Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Franz-Olivier Giesbert et son père violent : "Ma dernière raclée était à 19 ans"

7 photos
Lancer le diaporama
De bouleversantes confidences.

Éditorialiste, biographe, présentateur de télévision ou encore écrivain... On connaît tout de la carrière de Franz-Olivier Giesbert. En revanche, sa vie personnelle était un mystère sur lequel il a accepté de lever le voile en acceptant l'invitation de Catherine Ceylac dans Thé ou café (France 2), dimanche 2 avril 2017. FOG s'est notamment épanché sur son enfance parfois difficile à cause du caractère volcanique de son papa, un dessinateur américain.

"Ténébreux, colérique et violent". Tels sont les mots qu'il a utilisés afin de le décrire. Franz-Olivier Giesbert a ensuite admis que son père lui avait volé son enfance à cause de sa violence : "C'était juste incroyable la violence qu'il mettait dans la maison quand il rentrait." Une haine au départ dirigée contre sa maman, une prof de philosophie. Mais étant très fusionnel avec cette dernière, l'ex-membre des Grosses Têtes (RTL) a cherché à la défendre, provoquant ainsi le courroux de son géniteur.

Aussi a-t-il encouragé sa maman à le quitter... en vain. Sa violence envers elle a heureusement fini par se calmer. En revanche, "elle est restée jusque tard" avec Franz-Olivier Giesbert : "J'ai pris ma dernière raclée à 19 ans." Des coups qu'il ne lui a jamais pardonné, jusqu'à sa mort : "J'ai regretté (...). A la mort de mon père, je me souviens avoir pleuré peut-être trois ou quatre jours d'affilée. J'étais le plus malheureux des hommes. J'avais 30 ans et je ne lui avais jamais pardonné, alors qu'il m'avait tendu la main à la fin."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image