Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Grâce à Gorillaz et ses invités célèbres, le plastique... c'est fantastique ! Découvrez pourquoi !

Le drôle de manège de Gorillaz va faire tourner les têtes. Si on attendait Carrousel, un projet mystique, pensé comme un film mais également une création scénique, encore en gestation, Damon Albarn et son complice crayonneur Jamie Hewlett, père des quatre tordus cartoonesques fictifs 2D, Murdoc Niccals, Noodle, Russel Hobbs, qui constituent l'image de Gorillaz (Jamie avait exprimé son ras le bol de les dessiner, mais s'est ravisé au regard du nouveau projet : "Je vais les adapter. Ce seront les mêmes personnages, mais un peu plus vieux et légèrement différents"), sont finalement descendus sur la plage. Là, parmi les déchets de plastique et de civilisation, le troisième album du groupe - voire supergroupe - a émergé : Plastic Beach (sortie le 8 mars 2010), annoncé par le single Stylo. Un album que vous pouvez écouter dès à présent en avant-première et en intégralité sur Wormee.com, le service de musique à la demande développé comme un réseau social, en cliquant ici.

A l'univers détrituesque de ce nouveau pan de la mythologie et de la carte Gorillazesques répond en réalité la luxuriance de la création, comme si des cendres de la société consumériste et de ses vestiges non-biodégradables pouvait naître la pop parfaite, objectif ultime que s'est fixé Damon Albarn, leader adulé de Blur (dont la reformation en 2009 notamment pour le concert événement à Hyde Park vient d'être couronnée de lauriers) : "Ce disque, c'est le plus pop que j'aie jamais réalisé à bien des égards, notamment du fait de l'expérience que j'ai acquise à force d'essayer pour livrer in fine quelque chose qui a de la profondeur. J'imagine que ce que j'ai cherché à faire avec cet album de Gorillaz est entrer en contact avec une sensibilité pop et faire en sorte que les gens prennent conscience de la mélancolie essentielle qu'il y a à acheter un plat cuisiné emballé dans des tonnes de plastique. Les gens qui regardent X Factor doivent bien avoir quelque connexion affective à ces choses, ces détritus qui vont avec ce qui semble revêtir le plus d'importance - le voyeurisme quant aux stars."

Si Plastic Beach assume dans sa genèse et dans sa réalisation son enjeu de globe-trotter de la décharge planétaire (en mars 2009, Albarn était par exemple à Beyrouth pour l'enregistrement de White Flag avec le Lebanese National Orchestra for Oriental Arabic Music), la première visite de Damon Albarn au Mali fut un jalon fondateur, lorsqu'il vit les populations récupérer dans les dépotoirs tout ce qu'il était possible de récupérer et de monnayer - composants, bouts de métal, canettes, aluminium... De retour à Londres, il établit un saisissant parallèle entre les deux pays après être allé dans une décharge à l'extérieur de la capitale anglaise pour y enregistrer des sons de mouettes pour l'album. "Là, il y a plus de serpents... Des vipères, des couleuvres, des vers, des crapauds, des grenouilles, des tritons, tout un tas de rongeurs, des tas d'écureuils de toutes sortes, des renards en pagaille, et, de toute évidence, des mouettes. (...) Ça fait partie de la nouvelle écologie. Et pour la première fois, j'ai vu le monde d'une façon nouvelle. J'ai toujours eu l'impression, et c'est ce que j'essaye d'explorer dans ce disque, que le plastique, nous le voyons comme contraire à la nature alors qu'il vient de la nature. Et voir voir ces serpents aimer vivre dans la chaleur de sacs en plastique en décomposition... Ils aiment ça. C'est une étrange sorte d'optimisme que j'ai ressenti, mais tenter de transposer cela en langage pop music, c'est un vrai défi".

Un défi auquel se sont associées de nombreuses guest stars d'un éclectisme échevelé, confirmant le leadership de Gorillaz, tête d'affiche du prochain Coachella, en matière de musique collaborative - presque un supergroupe, indéniablement (Snoop Dogg, Hypnotic Brass Ensemble, Kano, Bashy, Bobby Womack, Mos Def, Gruff Rhys, De La Soul, Little Dragon, Mark E. Smith, Lou Reed, Mick Jones et Paul Simonon de The Clash, sinfonia ViVA et The Lebanese National Orchestra for Oriental Arabic Music). Revue de détail en longeant la plage jonchée de débris :

Après un préambule orchestral (Orchestral intro) avec l'ensemble Sinfonia VIVA en forme de pièce classique (violons suaves et cuivres fournis par l'Hypnotic Brass Ensemble qui résonnent comme la sirène d'un navire quittant le port), c'est le timbre de Snoop Dogg, particulièrement posé, qui nous introduit, sur une toile de fond miroitante d'ambient électro funky, dans l'univers de Plastic Beach (Welcome to the world of the plastic beach). Une flûte traversière et une harpe se promènent légèrement sur la musique arabe enlevée de White Flag pour annoncer l'arrivée, sur un gimmick musical de jeu électronique, des rois du grime, les rappeurs Kano et Bashy, qui ont réussi à surmonter leur appréhension : "On était pas à l'aise ; musicalement, c'est hors de notre zone de confort, cela aurait pu être une catastrophe intégrale", avaient-ils confiés. Inutile de vous présenter la voix qui intervient ensuite sur le vertigineux Rhinestone eyes, juste avant Stylo, qui enregistre la contribution, outre le flow reconnaissable de Mos Def, de cette immense voix de la soul : celle de Bobby Womack. Agé de 65 ans, le soulman, qui ignorait tout de Gorillaz jusqu'à ce que sa fille le pousse à accepter l'offre de ce groupe qu'elle adore, a connu un enregistrement atypique, à commencer par le contenu : Damon et Jamie l'invitèrent à chanter tout ce qui lui passait par la tête ! "Pendant une heure, j'étais là à délirer sur l'amour et la politique, à sortir tout ce que j'avais sur le coeur", raconte-t-il. Un exercice qu'il a poussé jusqu'à l'exténuation : diabétique, Womack faillit tourner de l'oeil - on le fit asseoir et manger une banane en urgence. On retrouve avec bonheur sa voix rugueuse atemporelle, solaire et groovy sur le beat harassant de Stylo.

Autre génération, autre légende : les New-Yorkais hip hop/acid jazz de De La Soul, qui étaient intervenus sur plusieurs morceaux (non retenus), partagent avec le Gallois Gruff Rhys cet étonnant Superfast Jellyfish que vous pouvez découvrir ci-dessus, positif et amuseur. Le groupe suédois électro-soul Little Dragon se signale une première fois sur le quasi sophrologique Empire ants qui s'achève en transe synthétique.

Encore un guest de luxe au nom méconnu, une dune plus loin : Glitter Freeze accueille Mark E. Smith, l'âme de l'icône post-punk britannique The Fall, et son style vocal parlé particulier qui confère au sombre track une allure prophétique et vibrant façon "I have a dream". Nouveau contraste avec le sautillant Some kind of Nature qui constitue l'un des sommets de ce concept-album, habité par la voix reconnaissable de mister Lou Reed. Magique. Plus loin, après les envoûtants On melancholy hill et Broken, on identifie à nouveau Mos Def : le New-Yorkais n'a eu besoin que d'une prise pour mettre en boîte le remuant Sweepstakes agité par les cuivres estampillés Hypnotic Brass Band - "l'un de mes meilleurs titres en tant que MC", dixit l'intéressé. Mick Jones et Paul Simonon, les deux ex-The Clash, se retrouvent pour la chanson-titre psychédélique Plastic Beach.

En épilogue à ce concept-album indispensable, Cloud of Unknowing, qui répond à l'Orchestral Intro sur un versant symphonique élégantissime, vibre de toute la densité émotionnelle de la voix de Bobby Womack, back on (this) track, avant l'embarquement à bord du Pirate Jet ultime. Pour d'autres rivages ?

En attendant d'en savoir plus sur leur future destination, découvrez ci-dessus les nouvelles images du clip de Stylo, tourné le 12 décembre dernier à Calico Ghost Town (Californie), dans une veine très "Mad Max"...

 

Tracklisting de Plastic Beach

1. Orchestral Intro (avec sinfonia ViVA)
2. Welcome To The World Of The Plastic Beach (avec Snoop Dogg & Hypnotic Brass Ensemble)
3. White Flag (avec Kano, Bashy & L'orchestre national de musique orientale libanais)
4. Rhinestone Eyes
5. Stylo (avec Bobby Womack et Mos Def)
6. Superfast Jellyfish (avec Gruff Rhys et De La Soul)
7. Empire Ants (avec Little Dragon)
8. Glitter Freeze (avec Mark E Smith)
9. Some Kind Of Nature (avec Lou Reed)
10. On Melancholy Hill
11. Broken
12. Sweepstakes (avec Mos Def & Hypnotic Brass Ensemble)
13. Plastic Beach (avec Mick Jones & Paul Simonon)
14. To Binge (avec Little Dragon)
15. Cloud Of Unknowing (avec Bobby Womack)
16. Pirate Jet
17. Pirate's Progress (Titre bonus pour le Japon et pour l'édition "Experience Edition")
18. Three Hearts, Seven Seas, Twelve Moons (Titre bonus pour le Japon et pour l'édition "Experience Edition")

Guillaume Joffroy

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image