Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Lambert Wilson a accompagné Marie Trintignant dans la mort : "Je chantais, l'oxygénation remontait"

Lambert Wilson a accompagné Marie Trintignant dans la mort : "Je chantais, l'oxygénation remontait"
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
13 photos
Lambert Wilson est à l'affiche du téléfilm "Crime dans le Luberon", le 26 mars 2021 sur France 3. Et s'il y a un crime qui a marqué le comédien pour toujours, c'est le meurtre infâme qui l'a privé, en 2003, de son amie et consoeur Marie Trintignant.

Sa voix résonne au cinéma, dans les théâtre comme dans les studios d'enregistrement. Mais deux sessions musicales ont marqué Lambert Wilson, sans doute plus que les autres. Alors que Marie Trintignant était à l'article de la mort, le comédien avait donné de la voix en espérant lui tenir compagnie, lui donner force et chaleur, à sa manière. "Son moyen de secourir tout le monde à cet instant, c'était de s'asseoir dans la chambre à côté de Marie et de chanter", expliquait la scénariste Marie Vieillecroze-Devort, à Marc-Olivier Fogiel, dans l'émission Le Divan en 2016.

J'ai chanté pendant sept heures d'affilée

Marie Trintignant tournait dans le téléfilm Colette, une femme libre en Lituanie quand elle a vécu cette terrible nuit du 26 au 27 juillet 2003. Elle a croulé sous le poids des coups de Bertrand Cantat dans leur chambre d'hôtel du Domina Plaza. Une fois hospitalisée, elle a pu compter sur le soutien de son compagnon de tournage, Lambert Wilson. "J'ai chanté deux fois auprès de Marie, expliquait-il à son tour dans Le Divan. C'est à dire que j'ai passé une nuit à l'hôpital de Vilnius, elle était dans le coma, j'ai dû chanter plusieurs heures, et comme Nadine [Trintignant, la mère de Marie, NDLR.] savait que ça avait eu lieu, quand les dernières heures s'annonçaient, elle m'a fait revenir à Paris cette fois-là, à la clinique."

Curieusement, alors qu'elle partait complètement, l'oxygénation remontait

Les mots de Nadine Trintignant ont fait écho dans son coeur. Pendant un long moment, Lambert Wilson a fredonné des mélodies pour son amie comédienne, espérant même, parfois, constater une amélioration. "Elle m'a dit : 'Elle aimait tellement quand tu chantais et ça a été tellement important à ce moment-là à Vilnius donc viens et chante'. Donc j'ai chanté pendant sept heures d'affilée dans les dernières heures de Marie, précisait-il. Et curieusement, alors qu'elle partait complètement, l'oxygénation remontait et les chirurgiens disaient : 'Oui, on sait qu'on ne sait rien'. J'ai chanté à peu près sept heures d'affilé, je me suis un peu évanoui pendant quelques heures, puis après j'ai rechanté pendant une heure. J'ai compris ce que c'était que ce passage, accompagner les gens dans ce passage qui ne me fait pas peur du tout. J'ai accompagné des gens dans la mort. J'ai accompagné Marie, je l'ai vraiment, vraiment accompagnée. On peut dire que j'ai vraiment été là."

L'âme brisée, Lambert Wilson a assisté, avec la famille de Marie Trintignant, à ses obsèques, le 6 août 2003, au cimetière du Père Lachaise, dans le vingtième arrondissement de Paris. Mais c'est certainement dans cette chambre d'hôpital, en chantant, qu'il lui avait fait ses adieux...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image