Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Kate Middleton : Un canular révèle des détails intimes sur son hospitalisation

10 photos
Lancer le diaporama
Kate Middleton victime d'un canular... Les animateurs radio australien de The Summer 30 Michael Christian et Mel Greig ont appelé le King Edward VII Hospital en se faisant passer pour la reine Elizabeth II et le prince Charles, obtenant des infos confidentielles sur l'hospitalisation de la duchesse de Cambridge.

L'Australie est parfois sujette à quelques poussées de fièvre républicaine mais obéit largement à son respect extrêmement profond pour la reine Elizabeth II, son chef d'État, qu'elle ne voudrait surtout pas peiner... Mais alors que la nouvelle de la grossesse de Kate Middleton voyage partout dans le monde à grand bruit, deux animateurs radio de l'île continent ont franchi la ligne jaune et sauté les barrières entre vie des médias et vie des royaux : Mel Greig et Michael Christian, tandem de la station 2Day FM à l'antenne avec l'émission The Summer 30, ont réussi en se faisant passer pour... la reine Elizabeth II et son fils le prince Charles (improbable !) à obtenir des informations intimes et confidentielles sur l'hospitalisation de la duchesse de Cambridge, mardi matin.

Comment ? En appelant l'hôpital King Edward II de Londres, où l'épouse du prince William, enceinte de moins de douze semaines, a été admise lundi en raison d'hyperémèse gravidique (hyperemesis gravidarum). Tout simplement. Et en se faisant passer pour Sa Majesté la reine et l'héritier du trône ! Tout simplement. L'enregistrement est accablant pour le personnel hospitalier principalement : comment se laisser ainsi attraper ? L'établissement, pourtant habitué à garder les secrets royaux (c'est au même hôpital que le duc d'Édimbourg a été traité il y a quelques semaines), s'est laissé berner et a divulgué aux auteurs du canular (en écoute dans notre player) des informations confidentielles sur l'état de santé de Catherine, duchesse de Cambridge, qui aura 31 ans le mois prochain. L'affaire fait grand bruit : l'hôpital a lancé une enquête, tandis que le patron de la station incriminée s'est excusé. "C'était un canular odieux que nous déplorons tous", s'est insurgé John Lofthouse, directeur de centre King Edward VII, qui a exprimé ses regrets à l'attention de la famille royale : "Cet appel a été transféré vers l'un des services et une courte conversation a eu lieu avec une des infirmières. L'hôpital King Edward VII regrette terriblement cet incident."

La malheureuse infirmière piégée, qui ne s'alarme pas de cette reine peu protocolaire qui demande après les "petits problèmes de ventre de Kate", a ainsi indiqué à ses interlocuteurs que Kate Middleton avait passé "une nuit paisible" et qu'elle s'apprêtait à faire "un brin de toilette". Voici la retranscription de leurs échanges (certains passages ont été censurés pour des raisons de secret médical) :

Accueil : "Bonjour, Hôpital King Edward VII."

Mel Greig, se faisant passer pour Elizabeth II : "Oh, bonjour. Pourrais-je parler à Kate, ma petite ?"

Opérateur : "Oh oui, ne quittez pas madame."

Michael Christian, se faisant passer pour le prince Charles : "Il nous mette en communication ?"

Greig : "Oui."

Christian : "Si ça marche, ça aura été le canular le plus facile qu'on ait jamais fait. Au fait, ton accent est merdique, faut que tu saches (rires)."

Greig : "J'ai pas l'habitude de jouer une octogénaire."

(déclic)

Greig : "Kate, ma chère, est-ce vous ?"

Infirmière : "Bonjour madame, c'est l'infirmière, puis-je vous aider ?"

Greig : "Je cherche à joindre ma petite-fille Kate. Je veux savoir comment ça va, avec son petit problème de ventre."

Infirmière : "Elle dort, pour le moment et a passé une nuit sans accroc. Dormir est bénéfique. On lui a injecté quelques liquides. (...) Elle était très déshydratée. Elle est stable (...)."

Greig : "Je dois aller nourrir mes petits corgis, à présent [on entend des aboiements imités par son compère, NDLR]. A quel moment pouvons-nous passer la voir, car je suis la reine et il faut qu'on me dépose ? Charles ! Pouvez-vous m'emmener à l'hôpital, Charles ?"

Christian : "Quand cela convient-il pour la voir ? Dans la matinée, ce serait OK ?"

Infirmière : "Je vous dirais que n'importe quelle heure après 9h conviendrait, car le docteur va passer dans la matinée et on va lui faire un peu de toilette. N'importe quand après 9h."

Christian : "Will est-il encore ici ou est-il rentré ? Je ne lui ai même pas encore parlé."

Infirmière : "Il est rentré vers 9h hier soir, sans doute."

Christian : "Formidable, mais ils vont bien, tous les deux ?"

Infirmière : "Elle est assez stable. Elle a dormi en pointillés, mais ce n'est pas évident de bien dormir dans un autre lit que le sien."

Christian : "Bien sûr, c'est pas vraiment le palais ?"

Greig : "Ça n'a rien à voir avec le palais, Charles ? Quand allez-vous promener ces satanés corgis ?"

Christian : "Maman, je vais promener les chiens."

Si les journalistes ou les plaisantins affublés de masques de prince William ne sont pas parvenus à duper les services de sécurité et à entrer à l'hôpital, Mel Greig et Michael Christian, avec leur canular et leurs imitations de très mauvais goût, ont réussi leur coup. Il s'agit de la deuxième intrusion coupable dans la vie privée du duc et de la duchesse de Cambridge après l'affaire des photos topless en septembre. Embarrassante pour tout le monde, la farce ne devrait pas rester sans suite. "C'est un problème dont doit s'occuper l'hôpital", a réagi le palais Saint James, tandis que le directeur de l'établissement annonçait que les protocoles téléphoniques seraient révisés. L'ACMA, le CSA australien, pourrait aussi s'emparer de l'affaire. Quant au prince William, qui est arrivé tôt ce matin pour passer une nouvelle journée auprès de son épouse, on le dit particulièrement agacé. On le serait à moins.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel