Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Laurent de Belgique : Coup de fatigue en pleine Fête nationale...

Le prince Laurent de Belgique pendant le défilé militaire de la Fête nationale, le 21 juillet 2015 à Bruxelles.
26 photos
Lancer le diaporama
Le prince Laurent de Belgique pendant le défilé militaire de la Fête nationale, le 21 juillet 2015 à Bruxelles.
Le frère du roi Philippe est décidément un bon client : la moindre de ses interventions dans l'espace public peut donner du grain à moudre aux observateurs... Lors de la Fête nationale, il ne les a pas déçus.

Le prince Laurent de Belgique, c'est un peu le Dr. Jekyll et Mr. Hyde de la famille royale. Volontaire, apprécié de ses compatriotes tant pour sa bonhomie que pour son côté électron libre, sensible aux questions environnementales et engagé de longue date en faveur du bien-être des animaux, c'est aussi celui par qui le scandale arrive. Ses frasques en tout genre, ses opérations en cavalier seul au mépris de la politique nationale, ou encore ses fréquents dérapages verbaux font les choux gras de la presse, qui se régale. Son frère le roi Philippe, qui a pris le relais de leur père le prince Albert II en juillet 2013, sans doute moins.

Pour la Fête nationale, mardi 21 juillet, le prince Laurent, 51 ans, et son épouse la princesse Claire, 41 ans, n'ont pas manqué de prendre part aux célébrations. Tandis que le roi Philippe et la reine Mathilde assistaient au Te Deum officié en la cathédrale de Bruxelles, ils en faisaient autant à Mons, en la Collégiale Sainte Waudru. A la sortie de la messe, sur le chemin des jardins de l'Hôtel de Ville où les attendaient une cérémonie conviviale en présence du bourgmestre et ex-Premier ministre Elio Di Rupo, Laurent et Claire se sont volontiers attardés auprès de leurs compatriotes pour serrer des mains et poser pour des photos. La princesse Claire s'est notamment prêtée à un selfie... qui a coûté cher à son auteur : le jeune homme de 20 ans, originaire de la région montoise et passé plusieurs fois en hôpital psychiatrique, a été arrêté par la police en raison de son "comportement suspect", relate RTL.be, qui publie une vidéo sur laquelle on distingue l'individu, en rouge avec chapeau blanc. Après le selfie, celui-ci avait "commencé à prendre en photo les services de police et ceux de sécurité du Palais (...) tout en passant des coups de téléphone", attitude qui a entraîné son interpellation (la Belgique est en niveau 3 d'alerte face à la menace terroriste), discrète, et une perquisition menée à son domicile. Relâché dans la soirée, il a été déféré mercredi au parquet de Mons.

RTL.be a diffusé des images du moment où la princesse Claire de Belgique prend la pose pour un selfie avec un jeune homme qui sera par la suite interpellé en raison de son comportement suspect, le 21 juillet 2015, jour de la Fête nationale.

Si la princesse Claire était remarquable, vêtue pour la Fête nationale d'un ensemble vert acidulé, le prince Laurent s'est lui aussi fait remarquer, quelques heures plus tard, lors du rassemblement de la famille royale à Bruxelles pour le défilé militaire. Vu, assis sur l'estrade recouverte d'un tapis rouge, en train de téléphoner, il a également été surpris en train de piquer du nez ! Il "s'est assoupi pendant quelques instants (...), a été photographié les yeux fermés, alors que les forces militaires et civiles défilaient devant lui", écrivent nos confrères de RTL.be en écho à une photo assez parlante.

Victime en mars 2014 d'une grave pneumonie qui l'a considérablement affaibli mais a aussi secoué la famille royale, le prince Laurent s'est depuis refait une santé, lui qui acceptait quelques semaines plus tard une nouvelle mission, celle d'ambassadeur spécial pour l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Mis au ban de la famille royale, en raison de ses écarts, durant la fin du règne d'Albert II, et se lamentant sur le manque de considération dont il estimait être victime, il avait été en quelque sorte réhabilité avec l'avènement de son frère. La situation n'est pourtant guère apaisée : au mois d'avril, le mouton noir du clan faisait une nouvelle sortie dont il a le secret : "Ma famille ne m'a jamais soutenu. Cela a commencé avec mon oncle, le roi Baudouin. Puis avec mon père, Albert II. Avec eux, c'était la Stasi", déclarait-il aux médias, accusant les siens d'avoir "saboté" ses activités professionnelles.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel