Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Isabelle Adjani justifie ses longues absences : "Des moments de deuil"...

Isabelle Adjani justifie ses longues absences : "Des moments de deuil"...
Par Christopher R.
Exclusif - Isabelle Adjani - Avant-première du film de Louis-Julien Petit "Carole Matthieu" produit par Liza Benguigui, Yamina Benguigui et Marc Ladreit de Lacharrière au cinéma Elysées Biarritz à Paris le 17 octobre 2016. Le film sera diffusé sur Arte le 17 novembre et au cinéma le 5 décembre. © Veeren/Bestimage
15 photos
Lancer le diaporama
Exclusif - Isabelle Adjani - Avant-première du film de Louis-Julien Petit "Carole Matthieu" produit par Liza Benguigui, Yamina Benguigui et Marc Ladreit de Lacharrière au cinéma Elysées Biarritz à Paris le 17 octobre 2016. Le film sera diffusé sur Arte le 17 novembre et au cinéma le 5 décembre. © Veeren/Bestimage
L'iconique actrice française se livre à coeur ouvert sur ses "périodes de deuils".

Avec une carrière aussi riche que la sienne, des aventures, des épreuves et des tempêtes, Isabelle Adjani a beaucoup de choses à raconter. Dans un très bel entretien accordé à L'Express, la comédienne à l'affiche de Carole Matthieu explique notamment pourquoi elle a imposé à ses fans de longues périodes d'absence.

"Ce sont des périodes de deuil. Familiaux ou sentimentaux, avoue-t-elle, avant d'égrainer les passages à vides, le coeur lourd. Des amis perdus, la maladie de ma mère, puis sa mort, puis celle de mon frère... Alors je ne bouge plus." "Et puis il y a ma séparation d'avec Bruno Nuytten le metteur en scène de Camille Claude", raconte-t-elle, évoquant ce chapitre comme "une réelle rupture, comme un décès, la perte artistique la plus douloureuse" de sa carrière. "J'ai su que je n'aurais plus envie de faire du cinéma comme avant", ajoute-t-elle.

Je me fermais par crainte des représailles qui m'attendaient à la maison

Sans guère plus de concession, Isabelle Adjani a également replongé dans ses premiers déchirements, ses premiers rôles, à travers le prisme des "diktats familiaux". Elle raconte notamment qu'elle longtemps refusé le rôle de L'Été meurtrier (1983) à cause de son père, et ce "malgré un pont d'or". "Je ne pouvais pas apparaître nue à cause de mon père. Pour un Algérien aux principes d'éducation très stricts, ce rôle d'une jeune femme qui se sert de son impudeur pour tuer les hommes n'était pas une chose envisageable", révèle-t-elle. Mais plus le temps passait, plus Isabelle prenait conscience qu'elle ne devait pas laisser passer sa chance sur un personnage qu'elle chérissait déjà. Et elle a réussi à convaincre, même si elle a été "payée des cacahuètes". "Et puis finalement, très malade depuis des années, mon père est mort avant la sortie du film", se souvient-elle.

Mais elle estime que cette histoire est à l'image du début de sa carrière, sa médiatisation d'alors et sa gêne vis-à-vis de ses parents. "Ne pas raconter sa vie, ne pas montrer ce qu'on ressent, se méfier de tout et de tout le monde... Je me fermais aux journalistes par crainte des représailles qui m'attendaient à la maison", confesse la comédienne qui a souffert, des années durant, de cette lumière pesante. "Mon père trouvait cela indécent, se rappelle-t-elle. Je me souviendrai toute ma vie de ma vie de ces inconnus tarés, obsédés par ma toute jeune personne, qui avaient envoyé à lui ainsi qu'à nos voisins des lettres anonymes pleines d'horreur qui m'ont valu quelques corrections mémorables." Et de conclure : "Ma liberté est ma première indiscipline."

Interview à retrouver en intégralité dans L'Express (N°3413), en kiosques dès le 30 novembre 2016.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image