même jour, Peña Nieto avait répondu aux critiques des Mexicains en disant qu'il fallait "faire face". Lors d'un meeting à Phoenix en Arizona, Trump n'a, de son côté, pas présenté d'excuses mais il a redoublé d'agressivité envers les migrants mexicains qu'il qualifie de "criminels".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image