Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
En 2019, Donald Trump et Greta Thunberg se sont souvent lancés des piques sur Twitter, retour sur ce clash de l'année.
En 2019, Donald Trump et Greta Thunberg se sont souvent lancés des piques sur Twitter, retour sur ce clash de l'année.
Donal Trump président, un enfer pour Melania (aussi), par Purepeople - 2018.
Donal Trump président, un enfer pour Melania (aussi), par Purepeople - 2018.
Donald président - La cauchemar de Melania Trump - 2018.
Donald président - La cauchemar de Melania Trump - 2018.
Biographie

Naissance : Le 14 Juin 1946

Âge : 74 ans

Métier : Homme Politique / Homme d'Affaires / Président

Signe astrologique : Gémeaux

Pays : Etats-Unis

Ville : New-York

Donald Trump est un homme d'affaires et homme politique américain, élu 45e président des Etats-Unis en 2016 et investi en janvier 2017. Il est marié en troisièmes noces à Melania Trump (Knauss), mère de leur fils Barron, et a quatre autres enfants issus de ses unions antérieures : Donald Jr., Ivanka, Eric (dont la mère est Ivana Trump) et Tiffany (dont la mère est Marla Maples).

Pour les uns il est le sauveur qu'attendait l'Amérique, pour les autres un incompétent, menteur, inculte, sexiste, bouffon, passé par un accident de l'histoire de magnat de l'immobilier et histrion de la télé-réalité à la fonction de président de la plus grande puissance du monde. Donald Trump est-il le syndrome d'un nouveau populisme du XXIe siècle ? Ça y ressemble.

Donald John Trump naît à New York le 14 juin 1946. Son père, Fred Trump, est un promoteur immobilier d'origine allemande plusieurs fois accusé de malversations et mis en examen pour participation à une manifestation violente du Ku Klux Klan, dont il est proche, sinon membre. Elevé dans un quartier chic du Queens, après des études dans une école militaire où il avait été envoyé pour le discipliner, et après avoir réussi à se faire réformer pour ne pas aller combattre au Vietnam, il intègre la société de son père et s'occupe de la gestion de logements destinés à la classe moyenne à New York. En 1970, il en devient président, quand son père se retire, et il change le nom de la compagnie en The Trump Organization.

Gratte-ciel

En parallèle, il obtient de son père un million de dollars pour se lancer dans ses propres projets immobiliers. Il va ainsi devenir un puissant entrepreneur, achetant et réhabilitant des immeubles, en construisant d'autres, comme la célèbre Trump Tower, un gratte-ciel de 58 étages à Midtown qui abrite sa résidence principale, mais aussi d'autres immeubles d'habitation ou de bureaux, des hôtels de luxe, des golfs, qui portent tous son nom. Son empire immobilier s'étend bientôt dans d'autres villes, comme sa résidence de 126 pièces et 10 000 m² de Mar-a-Lago en Floride, et des investissements, avec des succès inégaux, au Canada, en Israël, Inde, Turquie, aux Emirats arabes unis, au Panama, Qatar, Royaume-Uni, en Uruguay, Corée du Sud, aux Philippines, etc. Dans les années 80, il développe ses activités immobilières dans les casinos d'Atlantic City, l'autre capitale du jeu des USA, où il construit et rachète des casinos pour plusieurs centaines de millions de dollars et essuie des faillites successives.

Au fil du temps, Donald Trump va également investir dans le sport (où il additionne les échecs), les concours de beauté (il est un temps propriétaire de Miss Monde et autres concours de ce type), le transport aérien, la formation professionnelle (l'aventure de la Trump University se clôt sur un procès qui le force à verser quelques millions de dollars aux plaignants), une agence de mannequins (une autre faillite). Mais surtout il loue son nom, devenu célèbre et selon lui synonyme de réussite, à diverses marques qui commercialisent tout et n'importe quoi : cravates, hamburgers, matelas, vodka, thé, steaks, etc.

A la veille des élections américaines, des enquêtes de magazines économiques soulignent ses nombreux échecs et faillites, à côté de quelques vraies réussites immobilières, et mettent l'accent sur l'opacité de ses résultats, mettant en doute sérieusement sa réussite en tant que chef d'entreprise. Il apparaît que son vrai "génie des affaires" résiderait surtout dans son indéniable talent à se promouvoir lui-même. La réalité de sa fortune est également source de bien des supputations, Donald Trump étant le seul président de l'Histoire à avoir refusé de publier ses déclarations d'impôts. Le magazine Forbes, qui fait autorité en la matière, estime cette fortune à la moitié de ce qu'il prétend. En octobre 2018, une enquête du New York Times révèle que la fortune de Trump viendrait essentiellement d'évasion fiscale initiée par son père, expert en la matière, avec une somme finale de 413 millions d'euros obtenue par le biais de sociétés écrans sur lesquelles une enquête de l'administration fiscale est en cours.

Télé-réalité

S'il est un domaine, par contre, où Donald Trump excelle, c'est bien la médiatisation de lui-même. Il publie un best-seller de conseils, en 1987, dont il n'aurait pas écrit une ligne, le livre étant co-signé du journaliste Tony Schwartz. Il joue son propre rôle de milliardaire hâbleur dans des séries télé comme Le Prince de Bel Air ou Sex & The City, dans des films comme Zoolander ou Maman j'ai encore raté l'avion. Il investit dans le milieu très populaire du catch et apparaît dans des retransmissions télévisées suivies par un nombre gigantesque d'Américains. Mais c'est son show de télé-réalité The Apprentice qui est l'aboutissement de cette propension à se mettre en scène : en 2004, il produit et anime ce show dans lequel il va, durant quatorze ans, jouer le magnat des affaires qui vire les candidats de façon sadique et légendaire.

De là à s'investir aussi en politique, un domaine ultramédiatisé, il n'y a qu'un pas, qu'il franchit allègrement. Donald Trump a dans ce domaine des convictions fluctuantes : il commence par s'affilier au Parti démocrate, puis soutient Ronald Reagan et devient républicain. En 1988, il songe à se présenter à la présidence, en formant un "ticket" avec l'animatrice star Oprah Winfrey. En 1999, il quitte le Parti républicain pour rejoindre le Parti de la Réforme, fondé par le milliardaire Ross Perrot, qui s'est lui-même présenté aux présidentielles en candidat indépendant en 1992 et 1996. Il quitte ce parti, qui ne l'a pas adoubé pour les présidentielles de 2000, pour revenir dans le giron démocrate, durant la présidence Bush, et en 2008 contribue au financement de la campagne d'Hillary Clinton. Puis en 2012, il se réinscrit au Parti républicain et mène une campagne médiatique contre Barack Obama, qu'il accuse de ne pas être né aux USA, et alimente plusieurs polémiques contre le président en exercice, ce qui lui vaut de devenir une sorte de porte-parole d'une Amérique ultra-conservatrice, dont il sent qu'elle pourrait cette fois le porter au pouvoir.

Candidature

Il annonce donc sa candidature aux primaires républicaines en juin 2015 avec le slogan Make America Great Again ; il est alors à 5 % d'intentions de vote dans les sondages, mais il va très vite grimper jusqu'à gagner ces primaires avec un discours populiste, anti-élite, anti-Washington, anti-médias, en se vendant uniquement comme "génie des affaires désirant diriger l'Amérique comme ses entreprises et, donc, réussir". Il reprend à son compte le discours d'extrême-droite du mouvement Tea Party, incarné lors de la précédente élection par Sarah Palin, en alignant les déclarations anti-immigration et climato-sceptiques. Il délivre ce discours dont il n'a jamais dévié ensuite, simpliste, avec des phrases très courtes, dénuées de références et de chiffres. Il agresse nommément ses adversaires et les terrasse un par un. On pourrait croire que sa fonction de milliardaire revendiqué et mise en avant rebuterait les petits électeurs d'une working class déclassée, mais au contraire elle le suit comme un sauveur, puisqu'il promet de baisser les taxes et de rouvrir les mines de charbon délaissées car polluantes.

Snobé au départ par les pontes du Parti républicain, il est peu à peu rejoint par la plupart d'entre eux, même si certains se bouchent le nez. Désigné candidat républicain, il choisit comme colistier Mike Pence, un ultra-conservateur climato-sceptique et créationniste revendiqué, et affronte Hillary Clinton dans une guerre inédite, à coups d'insultes, de fausses rumeurs, de débats qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. Au fil de la campagne, il semble imperméable, en jouant l'outrance et en maniant les fausses informations à coups de tweets incessants, aux accusations de sexisme qui lui sont faites et sont pourtant étayées. Le 8 novembre 2016, il remporte l'élection présidentielle tout en perdant le vote populaire. Il est en effet distancé de trois millions de suffrages exprimés pour Hillary Clinton, mais le système des grands électeurs lui est favorable et il devient le 45e président des USA.

45e POTUS

Commence alors une période inédite dans l'histoire de la démocratie américaine : il réunit un gouvernement constitué pour l'essentiel de personnalités sans expérience, très marquées à droite et qui vont tout à tour être remerciées et remplacées à un rythme jamais vu auparavant. Il recrute des financiers, des ultra-conservateurs proches de lui et sa famille, faisant du népotisme un principe de gouvernement. Il a été calculé que les 17 membres de son premier gouvernement disposaient à eux seuls d'une fortune personnelle de 9,5 milliards de dollars, équivalente à celle des 109 millions d'Américains les plus pauvres.

Donald Trump se met en scène en permanence, attaquant sans répit la presse, en dehors de la chaîne Fox News qui le soutient sans aucune objectivité, et du site d'extrême-droite Breitbart News, dirigé par Steve Bannon, qu'il prend comme conseiller avant, lui aussi, de le licencier, pour le laisser aller en Europe conseiller les divers mouvements nationalistes. Durant sa mandature, Donald Trump ne remettra jamais en question l'absence de contrôle sur les armes à feu, malgré les meurtres de masse quotidiens aux USA, encouragé en cela par la NRA, la puissance association des amateurs d'armes qui est un de ses soutiens originels. Comme il se refusera à condamner les activistes d'extrême-droite et du Ku Klux Klan après la manifestation mortelle de Charlottesville, ce qui fait sens avec ses positions complotistes et son culte des fausses informations qu'il assène au quotidien.

Golf

Rapidement, des observateurs donnent de lui l'image d'un président un peu perdu à la Maison Blanche, travaillant peu (il est le seul président à partir tous les week-ends jouer au golf dans sa propriété de Floride), ne lisant jamais, passant ses soirées à manger des burgers devant la télévision. Ressassant ses phobies et ses obsessions en tweetant en permanence.

Il prend des décisions fortes en retirant les USA de l'accord de Paris sur le climat et promet inlassablement la construction d'un haut mur séparant les Etats-Unis du Mexique pour mettre un frein à l'immigration. Il baisse nettement les impôts, au profit des plus riches, mais sous son administration, et profitant des cycles mis en oeuvre par le gouvernement précédent, l'économie et l'emploi connaissent une nette embellie. En revanche, ces mesures creusent la dette des USA de façon exponentielle. Il promeut un protectionnisme dur, affrontant la Chine et l'Europe dans une guerre économique. Il obtient des résultats à court terme. En politique étrangère, il est certes le premier président depuis longtemps à n'avoir lancé son pays dans aucune guerre, mais sa "sitcom" avec la Corée du Nord, en dépit de ses rodomontades, n'a abouti à rien. L'essentiel de son mandat aura été consacré à lutter contre les diverses accusations de collusion avec la Russie, puis l'Ukraine, avec des menaces d'Empeachment flottant en permanence au-dessus de sa tête, sans parler des conflits d'intérêts qui lui sont reprochés, à lui ou ses enfants, vis-à-vis desquels ses affaires privées de liens avec des actrices X font pâle figure.

Le 18 décembre 2019, il fait formellement l'objet d'une procédure d'impeachment pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès. Le procès s'est ouvert le 16 janvier 2020.

Famille nombreuse

La vie privée de Donald Trump est à son image. Voyante. Il épouse en 1977 une réfugiée tchécoslovaque, mannequin et skieuse de compétition, émigrée au Canada, Ivana Zelnickova. Le couple a trois enfants, Donald Jr. (1977), Ivanka (1981) et Eric (1984). Le divorce de Donald Trump d'avec Ivana est largement médiatisé et bat des records de transactions financières.

Il épouse ensuite Marla Maples en 1993, actrice et présentatrice de télévision américaine, dont il a une fille, Tiffany (1993). Le couple se sépare en 1997 et divorce en 1999.

Donald Trump épouse ensuite Melania Knauss, un mannequin slovène né en 1970. Melania est un mannequin photo, elle n'a jamais défilé pour les grands couturiers. Leur fils Barron est né en 2006. Par ailleurs, plusieurs jugements ont validé les relations tarifées du futur président avec une actrice X et une playmate, pendant son mariage avec Melania Trump. Le 12 décembre 2018, l'avocat personnel du président a été condamné à de la prison ferme pour avoir, durant la campagne présidentielle, acheté leur silence pour 13 000 dollars à la première et 150 000 dollars à la seconde. En 2018, Donald Trump annonce qu'il veut briguer un second mandat et lance sa campagne pour 2020.

Dernières news
Melania et Donald Trump "à la location" : le couple disponible pour vos anniversaires et vos départs à la retraite
31 Mar 2021 18h03

Melania et Donald Trump "à la location" : le couple disponible pour vos anniversaires et vos départs à la retraite

Mais en voilà une jolie idée ! Privés de leurs obligations présidentielles, Donald et...
Meghan Markle : Donald Trump la flingue en off... mais évite de jubiler par peur de finir comme Piers Morgan
15 Mar 2021 17h30

Meghan Markle : Donald Trump la flingue en off... mais évite de jubiler par peur de finir comme Piers Morgan

Sans surprise, l'interview accordée par la duchesse de Sussex, Meghan Markle, à la présentatrice...
Donald Trump : Des employés balancent sur ses dernières heures à la Maison Blanche
03 Mar 2021 17h32

Donald Trump : Des employés balancent sur ses dernières heures à la Maison Blanche

Auprès du "New Yorker", des membres du personnel de la Maison Blanche se sont confiés sur les...
Donald Trump à nouveau acquitté, Joe Biden toujours inquiet
14 Fév 2021 13h37

Donald Trump à nouveau acquitté, Joe Biden toujours inquiet

C'est un procès historique qui s'est achevé samedi aux Etats-Unis : jugé pour son rôle...
Donald Trump : La fin des privilèges, son fils vole en classe économique
26 Jan 2021 15h01

Donald Trump : La fin des privilèges, son fils vole en classe économique

Le 20 janvier dernier, les Trump ont réalisé leur dernier vol à bord de l'avion...
Photos